Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)

D’HALLUIN Bruno

L’égaré de Lisbonne (Gaïa Editions, 2014)

© Bruno d’Halluin

Voyageur, amoureux de la mer, et passionné par les grandes découvertes, Bruno d’Halluin écrit sur des aventuriers qui ont sillonné les océans du globe aux XVe et XVIe siècles. Après le récit du destin de Jón Thorsteinsson, dernier héritier des Vikings du Groënland, l’auteur retrace dans son dernier roman, L’égaré de Lisbonne, le parcours de João Faras, médecin et cartographe. Un livre nominé au prix Gens de mer.

Si dès l’enfance Bruno d’Halluin se passionne pour la géographie et les terres lointaines, c’est à l’âge de vingt ans qu’il commence ses voyages, en Océanie tout d’abord, puis en Europe et en Amérique. Il multiplie les régates, les traversées à la voile, les voyages au long cours… Autant de voyages qui voient naître des récits. Ainsi, il publie en 2004, La Volta, Au cap Horn dans le sillage des grands découvreurs (Transboréal), livre dans lequel il raconte son extraordinaire expérience de 14 mois de navigation, qui l’a mené de France au cap Horn en 1997-1998. En 2010, il écrit un premier roman Jón l’islandais (Gaïa) qui raconte les aventures de Jón Thorsteinsson qui sillonna au XVe siècle les océans auprès des plus grands explorateurs de son temps.

Avec son dernier roman, L’égaré de Lisbonne paru en 2014, l’auteur revient sur les périples d’un autre voyageur, João Faras qui prit part en 1500 à l’expédition de Pedro Álvares Cabral, considéré comme le « découvreur » du Brésil alors qu’il cherchait officiellement à suivre la route des Indes empruntée par Vasco de Gama en 1498.


En savoir plus

Le site de l’auteur


Bibliographie

  • L’égaré de Lisbonne (Gaïa, 2014)
  • Jón l’islandais (Gaïa, 2010)
  • La Volta, Au cap Horn dans le sillage des grands découvreurs (Transboréal, 2004)
L'égaré de Lisbonne

L’égaré de Lisbonne

Gaïa Editions - 2014

1500. Deux ans après l’ouverture de la route des Indes par Vasco de Gama, l’armada de treize nefs et caravelles commandée par Pedro Álvares Cabral s’engage elle aussi en direction du cap de Bonne-Espérance. João Faras, médecin et chirurgien du roi de Portugal, cosmographe, est embarqué dans l’aventure. Il est amené à dessiner le contour de côtes jusqu’alors jamais observées, espérant ainsi contribuer à l’enrichissement du très convoité Padrão Real, la carte du monde royale et secrète. Envoûté ou effrayé par les peuples rencontrés, malmené par la tempête, la maladie et la faim, il se languit de sa famille et doute de jamais revoir Lisbonne, porte sur la mer océane. En ces temps de grandes découvertes, João erre entre le Moyen Âge et la Renaissance, le judaïsme et le christianisme, entre la terre et la mer, l’Ancien et le Nouveau Monde.

Jòn l’islandais

Gaïa Editions - 2010

spip_logoAu XVe siècle, des États et des hommes intrépides se lancent à la découverte du monde. Des vaisseaux triomphants, battant pavillons espagnols et portugais, sillonnent les mers et disputent la découverte de nouveaux continents. Une époque vertigineuse où un océan pouvait encore être découvert au détour d’une forêt vierge. A la même époque, par une tragique ironie de l’Histoire, un peuple disparaît. Les Vikings installés au Groenland. Un peuple qui avait pourtant brillé, cinq siècle plus tôt, par ses expéditions fabuleuses dans les confins glacés. Des expéditions poussées courageusement par des hommes, au péril de leur vie, jusqu’au mystérieux Vinland, pays qu’on appelle aujourd’hui Terre-Neuve. Ces récits portés par bribes incertaines jusque sur le vieux continent contribuèrent à forger l’intuition d’un certain Christophe Colomb, dont on retrouve la trace jusqu’au pied d’un volcan englacé d’Islande. Ainsi l’Espagne obtint le bénéfice de la découverte du nouveau continent au détriment des Vikings dont les prouesses étaient tombées aux oubliettes. Oubliées des rois et des papes, oubliées de tous, ou presque. Personne d’autre que Jòn l’Islandais n’eut autant la conscience de cette injustice de l’histoire, car il en fut le meilleur témoin. Enlevé à l’âge de sept ans par les Anglais, il quitte contre son gré son pays natal et traverse pour la première fois l’océan. À Bristol, il devient commis pour le compte d’un riche armateur. Plein de courage et nourri par les souvenirs de sa petite enfance, le garçon se promet de retrouver sa mère et son pays coûte que coûte, refusant la fatalité du destin. Un destin qu’il saisit à bras e corps et qui le conduit vers des terres lointaines, dans le sillage de ses ancêtres et aux côtés des plus grands de son temps.

L’aventure au cœur du roman

Saint-Malo 2014

Avec : Bruno D’Halluin, Philippe Di Folco, Alain Jaubert, Raphaël Jérusalmy
Animé par : Sandrine Brugot-Maillard


Coureurs d’océans

Saint-Malo 2014

Avec : Michèle Kahn, Bruno D’Halluin
Animé par : Géraldine Delauney


Vickings

Saint-Malo 2010
Avec Bruno D’HALLUIN, Marina DEDEYAN, Guillaume HINTZY. Un débat animé par Emmanuelle Dancourt.