logo
Le dico des auteurs


BRAUMAN Rony

France

20 avril 2006.
 

Biographie

 

Médecin et militant humanitaire français, Rony Brauman est né en 1950 à Jérusalem, il est engagé depuis 1977 dans le domaine de l’aide internationale. Après des études de médecine et une spécialisation en pathologie tropicale, il travaille pour Médecins Sans Frontières (MSF), entre autres dans des camps de réfugiés aux frontières du Cambodge et de la Thaïlande. Président de MSF de 1982 à 1994, il restera conseiller par la suite. De 1984 à 1988, il cofonde et dirige Libertés sans Frontières (LSF), travaillant sur les questions de sous-développement. Il enseigne à l’institut d’études politiques de Paris entre 1994 et 1997. Rony Brauman reçoit le Prix Henry Dunant en 1997, soulignant la ferveur avec laquelle il surmonta les obstacles pour établir MSF et LSF qui œuvrent pour la dignité humaine.


Bibliographie :

- Penser dans l’urgence : Parcours critique d’un humanitaire (Seuil, 2006 - entretien avec Catherine Portevin)
- Utopies sanitaires (Le Pommier, 2000)
- Éloge de la désobéissance (Le Pommier, 1999, document d’accompagnement du film intitulé Un spécialiste : portrait d’un criminel moderne, réalisé à partir des archives vidéo du procès d’Eichmann, avec le cinéaste Eyal Sivan)
- Les médias et l’humanitaire (avec René Backmann, Victoires, 1998)
- Humanitaire : le dilemme (avec Philippe Petit, Editions Textuel, 1996)
- L’action humanitaire (Flammarion, 1995)
- Devant le Mal. Rwanda, un génocide en direct (1994)


Résumé de Penser dans l’urgence : Parcours critique d’un humanitaire :

Figure emblématique de l’action humanitaire, Rony Brauman fut longtemps président de l’association Médecins sans frontières. En plus de ses innombrables missions sur le terrain, aux quatre coins du monde, il s’est fait connaître par la réflexion critique qu’il a élaborée, au fil des ans, sur l’humanitaire lui-même et ses limites. Chez Rony Brauman, ce questionnement ne cesse de croiser d’autres soucis très contemporains : sur la médecine et la santé publique, sur le totalitarisme, sur les usages politiques de la mémoire, sur le statut de la victime. À ce titre, son parcours et son témoignage sont véritablement uniques. Ce long bilan autobiographique prend ici la forme d’entretiens avec la journaliste Catherine Portevin.

Vidéos

 

 

Les cafés littéraires