Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)

VELTER André

France

Le haut pays (Gallimard, 2007)

Né à Signy l’Abbaye (Ardennes) en 1945, André Velter est l’auteur d’essais et de nombreux ouvrages de poésie chez Gallimard. Il partage son activité entre les voyages au long cours (Afghanistan, Inde, Népal, Tibet) et la mise en résonance des poésies du monde entier. Sur France culture, il anime l’émission Poésie sur parole. Il dirige chez Gallimard, la collection Poésie Gallimard et a reçu le Goncourt Poésie en 1996.

C’est aussi un grand voyageur et un médiateur des poètes du monde entier. Il vient de publier Le haut pays suivi de La traversée du Tsangpo, une édition revue et augmentée de l’ouvrage paru pour la première fois en 1995, et est sur le point de présenter Zingaro suite équestre et autres poèmes pour Bartabas.

In english
En español


Liens


Bibliographie :

Poésie :

  • Le haut pays (Gallimard, 2007)
  • Midi à toutes les portes (Gallimard, 2007)
  • Ernest Pignon-Ernest (Bartschi Salomon, 2007 – avec Jean Rouaud et Marie-José Mondzain)
  • L’amour extrême et autres poèmes pour Chantal Mauduit (Gallimard, 2007)
  • Lettera amorosa (Gallimard, 2007)
  • Ni dieu, ni maître (Librio, 2007)
  • Le chant des villes : D’Aden à Zanzibar (Mercure de France, 2006)
  • Au Cabaret de l’éphémère (Gallimard, 2005)
  • Zingaro suite équestre & Un piaffer de plus dans l’inconnu (Gallimard, 2005)
  • L’Arbre-Seul (Poésie/Gallimard, 2001 - Prix Mallarmé 1990)
  • Une autre altitude, poèmes pour Chantal Mauduit (Gallimard, 2001)
  • L’amour extrême, poèmes pour Chantal Mauduit (Gallimard, 2000)
  • La vie en dansant (Gallimard, 2000)
  • Le septième sommet, poèmes pour Chantal Mauduit (Gallimard, 1998)
  • Étapes brûlées (1974-1978) (Le Castor Astral / Les Écrits des Forges, 1996)
  • Passage en force (1971-1974) (Le Castor Astral / Les Écrits des Forges, 1994)
  • Du Gange à Zanzibar (Gallimard, 1993 - Prix Louise Labé)
  • Autoportraits (Paroles d’Aube, 1991)

Autres :

  • Livres du monde (Tome 1) : Chroniques sans frontières de Lhassa à Bénarès (L’ Atelier des Brisants, 2006)
  • Bartabas (L’ Atelier des Brisants, 2006)
  • La Seine des photographes (Guides Gallimard, 2006)
  • Ciels (Cercle D’art, 2005)
  • Attendons Zapata d’urgence (L’atelier des brisants, 2001)

Argumentaire de Extases :

Ernest Pignon-Ernest est né à Nice en 1942. Depuis 1966 il fait de la rue le lieu même d’un art éphémère qui en exalte la mémoire, les évènements ou les mythes. Il a ainsi préfiguré nombre d’expériences artistiques sollicitant l’espace du dehors. Par la facture puissante, comme intemporelle, de ses images et l’acuité de leur inscription dans le réel (choix signifiant des sites et du moment), les interventions d’Ernest Pignon-Ernest métamorphosent les lieux en espaces plastiques, poétiques, fictionnels, réminiscents, jusqu’à faire de ces lieux et du temps l’œuvre même. Du Chili à Soweto, d’Alger à Naples, de Charleville à Paris, la confrontation des drames de notre temps comme l’exploration de destins individuels en rupture de norme ou de mythe à raviver font prendre à l’artiste un risque chaque fois inédit, celui-là même qui hantait Rimbaud quand il s’acharnait à trouver le lieu et la formule. Dans les années 90, lors de ses collages dans les rues de Naples, un vers de Nerval l’a mené à un dialogue très libre avec les grandes mystiques : Marie Madeleine, Hildegarde de Bingen, Angèle de Foligno, Catherine de Sienne, Thérèse d’Avila, Marie de l’Incarnation et Madame Guyon. Pour qui a toujours fait du corps l’objet et le sujet de ses explorations, la rencontre autour d’une thématique de cette nature relève autant d’une quête que d’un défi. Comment représenter ce qui ne peut se voir ? Comment faire image de chairs qui aspirent à se désincarner ? Comment capter les traces, les effets, les lumières, les ombres, les soupirs ou les cris d’expériences ineffables ? Comment restituer par des traits de tels transports, de tels excès, de telles effractions sublimées ?

Résumé de Le haut pays suivi de La tarversée du Tsangpo :

"La poésie trouve ici une unité de lieu : l’altitude. Celle du Tibet et de l’Himalaya, celle de ce Toit du Monde qui ne recouvre rien mais donne sur le ciel dans une autre lumière. Le Haut-Pays esy le troisième pôle de la terre : là où les boussoles s’essoufflent et perdent leurs repères, là où s’ébauche un réel aimanté.
Ce qui s’éprouve alors, c’est l’expérience du lointain et du proche, de l’infini, de l’infime, de la plénitude et du manque. Il y a tout ensemble le jeu des muscles, l’ivresse des visions, le silence, la solitude, la montée des mots ou des chants. Il y a aussi comme une traque fervente qui s’exalte, s’irrite, s’émerveille de son propre mouvement.
Il va sans dire que ce parcours n’est pas celui d’un dévot. La rencontre avec le bouddhisme tibétain intervient d’abord et tout naturellement dans le sens de la marche : c’est une approche physique, pas un acte de piété, même si la traversée du Tsangpo mène à Samyé, le monastère des origines.
Poème et polyphonie à la suite, ce livre n’accueille en effet que des ascèses toniques où le corps est en fête et l’esprit des plus libres."

André Velter

Prendre feu

Gallimard - 2013

« Parcours de poésie manifeste, radicalement autre, voué aux énergies souveraines du vivant, de la lumière, de l’amour, ce livre affronte et disqualifie la part désenchantée du monde... »


Zingaro suite équestre

Gallimard - 2012

Zingaro suite équestre « Sur la peau d’un monde rétréci, livré aux lois sinistres des sédentaires, l’aventure Zingaro s’impose comme un défi exaltant, fabuleux, irréductible aux nouvelles normes planétaires. Ici une tribu venue de nulle part choisit aussi bien ses ancêtres que ses rites, ses légendes que son mode de vie, avec pour seule mystique et seul viatique l’amour des chevaux. Cette insolence originelle, en tout point "cavalière", a fait du Théâtre équestre mené par Bartabas une entreprise sans autre exemple qui allie révolte et maîtrise, effort et liberté, fureur et quête spirituelle. C’est ce parcours de rupture radicale que j’ai tenu à célébrer, tant la poésie vécue est indissociable pour moi d’un engagement physique, éthique et esthétique : précisément ce qui est à l’œuvre chez Zingaro. Rythmé par vingt dessins d’Ernest Pignon-Ernest, un grand galop de mots : à l’évidence un témoignage d’amitié et de complicité, mais qui tire sa légitimité d’une admiration alertée, sans cesse revivifiée. Je tiens en effet Bartabas, toutes catégories artistiques confondues, pour le plus grand créateur de ce temps. » André Velter.


Attendons zappata d’urgence

Atelier des Brisants - 2001

Pour saluer Gilles Lapouge

Saint-Malo 2009
Lundi : 12h00 - Pour saluer Gilles Lapouge
avec Pascal Dibie, Christophe Mercier, André Velter, Michel Le Bris, Gilles Lapouge, Sylvia Lipa-Lacrrière et Christophe Mercier

Adieu aux avants-gardes

Saint-Malo 2008
14h15 : Adieu aux avants-gardes
André VELTER, Jean ROUAUD, Tahar BEN JELLOUN, Alain MABANCKOU

L’imaginaire de la route

Saint-Malo 2008
11h45 : L’imaginaire de la route
Colum MC CANN, Colin THUBRON, Olivier GERMAIN-THOMAS, André VELTER, Rory MAC LEAN.

Le chemin du poème... et hommage à Aimé Césaire

Saint-Malo 2008

Poésie Energie

Saint-Malo 2008

De nouveau la poésie

Saint-Malo 2007
11h00 : De nouveau la poésie
Jacques DARRAS, Alain BORER, André VELTER, NIMROD, Daniel MAXIMIN, Claude VIGEE.