logo
Le dico des auteurs


BORIS Hugo

France

3 mai 2010.
 

Biographie

 


- Biographie
- Bibliographie
- Présentation de Je n’ai pas dansé depuis longtemps

Biographie

JPEG - 30.9 ko
© Patrice Normand/Opale/Editions Belfond

Hugo Boris partage sa vie entre le cinéma et la littérature : le cinéma le jour, l’écriture la nuit.

Né à Paris il y a trente ans, il fait d’abord des études de sciences politiques avant de se tourner vers le cinéma. Diplômé de l’Ecole normale supérieure Louis Lumière, il réalise plusieurs courts-métrages et travaille régulièrement comme assistant réalisateur pour le cinéma et la télévision.

Son premier roman, Le Baiser dans la nuque (Belfond, 2005), sélectionné pour le festival de Chambéry, a remporté le prix Emmanuel Roblès décerné en partenariat avec les membres du jury Goncourt. Après ce premier roman, il publie en 2007, La Délégation norvégienne, un polar qui suit sept chasseurs, prisonniers de la neige et du froid, qui tentent de survivre et de lutter contre la folie qui les guette.

Avec son troisième livre, Je n’ai pas dansé depuis longtemps, Hugo Boris explore un nouvel univers, le cosmos, en racontant l’histoire d’Ivan, 
le premier homme à rester plus de quatre cents jours en orbite autour de la Terre.
 Il signe ainsi un extraordinaire voyage au centre de l’espace !

- Retour au sommaire


Bibliographie :

- Je n’ai pas dansé depuis longtemps (Éditions Belfond, 2010)
- La Délégation norvégienne (Éditions Belfond, 2007 ; Pocket, 2009)
- Le Baiser dans la nuque (Éditions Belfond, 2005 ; Pocket, 2007)
- N’oublie pas de montrer ma tête au peuple, dans le recueil collectif "Dès la première seconde de solitude" (Mercure de France, 2003)

- Retour au sommaire


spip_logo Présentation de Je n’ai pas dansé depuis longtemps

Ivan est désigné pour être le premier homme à rester plus de quatre cents jours en orbite autour de la Terre.

Un homme ordinaire, marié, père de deux enfants, quitte la planète.
Tandis que l’Empire soviétique plonge dans le chaos, il tourne sans fin. 
Pour lui, le Soleil se lève et se couche seize fois par jour. Au fil du temps, il perd le sommeil, l’odorat, le goût. 

Sa colonne ne le porte plus. 

Sa raison vacille.

Il s’entraînait depuis des années, l’esprit entièrement tendu vers le cosmos. Maintenant, il n’a d’yeux que pour la Terre. Elle lui manque comme une femme. 


Revue de presse :

- « Un style épuré, dont le son mène le lecteur comme un musicien mène la danse... au bout d’une histoire d’homme. » Libération

- « Un roman comme on en fait peu. Une vertigineuse et réjouissante ambition romanesque. » Le Parisien

- « À la manière d’un Jules Verne moderne, l’auteur de la Délégation norvégienne allie précision scientifique, art du suspense et poésie pour peindre la vie à bord d’un vaisseau spatial. » Nouvel Observateur

- « Claustrophobe et virtuose, éprouvant pour les nerfs mais jouissif, Je n’ai pas dansé depuis longtemps est formidablement documenté, mais ça ne se sent pas, très habilement construit, mais ça ne se voit pas. De la haute voltige. » ELLE

- « Ce père de famille, enfermé dans un habitacle, échappe aux lois de la pesanteur pour redécouvrir le poids des préjugés et la lourdeur d’une vie. Pour Phileas Fogg, le héros de Jules Verne, faire le tour du monde en quatre-vingts jours était un exploit extraordinaire ; cent cinquante ans plus tard, ce héros le fait 16 fois par jour et l’aventure devient alors un voyage au centre de l’espace » Marianne

- « Tout à la fois roman scientifique et psychologique, son récit est empreint d’une poésie délicate et sonne comme une ode à la beauté de la Terre » La Vie

- « Hugo Boris réussi l’exploit de mêler une impeccable précision scientifique à un récit d’une humanité inouïe. » Télé 7 jours

- « Incroyablement documenté sur la vie à bord d’une station orbitale, cette histoire nous entraîne aussi dans un fantastique voyage intérieur » Pèlerin Magazine

- « Hugo Boris nous fait vivre au plus près ces bouleversements, au point de nous donner l ?impression de partager les pensées et sentiments de son personnage : la solitude, la souffrance morale, mais aussi le détachement et les émotions pures provoquées par l’incroyable beauté de la terre vue de si loin » PRIMA

- « Hugo Boris nous emmène en voyage dans un autre monde. En l’espace d’un instant, le lecteur perd pied ! » Pages des libraires

- « Un roman qui ouvre les portes sur les sentiments que peuvent éprouver les voyageurs de l’espace, racontés avec justesse. » Astronomie Magazine

- « Hugo Boris a une vraie fibre poétique, qui donne un relief incroyable à des évènements aussi simples que par exemple l’arrivée d’une vraie carotte... Les dernières pages, celles du retour sur Terre et de la reconquête de la station debout, sont un pur moment d’anthologie. » aufeminin.com

- « Hugo Boris nous convie à un voyage mental et littéraire tout à fait dépaysant. Une écriture disciplinée, maîtrisée et élégante qui se met au service de l’intrigue et des personnages pour le plus grand bonheur du lecteur. » FMP Mutualité

- Retour au sommaire

 
 
Ses festivals

Saint-Malo

  • 2010


  •