logo
Le dico des auteurs


FATAH Sherko

Allemagne - Irak

3 juin 2011.
 

Biographie

 


- Biographie
- Bibliographie
- Présentation de Le Navire obscur

Biographie

JPEG - 17 ko
© Daniel MORDZINSKI

Son premier roman s’appelait En zone frontalière (prix Aspekte 2000 du meilleur premier roman en langue allemande). Il faut dire que Sherko Fatah connaît ces lieux de démarcation, lui qui est né à Berlin-Est d’un père kurde irakien et d’une mère allemande, et a vécu, à Vienne puis Berlin-Ouest et a séjourné plusieurs fois en Irak. De ces voyages, il puise l’inspiration de ses romans.
En zone frontalière, et Petit oncle se déroulent dans la bande kurde du nord de l’Irak, pays ravagé par la guerre, l’embargo et la dictature.

Son dernier roman, Le navire obscur qui vient de paraître en français, parle également d’un jeune Kurde irakien, Kerim, qui va fuir un monde qui ne connaît que la guerre, la violence et le pouvoir répressif des puissants. Roman d’apprentissage, le lecteur voit grandir le héros et reçoit avec lui, entre l’Irak et l’Allemagne où va fuir clandestinement Kerim, une leçon sur la tragédie des hommes pris entre les mâchoires des extrémistes de tout bord.

En 2007, Sherko Fatah a reçu le Hilde-Domin-Preis pour la littérature d’exil. En 2008, Le navire obscur a figuré dans la liste des six meilleurs candidats pour le Deutscher Buchpreis.


Bibliographie :

- Le Navire obscur (Métailié, 2011)
- Le petit oncle (Métailié, 2006)
- En zone frontalière (Métailié, 2004, prix Aspekte du meilleur roman en langue allemande avec Im Grenzland en 2001, traduit ensuite en langue française)


Résumé de Le Navire Obscure  :

Né dans le Kurdistan irakien, Kerim ne connaît que la guerre, le pouvoir répressif des puissants, la violence : son père est tué sous ses yeux. Kerim, encore adolescent, le remplace au sein de la famille et de la petite entreprise familiale, une auberge, il prend sa place aux fourneaux. Jusqu’au jour où, allant rendre visite à ses grands-parents dont la famille est sans nouvelles, il est capturé par ceux qui se nomment « les combattants de Dieu » : enrôlé de force dans leurs rangs, il les suit dans leurs exactions jusqu’à ce qu’il arrive, au prix d’un crime, à se libérer de leur violence et à leur échapper. De retour dans sa famille, Kerim n’a qu’une idée : quitter l’Irak le plus vite possible et gagner clandestinement l’Europe, et plus précisément l’Allemagne. Kerim survit à une traversée clandestine épouvantable et débarque chez l’un de ses oncles à Berlin où il souhaite commencer une vie nouvelle. Là, ce sont d’autres problèmes qui commencent : son passé le rattrape, il lui colle à la peau, l’intégration dans le quotidien européen ne ressemble pas à ce qu’il avait imaginé, même s’il trouve sur sa route amour et bienveillance. L’échec est programmé.

Résumé de Le petit oncle :

Au commencement : la mise à mort d’un cygne le soir de Noël dans une ville allemande. Tout ici est placé sous le signe de la violence. Le narrateur, Michael, fait la connaissance d’un vieil homme que tout le monde appelle "Petit Oncle". Il est originaire du nord de l’Irak et a trouvé refuge en Allemagne parmi d’autres clandestins. Le monde dans lequel il vit désormais lui est complètement étranger, il se tait - radicalement - et garde pour lui son histoire. Michael part en Irak dans l’espoir de comprendre le destin de Petit Oncle. Il n’en découvre que des bribes. Mais, en revanche, il fait connaissance avec une société meurtrie et brutalisée, et prend conscience des limites de sa possibilité à comprendre la souffrance de ce peuple. Ceux qui ont souffert ne parviennent pas à transmettre leur propre souffrance, leur destin est le silence dans un monde bavard qui les baptise du nom de victime, sans pouvoir comprendre réellement leur douleur. Sherko Fatah a écrit un livre qui utilise la distanciation narrative pour approcher au plus près l’abîme qui sépare expliquer et comprendre de souffrance et humiliation.

- Retour au sommaire


Présentation de Le Navire obscur

JPEG - 13.9 ko
spip_logo

Né dans le Kurdistan irakien, Kerim ne connaît que la guerre, le pouvoir répressif des puissants, la violence : son père est tué sous ses yeux. Kerim, encore adolescent, le remplace au sein de la famille et de la petite entreprise familiale, une auberge, il prend sa place aux fourneaux. Jusqu’au jour où, allant rendre visite à ses grands-parents dont la famille est sans nouvelles, il est capturé par ceux qui se nomment « les combattants de Dieu » : enrôlé de force dans leurs rangs, il les suit dans leurs exactions jusqu’à ce qu’il arrive – au prix d’un crime – à se libérer de leur violence et à leur échapper.
De retour dans sa famille, Kerim n’a qu’une idée : quitter l’Irak le plus vite possible et gagner clandestinement l’Europe, et plus précisément l’Allemagne.
Kerim survit à une traversée clandestine épouvantable et débarque chez l’un de ses oncles à Berlin où il souhaite commencer une vie nouvelle. Là, ce sont d’autres problèmes qui commencent : son passé le rattrape, il lui colle à la peau, l’intégration dans le quotidien européen ne ressemble pas à ce qu’il avait imaginé, même s’il trouve sur sa route amour et bienveillance. L’échec est programmé.

Sherko Fatah n’écrit pas un roman sur l’Islam, mais un roman qui révèle les différentes formes des extrémismes, leurs multiples pouvoirs de séduction et leurs conséquences.
Il révèle ici la puissance de son style dans cette évocation de l’inéluctabilité du destin de ses héros.

Revue de presse :

- "Un récit d’aventures doublé d’un impitoyable roman politique." LE MONDE DES LIVRES, 11/02/2011

- "A l’heure où l’on semble s’interroger un peu partout en Europe sur les chances d’une société "multiculturelle", Sherko Fatah est dans la littérature d’aujourd’hui la preuve même que deux cultures, loin d’entrer en conflit ou de se juxtaposer, peuvent parfaitement s’enrichir l’une par l’autre. (...) Un prologue magistral ouvre le livre, trois pages époustouflantes comme on aimerait en lire plus souvent, dans lesquelles le vaste paysage qui s’offre aux regard émerveillés de l’enfant devient théâtre de l’horreur sans que son infinie bonté s’en trouve altérée le moins du monde. (...) Le Navire obscur est un roman d’aventures qui respecte les conventions du roman picaresque. (...) Il y a du Candide dans le personnage de Kerim. Mais il n’y a ni maître, ni puissance occulte pour veiller sur lui dans l’ombre et le conduire à bon port. Il n’y a pas de bon port." LA QUINZAINE LITTERAIRE, 16/03/2011

- "Habile conteur, Sherko Fatah fouille la violence et l’humiliation des humbles par les puissants unis sous la bannière unique du pouvoir et de l’oppression. (...) Un livre fort, riche, émouvant, qui renvoie dos à dos Orient et Occident pour poser des questions essentielles." ENCRES VAGABONDES

- Retour au sommaire

Œuvre

 

Le navire obscur

Anne-Marie Métailié - 2011
Le navire obscur Né dans le Kurdistan irakien, Kerim ne connaît que la guerre, le pouvoir répressif des puissants, la violence : son père est tué sous ses yeux. Kerim, encore (...)
 

En zone frontaliere

Anne-Marie Métailié - 2004
 

Vidéos

 

 

Les cafés littéraires

Saint-Malo 2006

Entre deux mondes

 
Saint-Malo 2011

Blessures de guerre


Avec Isabelle Delloye, Sherko Fatah et Fabio Geda

 

Les débats audios

 
Saint-Malo 2011

En fuite

Avec Sherko FATAH, Malika MOKEDDEM, TEARNE Roma, animé par Margot Loizillon

 
 
Ses festivals

Saint-Malo

  • 2005
  • 2006
  • 2011


  •