Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)

2009, l’année littéraire d’Haïti
 

image

On peut gloser à l’infini sur le caractère très relatif, discutable, subjectif des prix littéraires. Il n’empêche : quand ceux-ci, en quelques mois, se multiplient, décernés depuis des aires culturelles différentes, par les jurys les plus divers, sans s’être donné le mot, cela prend une dimension symbolique forte : les signes multiples et convergents d’une reconnaissance, par le reste du monde, de la formidable créativité littéraire d’Haïti, de sa diversité, de sa capacité à parler au monde entier. Les prix dans tout le détail.

Dany Laferrière obtient pour son magnifique roman L’énigme du retour paru aux éditions Grasset, le Prix Medicis 2009, le Grand Prix du Livre de Montréal 2009 et, pour l’ensemble de son œuvre, le Grand Prix littéraire international du festival Métropolis Bleu 2010 (Montréal). Dany Laferrière montre une fois de plus quel écrivain précieux et rare il est, et avec quelle justesse et quelle émotion il parvient à évoquer l’essentiel du monde. Retrouvez la chronique du livre, des interviews et des extraits en cliquant ici.

Lyonel Trouillot remporte le Prix Wepler/La Poste pour Yanvalou pour Charlie, publié aux éditions Actes Sud, que nous avions chroniqué lors de sa sortie au mois de septembre, soulignant qu’il faisait partie des meilleurs romans de la rentrée. Vous pouvez dès à présent relire la chronique de cette plongée dans la société haïtienne moderne en cliquant ici.

Yanick Lahens est distinguée par le prix RFO pour son roman La Couleur de l’aube, paru en 2008 chez Anne Wespieser, qui avait déjà reçu le Prix Carbet de la Caraïbe et le prix Millepages 2008. En nous présentant le destin d’une famille ordinaire des faubourgs de Port-au-Prince, où sourd la révolte et éclate la volonté de vivre, elle brosse sans complaisance la réalité caribéenne. À retrouver ici.

Emmelie Prophète reçoit le Grand prix littéraire Caraïbe de l’ADELF (Association des Écrivains de Langue Française) 2009 pour son roman Le testament des solitudes publié chez Mémoire d’encrier en 2007 ex aequo avec Axel May pour Guyane française, l’or de la honte, paru aux éditions Calmann-Lévy. Considéré comme un moment décisif dans le roman haïtien au féminin, le roman Le testament des solitudes a été remarqué et salué par la critique comme un livre incontournable, d’une écriture forte, sensible et maîtrisée.

Edwidge Danticat est quant à elle lauréate lauréate d’une bourse de 500 000 $ attribuée pour l’importance de son œuvre par la Fondation John D. and Catherine T. MacArthur qui a tenu à récompenser "une romancière qui capture toute l’essence de l’endurance et du renouveau humain à travers des personnages inspirés de son Haïti natale". Edwidge Dandicat ne sera malheureusement pas présente à Port-au-Prince cette année.

Louis-Philippe Dalembert a reçu la prestigieuse bourse "Artists in Berlin Programme" décernée par le German Academic Exchange Service. Il se rendra dans la capitale allemande immédiatement après avoir participé au festival Etonnants Voyageurs Haïti. Rappelons également que Louis-Philippe Dalembert avait reçu le prix Casa de Las Americas fin 2008 pour Les Dieux voyagent la nuit (Le Rocher).

Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)