logo
Le dico des auteurs


AUBENAS Florence

France

1er avril 2010.
 

Biographie

 


- Biographie
- Bibliographie
- Présentation de Le quai de Ouistreham

Biographie

Mon boulot, c’est de faire avec le réel. De voir les choses à hauteur d’être humain.

JPEG - 29.7 ko
© Patrice Normand

_ Journaliste et grand reporter, Florence Aubenas est une référence dans le monde de la presse. Ses reportages sur le Rwanda, l’Afghanistan ou l’Irak, aussi bien que sur le procès d’Outreau, ont marqué les esprits.
Née en Belgique en 1961, Florence Aubenas a fait la plus grande partie de sa carrière de journaliste à Libération avant de devenir grand reporter au Nouvel Observateur, en septembre 2006. Retenue en otage pendant près de cinq mois à Bagdad, elle est devenue, en 2005, une célébrité médiatique. Depuis juillet 2009, elle est présidente de l’Observatoire international des prisons.

Avec Quai de Ouistreham (L’Olivier), dans lequel elle raconte son immersion de six mois dans le circuit des petits boulots, Florence Aubenas réalise une véritable « œuvre journalistique » (Libération). Dans le sillage du journaliste allemand Günter Wallraff ou du Français Hubert Prolongeau, elle s’est glissée, de février à juillet 2009, dans la peau d’une femme de ménage afin d’aller voir de près la réalité de la crise : "ni comme sociologue ni comme économiste, mais à hauteur d’hommes". Déjà réimprimé quatre fois depuis sa sortie en février, ce témoignage saisissant a été unanimement salué par la critique et a reçu le Prix Joseph Kessel 2010.


Bibliographie :

- Le quai de Ouistreham (Éditions de l’Olivier, Paris, 2010)
- Les détenus sont-ils des citoyens ?, ouvrage collectif (coll. Notes et documents de la Fondation Copernic, 2010)
- Grand reporter (Bayard, Paris, 2009)
- La méprise – L’Affaire d’Outreau (Seuil, Paris, 2005)
- Résister, c’est créer, avec Miguel Benasayag (La Découverte, Paris, 2002)
- La fabrication de l’information. Les journalistes et l’idéologie de la communication, avec Miguel Benasayag (La Découverte, Paris, 1999)

- Retour au sommaire


Présentation de Le quai de Ouistreham

JPEG - 9 ko

" La crise. On ne parlait que de ça, mais sans savoir réellement qu’en dire, ni comment en prendre la mesure. Tout donnait l’impression d’un monde en train de s’écrouler. Et pourtant, autour de nous, les choses semblaient toujours à leur place. J’ai décidé de partir dans une ville française où je n’ai aucune attache, pour chercher anonymement du travail. J’ai loué une chambre meublée. Je ne suis revenue chez moi que deux fois, en coup de vent : j’avais trop à faire là-bas. J’ai conservé mon identité, mon nom, mes papiers, et je me suis inscrite au chômage avec un baccalauréat pour seul bagage. Je suis devenue blonde. Je n’ai plus quitté mes lunettes. Je n’ai touché aucune allocation. Il était convenu que je m’arrêterais le jour où ma recherche aboutirait, c’est-à-dire celui où je décrocherais un CDI. Ce livre raconte ma quête, qui a duré presque six mois, de février à juillet 2009. J’ai gardé ma chambre meublée. J’y suis retournée cet hiver écrire ce livre. " Florence Aubenas

Revue de presse :

- « Dans le livre, Florence Aubenas a gommé ce qui "relevait de la mise en scène personnelle", mais pas l’amitié qu’elle a pu ressentir pour tel ou tel de ses compagnons de travail (ou de non-travail). Les portraits qu’elle brosse d’eux, sans compassion, sans jugement, sont magnifiques. »Le Monde

- « Zéro pathos ou effets de manche : hyper vive et drôle dans la vie, la journaliste aborde le quotidien de ces invisibles avec respect, humanité et réalisme, dans un livre puissant, asphyxiant. Une véritable odyssée dans la vie des précaires et de la misère ordinaire. » Les Inrocks

- « Florence Aubenas s’est immergé en milieu précaire, et a cherché un emploi. Résultat : un livre saisissant, et des questions sur une pratique efficace. » Rue89

- « Un récit précis, saisissant. » Ouest-France

- « C’est un long reportage. Une œuvre journalistique. Une histoire vraie, nullement romancée, qui ne manque pourtant pas de romanesque. C’est une somme d’aventures vécues avec des hommes et des femmes (essentiellement des femmes) qui forme une aventure. (…) Une galerie de portraits édifiants, sans apitoiement. En saisissant au vol des paroles, opinions, sentences, elle donne à ces êtres « transparents » une épaisseur émouvante, jamais larmoyante. » Libération

- « Elle transmet. Donne une épaisseur à l’invisible, à l’intime. On ne lit pas Le quai de Ouistreham, on le vit. » Médiapart

- « Simple coup médiatique ? Pas seulement, compte tenu de la sincérité et de l’investissement de Florence Aubenas, qui compose ici une véritable enquête journalistique. » Le Magazine Littéraire

- « Florence Aubenas publie aujourd’hui Le Quai de Ouistreham, récit admirable de justesse d’une autre forme de captivité : celle de la précarité, qu’elle a vécue six mois durant comme femme de ménage. » France Soir

- « De cette précarité totale, la journaliste rend remarquablement compte dans ce livre émouvant et souvent drôlissime. Au milieu des discours menteurs, Florence Aubenas incarne aujourd’hui une voix pour les sans-voix. » France 2

- Lire l’interview de Florence Aubenas dans Le Progrès.

- Retour au sommaire


Œuvre

 

Le quai de Ouistreham

L’Olivier - 2010
" La crise. On ne parlait que de ça, mais sans savoir réellement qu’en dire, ni comment en prendre la mesure. Tout donnait l’impression d’un monde en train de s’écrouler. Et (...)
 

Les débats audios

 
Saint-Malo 2010

Le soucis des gens

Avec Florence AUBENAS, Amir VALLE, Jean-Marie LACLAVETINE, Marie LE GALL, Mahi BINEBINE. Un débat animé par Baptiste Liger.

 
Saint-Malo 2010

Nouvelles formes de journalisme

Avec Florence Aubenas (lauréate cette année du prix Kessel pour son récit "Le Quai de Ouitréham"), Patrick Rambaud, le Cubain Amir Valle, Sorj Chalandon, Jacques Ferrandez et Patrick de Saint-Exupéry de la revue XXI. Un débat animé par Olivier Weber.

 
Saint-Malo 2010

Remise du prix Kessel

Avec Florence Aubenas. En présence des membres du jury.

 
 
Ses festivals

Saint-Malo

  • 2010


  •