Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)

BREYTENBACH Breyten

Afrique du Sud

La femme dans le soleil (Bruno Doucey, 2015)

Biographie

© Yolande Breytenbach

Poète, peintre et romancier, Breyten Breytenbach est un personnage emblématique de la lutte contre l’apartheid. Fondateur dans les années 60 de l’Okhela, une organisation chargée d’organiser les réseaux de Blancs au service du Congrès National Africain (ANC) - le mouvement de Nelson Mandela -, il est contraint de travailler depuis Paris, son mariage avec une jeune vietnamienne lui interdisant de revenir dans son pays. En 1975 pourtant, il se rend en Afrique du Sud, sous couvert d’un faux passeport, afin de recruter des membres pour son réseau. Arrêté, jugé et emprisonné, il échappe de peu à la peine capitale et passe huit ans dans la prison centrale de Pretoria pendant lesquels il écrit la Confession véridique d’un terroriste albinos.

L’apartheid aujourd’hui terminé, Breyten Breytenbach n’en reste pas moins critique à l’égard de la politique menée dans le pays qui l’a vu naître et continue son combat pour le développement de l’Afrique. Désormais naturalisé français, il partage son temps entre New York, où il enseigne le "creative writing", la France, son pays d’adoption, l’Afrique du Sud, où il est désormais le bienvenu et le Sénégal. Il y dirige le Gorée Insitute, une organisation chargée de promouvoir la paix, la démocratie et le développement communautaire et culturel en Afrique.

Considéré comme l’un des plus grands écrivains sud africain, Breyten Breytenbach a d’abord écrit ses premières œuvres en Afrikaans avant de les rédiger directement en anglais. D’abord poète appartenant, avec André Brink, au groupe des « Sestigers » , Breyten Breytenbach se signale rapidement par des fictions fantasmagoriques (Om Te Vlieg). Auteur de recueils de poèmes et de romans partagés entre fiction, auto-fiction et réalité, il a largement contribué à dénoncer l’immoralité de l’apartheid et les conditions de détentions dans les prisons d’Afrique du Sud. En 2004, il est membre de la délégation internationale des écrivains répondant à l’appel du poète Mahmoud Darwich pour manifester sur place leur soutien aux palestiniens, aux côtés de Russell Banks, Wole Soyinka, José Saramago, Bei Dao, Juan Goytisolo, Vincenzo Consolo. Également connu en France et en Europe pour ses peintures (une grande rétrospective de l’ensemble de son œuvre a fait l’objet d’une exposition à Amsterdam), Breyten Breytenbach voit son ouvrage, paru en 2009 chez Actes Sud, sortir la même année en poche. Un recueil d’articles profonds, rageurs, mêlant réflexions politiques et personnelles pour dénoncer la dérive d’un monde toujours plus inégalitaire, et appeler à "imaginer l’Afrique".

En 2015 paraît La femme dans le soleil, l’autobiographie poétique de cet homme que l’histoire a changé en oiseau migrateur. Tout y est : sa survie sous le régime de l’apartheid, son goût des terres fauves, la vitalité charnelle de l’amour, le souvenir de la prison, l’état d’insurrection dans lequel l’ont laissé des années d’injustice. Par la force magique de son verbe et un sens inné de la résistance, le poète Breyten Breytenbach tend vers l’horizon un rêve immense de liberté.


Bibliographie :

  • La femme dans le soleil (Bruno Doucey, 2015)
  • Le monde du milieu (Actes Sud, 2009)
  • L’Empreinte des pas sur la terre : Mémoires nomades d’un personnage de fiction (Actes Sud, 2008, trad. Jean Guiloineau)
  • L’étranger intime (Actes Sud, 2007, trad. Jean Guiloineau)
  • Le coeur-chien (Actes Sud, 2005, trad. Jean Guiloineau)
  • Lady One (Melville, 2004, trad. Jean Guiloineau)
  • Retour au paradis : journal africain (Grasset, 1993, trad. Jean Guiloineau)
  • Tout un cheval (Grasset, 1990, trad. Jean Guiloineau)
  • Mémoire de poussière et de neige (Grasset, 1989, trad. Jean Guiloineau)
  • Métamortphase : poèmes de prison (Grasset, 1987, trad. Georges-Marie Lory et l’auteur)
  • Feuilles de route : essais, lettres, interviews, articles de foi, notes de travail (Seuil, 1986, trad. Jean Guiloineau)
  • Une saison au paradis (Seuil, 1986, trad. Jean Guiloineau)
  • Confession véridique d’un terroriste albinos (Stock, 1984, trad. Jean Guiloineau)
  • Mouroir : notes-miroir pour un roman (Stock, 1983, trad. Jean Guiloineau)
  • Feu froid (Christian Bourgois, 1976, trad. Jean Guiloineau)
La femme dans le soleil

La femme dans le soleil

Bruno Doucey - 2015

Extrait

« Très-aimée, je t’envoie une tourterelle vermeille
car personne ne tire sur un messager rouge
Je lance haut dans l’air ma tourterelle vermeille je sais que tous les chasseurs la prendront pour le soleil »


Le mot de l’éditeur

À vingt ans, je militais pour la libération de Breyten Breytenbach ; me voici aujourd’hui l’éditeur de ses poèmes, heureuse surprise de la vie. La vie, c’est d’ailleurs elle que chante La femme dans le soleil, itinéraire poétique d’un homme que l’histoire a changé en oiseau migrateur. Tout y est : sa survie sous le régime d’apartheid, son goût des terres fauves, la vitalité charnelle de l’amour, l’état d’insurrection dans lequel le laisse l’injustice. Sans oublier ces lieux qu’il arpente avec une énergie créatrice : l’île de Gorée, où fait souvent escale sa voile blanche, Paris sa ville de cœur, l’Eastern Cap que le couchant transforme en « coulée d’or ». Si les frontières lui sont étrangères, c’est que l’exilé est aussi un « oiseau constructeur » qui sait tenir le cap de l’espérance. Par la force magique de son verbe et un sens inné de la résistance, le poète tend vers l’horizon un rêve immense de liberté.

Traduit de l’afrikaans et préfacé par Georges-Marie Lory

Le monde du milieu

Le monde du milieu

Actes Sud - 2011

Le monde du milieu mêlant humour, ironie, souvenirs, poèmes, espoirs, faits divers, citations, convictions et rencontres, un recueil d’essais placé sous le signe de l’Afrique du Sud et de l’Afrique en général. Le regard d’un poète engagé sur l’état du monde actuel, avec des personnages qui traversent le livre et dominent le monde comme Nelson Mandela, Barack Obama et Mahmoud Darwich...

Ce livre est un cri, un appel à la réflexion, à la remise en question. Un foisonnement riche d’idées, d’expériences et de rencontres. Ce livre juge, questionne, se positionne par rapport aux pouvoirs du monde capitaliste, à la globalisation de l’économie mondiale. Il lance un miroir accusateur aux nations qui depuis des décennies écrasent, repoussent, pillent ou utilisent le continent Africain ; il interroge sur la place de l’artiste en Afrique, sur son rôle comme sur son devenir, et sur ce qu’il advient de l’imaginaire dans un continent comme celui-ci : si terriblement désespéré, si concrètement désespérant.
Dans une langue très librement littéraire et au fil d’une quinzaine de textes, Breytenbach rappelle de façon récurrente aux lecteurs ce qu’ils tentent inconsciemment d’éviter, leur part de responsabilité, leur immobilisme, voire leur déni des faits. Dans une lettre à Mandela, à l’occasion de ses 90 ans. Breyten Breytenbach s’adoucit, écrit l’amitié et l’admiration mais ne passe pas pour autant sur ses déceptions face à l’état d’extrême violence de son pays d’origine, une situation que le vieux leader semble vouloir oublier. Dans un principe de kaléidoscope, il enchaîne ensuite sur Obama, étudie la ressemblance entre ces deux dirigeants noirs, et le rôle que tous deux incarnent ou endossent aux yeux des peuples. De textes en textes, qu’ils traitent de l’identité afrikaner ou de la terrible responsabilité de Sharon et de Bush au Moyen Orient ; de ses souvenirs de prison ou des clandestins morts avant même d’atteindre les Etats Unis, Breyten Breytenbach nous entraîne à travers les interstices du monde, dans une envolée pour rejoindre tous ceux qui, par leurs idées, leur cheminement, leurs choix, ont quitté leurs racines, leurs fondements, se sont arrachés à leur contexte premier, pour se redéfinir et accéder à un autre point de vue, pour créer une autre sphère de réflexion. Et voici qu’il révèle sous nos yeux ce monde du milieu, tout en nuances, différences, altérités, toujours en marge, et pourtant essentiel.

Traduit de l’anglais (Afrique du Sud) par : Jean GUILOINEAU


Outre-voix / Voice Over

Actes Sud - 2009

Outre-voix / Voice Over A la mort de Mahmoud Darwich, Breyten Breytenbach décide de poursuivre sa conversation interrompue avec son ami. Elle prend désormais la forme de ce long poème.


Empreinte des pas sur la terre. Mémoires nomades d'un personnage de fiction

Empreinte des pas sur la terre. Mémoires nomades d’un personnage de fiction

Actes Sud - 2008

Poète, romancier, essayiste, Breyten Breytenbach se situe depuis toujours entre l’intime questionnement de l’écriture et l’engagement politique ; entre la fiction, l’autofiction et la réalité d’un intellectuel de notre temps familier du voyage, amoureux du mouvement.
Vagabond : le monde habite son oeuvre ; homme d’engagements : le tumulte et la violence de l’Afrique du Sud la structurent ; écrivain remarquable : le poème est au coeur de son être au monde.
Dans ce livre, Breyten Breytenbach déploie cette singulière approche du réel, il convoque les événements qui ponctuent sa vie et la nôtre, les grands bouleversements de l’histoire, les visages et les voix croisés au cours de ses voyages. Puis il semble ralentir, s’arrêter, retrouver sa propre respiration, la sérénité de ses pas, redécouvrir la part secrète de son âme et ce qui depuis toujours l’autorise à poursuivre.
Et je me penche en avant pour mieux entendre, parce que maintenant je sais que l’imagination est une migration d’images murmurées.

Traduit de l’anglais (Afrique du Sud) par Jean GUILOINEAU

Identités multiples, patries imaginaires

Avec Boris Pahor, Akhil Sharma, Breyten Breytenbach et Taiye Selasi - Saint-Malo 2015


Avec Boris Pahor, Akhil Sharma, Breyten Breytenbach et Taiye Selasi, une rencontre animée par Kerenn Elkaim


Poésie, engagement et liberté

Avec Joséphine Bacon, Breyten Breytenbach et Lyonel Trouillot. Rencontre animée par Florence Bouchy - Saint-Malo 2015

Avec Joséphine Bacon, Breyten Breytenbach et Lyonel Trouillot. Rencontre animée par Florence Bouchy


Breyten Breytenbach, l’oiseau constructeur

Avec Yvon Le Men et Breyten Breytenbach - Saint-Malo 2015


Avec Yvon Le Men et Breyten Breytenbach


Peindre, écrire : L’imagination créatrice

Avec Frankétienne, Muriel Barbery, Breyten Breytenbach, Hubert Haddad. Débat animé par Marie-Madeleine Rigopoulos. - Saint-Malo 2015

Avec Frankétienne, Muriel Barbery, Breyten Breytenbach, Hubert Haddad. Débat animé par Marie-Madeleine Rigopoulos.


Visions d’Afrique

Saint-Malo 2009
Samedi : 17h45 - Visions d’Afrique
Lieve Joris, Gilbert Gatore, Breyten Breytenbach, Biyi Bandele, Thierry Michel. Animé par Josianne Guéguen

Le dérèglement du monde

Saint-Malo 2009
Lundi : 14h00 - Le dérèglement du monde
Édouard Glissant, Amin Maalouf, Aravind Adiga, Breyten Breytenbach. Animé par Yves Chemla

De l’irruption du poétique en temps de crise

Saint-Malo 2009
Dimanche : 11h30 : De l’irruption du poétique en temps de crise
Michel Le Bris, Patrick Chamoiseau, Édouard Glissant, Breyten Breytenbach, Yvon Le Men. Animé par Jacques Darras