logo
accueil > Saint-Malo > Archives > 2010 > Films > Cinéma : nos coups de cœur 2010
Saint-Malo Archives : 2010 
 

Cinéma : nos coups de cœur 2010

20 mai 2010.
partager : 
  envoyer :    imprimer : 
 

La programmation cinéma du Festival Etonnants Voyageurs 2010 sera bien sûr en résonance avec les thèmes qui traverseront rencontres et débats : L’année France-Russie, Haïti, le cinquantième anniversaire des Indépendances africaines, le poids grandissant de l’ Inde et de sa culture, le nouveau cinéma iranien, sans oublier les films de mer ainsi que les documentaires de voyages ou de société, où s’expriment aujourd’hui les vraies questions identitaires.

Dans la partie fort importante dédiée au cinéma russe, on pourra voir Mongol de Serguei Bodrov, Tsar de Pavel Longuine ainsi que des chefs d’œuvres oubliés ou inconnus, comme Le Géant des Steppes d’Alexandre Ptouchko, Khroustaliov, ma voiture un film sur l’époque stalinienne d’Alexei Guerman, ou encore Niarma d’Edgar Bartenev, un sublime documentaire animalier sur les éleveurs de rennes en Oural polaire, ainsi que plusieurs facettes du nouveau jeune cinéma russe.

Les films de mer seront aussi excellement représentés, puisque Jacques Perrin, invité du Festival cette année y montrera le remarquable Océans , tandis qu’on pourra y voir (entre autres) le documentaire tourné par l’équipage de Sir Peter Blake en hommage à leur skipper assassiné au Brésil Le dernier rêve de Sir Peter Blake , et un document exceptionnel, L’Extraordinaire tournée du facteur Maignan , incroyable tour du monde en solitaire d’un marin peu ordinaire à bord d’un voilier de série de 10m, en 185 jours !

Le cinéma iranien sera représenté par Goodbye Solo de Ramin Bahrani, A propos d’Elly d’ Asghar Fahradi, et les déjà fameux Chats Persans de Bahman Gobadi, et puis aussi Parvaz d’Ali Badri, le portrait sensible du grand photographe Réza en sa présence, ainsi que celle du réalisateur.

Et bien que Bollywood en soit la partie la plus visible, le nouveau cinéma indien ne jure pas que par la nouvelle metropolis cinématographique de Bombay. Nous découvrirons à St Malo l’extraordinaire Sita chante le Blues de Nina Paley, ni plus ni moins que le Ramayana, l’un des mythes fondateur de l’hindouisme, réalisé en animation. Décoiffant !
L’Inde aussi, mais vue de l’intérieur par une québequoise devenue la plus grande danseuse de Kathakali, la forme de théatre dansé la plus traditionnelle de l’état de Karala, en Inde du sud, dont l’origine remonte au seizième siècle avec Kathakali, un chemin de vie , de Christine Ballan. Enfin, nous revisiterons, en présence de Vikas Swarup, Slumdog Millionaire , le blockbuster tiré du roman dont il est l’auteur.

Un petit mot sur France 5 pour signaler le merveilleux Vent de sable, femmes de Roc de Nathalie Borgers, le prix que trois femmes Toubou sont prêtes à payer pour leur indépendance, en plein coeur du Sahara. Ce sera la projection de la soirée France 5. Signalons aussi, toujours pour France 5, l’excellent film de Michel Viotte en deux épisodes, La Route du Blues .

Il y a cinquante ans commençait pour beaucoup d’états africains l’ère de la décolonisation. En cette année anniversaire, Etonnants Voyageurs programmera plusieurs œuvres déjà majeures en provenance de ces pays : du Burkina Faso, on verra La tumultueuse vie d’un déflaté , néologisme local désignant quelqu’un que l’on a mis au chômage après avoir occupé une position importante (en l’occurrence, le déflaté en question était chauffeur de locomotive à Ouagadougou).
Au Mali, Habib Dembélé est une grande vedette, acteur fétiche de la troupe de Peter Brook, il a fait plusieurs fois le tour du monde. En France, c’est juste un immigré… Une profonde réflexion sur l’identité. Prolongée par le nouveau film de Merzak Allouache, Harragas sur ces "Bruleurs" (Harragas) qui quittent l’Algérie sur la côte de Mostaganem pour le paradis (les côtes espagnoles). Ceux qui auront eu la chance de ne pas périr noyés dans la misérable chaloupe auront encore le pire à découvrir. Simplement déchirant, à ne rater à aucun prix.

“Je est un autre”, disait Rimbaud. Olivier Föllmi, photographe, cinéaste a passé plus de temps au Tibet depuis vingt ans que nulle part ailleurs. Föllmi’s destiny raconte de manière bouleversante la quête de son ailleurs et de son amour pour un peuple dont la simple survie est aujourd’hui si dangereusement menacée. Il faut aussi parler de El Barco Prometido , ce merveilleux film costa-ricien qui nous emmène sur les traces de l’un des premiers “prophétes” du mouvement noir US du Retour en Afrique, Marcus Garvey, jamaïcain d’origine.

Et pour finir, voici Haïti : avec trois – parmi de nombreux autres – documents hors du commun. Le Moloch Tropical de Raoul Peck, un film implacable sur la vraie nature de la dictature. Haïti, le pays du dehors , documentaire tourné juste avant la catastrophe de fin janvier par une jeune réalisatrice, Evelyne Jousset. Et puis le film mythique de Maya Deren sur le Vaudou, Divine Horsemen .

A St Malo en mai, vous serez en compagnie de 120 projections de longs métrages et documentaires qui enrichiront encore une fois la programmation de l’édition 2010 du Festival Etonnants Voyageurs. J’ai hâte d’y être…

Patrice Blanc-Francard