logo
accueil > Saint-Malo > Archives > 2004 > Presse > Revue de presse 2004
Saint-Malo Archives : 2004 
 

Revue de presse 2004

8 juin 2006.
partager : 
  envoyer :    imprimer : 
 

Magazine littéraire, juin 2004
« La littérature a ses flux migratoires. Avec une ponctualité tout ornithologique, les écrivains voyageurs se rassemblent, chaque week-end de Pentecôte, sur les rivages de la Manche, à Saint-Malo. C’est un petit miracle. »

Magazine Lire, mai 2004
« Lire jette l’ancre à Saint-Malo où se déroule la quinzième édition d’Etonnants Voyageurs, festival devenu mythique qui milite sans relâche en faveur d’une « littérature-monde » et où se retrouvent chaque année les plus grands écrivains voyageurs »

« Chateaubriand, Flaubert et les corsaires hantent la pierre grise de Saint-Malo, le port d’attache auquel tout Malouin bien né désire retourner pour mourir et que les passionnés de burlingue rallient chaque année pour le festival Etonnants Voyageurs ».

AFP mondiales, 29 mai 2004
« Cette manifestation est devenue le salon du livre le plus fréquenté de France après celui de Paris. »

Le Fiagro, 25 mai 2004
« Après le salon du livre de Paris, le festival Etonnants Voyageurs est le deuxième temps fort de l’année littéraire. »

Libération, 31 mai 2004
« C’est la quinzième édition, et c’est toujours le même succès populaire. »

France Soir, 27 mai 2004
Plein cap sur la (vraie) littérature
« Un rendez-vous incontournable pour les amoureux des belles et rebelles lettres ; un rendez-vous chaleureux et plébiscité puisqu’il figure au deuxième rang des manifestations littéraires de France, après le salon du Livre de Paris. »

France Soir, 31 mai 2004
« Un voyage en toutes lettres, mais aussi haut en couleur et à nouveau plébiscité par des milliers de visiteurs dont la saine curiosité épate régulièrement les plus blasés. »

Le Parisien, 29 mai 2004
« Au tout dernier recensement, 222 écrivains sont attendus sur le pont d’une manifestation qui se distingue de tous les autres salons littéraires par son côté hautement convivial »

"À Saint-malo, les mots claquent à ciel ouvert et quand ils s’engouffrent, rencontres et débats obligent [...], c’est pour mieux réapparaître aux terrasses des cafés. Là-bas, on croise tout le monde, tout le temps. Jean-marie Gustave Le Clézio [...], les frères d’Arvor [...] des capitaines académiciens [...] , des marcheurs du bout du monde [...] et même des pédaleurs de charme [...]. Les Surcouf du Polar [...] hantent le bar de la Marine. »

Le Parisien, 1er juin 2004
L’édition 2004 était « Noire de monde dans les allées du salon, constamment complète au fil des nombreux débats qui réunissaient à chaque fois plusieurs centaines de personnes. »

Les Echos, 30 avril 2004
« Les Etonnants Voyageurs sont de retour, encore plus nombreux et choisis pour une quinzième édition dans le port d’attache de Saint-Malo. Les alizés vont souffler dans ce prestigieux festival, dédié cette année à la littérature caraïbe. »

La Croix, 27 mai 2004
« Le festival Etonnants Voyageurs s’est imposé depuis quatorze ans, comme la manifestation littéraire sans doute la plus importante de France - la plus fréquentée-, si l’on excepte le Salon du livre de Paris. »

Livres Hebdo, 30 avril 2004
« De l’avis des éditeurs qui s’y impliquent, Etonnants Voyageurs Saint-Malo est le deuxième moment fort de l’année littéraire après le Salon du Livre de Paris. »

Livres Hebdo, 4 juin 2004
« La quinzième édition du festival Etonnants Voyageurs a renoué avec l’esprit de bande et la découverte littéraire. Du 29 au 31 mai, les visiteurs ont été séduits par la qualité des écrits »

« D’avis de festivaliers et de professionnels, la quinzième édition de Saint-Malo a renoué avec sa tradition du voyage et de la découverte.Les auteurs caribéens ont séduit par leur bonne humeur, leur humour et la qualité de leurs écrits »

Zurban, mars 2004
« Pour nous il y a deux rendez-vous qui comptent dans l’année, où l’on a vraiment l’occasion de rencontrer notre public, c’est le festival Etonnants Voyageurs à Saint-Malo et le Salon du Livre de Paris. » Marie Descourtieux (Ed. Métailié)

Topo, juillet-août 2004
« SI le festival est une famille, le public occupe la place des cousins. Des cousins lointains, peut-être, mais assidus, qui ne sont pas là seulement pour des signatures mais aussi pour discuter avec des auteurs qu’ils ont écoutés lors des débats. »