Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)

ASSOULINE Pierre

France

Le blog ou la vie (Les Arènes, 2008)

Pierre Assouline est écrivain et journaliste. Une vingtaine de livres, des milliers d’articles, et presque autant d’émissions de radio. Tout ça pour dire la passion de la chose imprimée et la curiosité qu’il porte à ceux qui arrivent à mettre un mot après l’autre. Il a publié des dizaines de biographies, comme celles
d’Albert Londres, D.-H. Kahnweiler, Georges Simenon, Gaston Gallimard, Henri Cartier-Bresson, Hergé, Jean Jardin, Paul Durand-Ruel.

Homme de presse et de radio, Pierre Assouline a travaillé pour France Soir, France Inter, RTL et a surtout observé la vie littéraire pendant vingt ans au magazine Lire dont il fut directeur de la rédaction, chroniqueur au Monde 2 et critique pour Le Nouvel Observateur. Son blog sur internet, La République des Livres, est le blog francophone le plus consulté, une véritable référence en matière de littérature.
Son livre Rosebud : Eclats de biographies, paru en 2008, soulève des questions que Bernard Loupias résume ainsi : "Que reste-t-il d’une vie d’artiste une fois que la mort l’a transformée en destin ? Une œuvre, évidemment. Quoi d’autre ? Des petits riens qui n’intéressent personne, sauf Pierre Assouline."

La biographie Le dernier des Camondo a paru en hébreu aux éditions Schoken en 2004. Trois de ses romans ont été également publiés en hébreu : Lutetia (éditions Matar), Etat limite (éditions Schocken) et La cliente aux éditions Hakibbutz Hameuhad-Sifriat Poalim.


Liens :


Bibliographie :

  • Le blog ou la vie (Les Arènes, 2008)
  • Rosebud : Eclats de biographies (Gallimard, 2008)
  • Deyrolle : pour l’avenir (Gallimard, 2008)
  • Le Portrait (Gallimard, 2007)
  • Albert Londres : oeuvres complètes (Arléa, 2007)
  • Gaston Gallimard : un demi-siècle d’édition française (Gallimard, 2006)
  • L’homme de l’art : D.-H. Kahnweiler, 1884-1979 (Balland, 2006)
  • Albert Londres (Balland, 2006)
  • Une éminence grise (Balland, 2006)
  • Monsieur Dassault (Balland, 2006)
  • Lutetia (Gallimard, 2005) Prix Maison de la Presse 2005
  • Etat limite (Folio Gallimard, 2005)
  • Grâces lui soient rendues : Paul Durand-Ruel, le marchand des impressionnistes (Gallimard, 2004)
  • Le fleuve Combelle (Gallimard, 2003)
  • Double Vie (Folio Gallimard, 2002)
  • Henri Cartier-Bresson : L’Oeil du siècle (Folio Gallimard, 2001)
  • La Cliente (Folio Gallimard, 2000)
  • Les nouveaux convertis (Albin Michel, 2000)
  • Le Dernier des camondo (Folio Gallimard, 1999)
  • Hergé (Omnibus, 1998)
  • Simenon (Folio Gallimard, 1998)
  • Trois hommes d’influence. Gaston Gallimard, D.-H. Kahnweiler, Albert Londres (Balland, 1994)
  • Le flâneur de la rive gauche avec Antoine Blondin (François Bourin, 1994)
  • Germinal, l’aventure d’un film (Fayard, 1993)

Présentation de Rosebud : Eclats de biographies :

" Rosebud, nom, masculin, de l’anglais rosebud signifiant "bouton de rose", métaphore issue du film Citizen Kane... " Plus de trente ans que je cherche le rosebud en chacun. Ce petit rien qui nous trahit en nous dévoilant aux autres. Le rosebud peut être un vêtement, un objet, un geste. Un paysage de neige dans une boule de cristal. Une œuvre d’art éventuellement. Ou une madeleine. Ce peut être une trace ou une empreinte. Parfois même une simple page d’un livre. Ou un mot. Qu’importe si c’est juste un détail, pourvu que ce soit un détail juste. Rudyard Kipling, Henri Cartier-Bresson, Paul Celan, Jean Moulin, Lady Diana Spencer, Picasso, Pierre Bonnard cachent tous leur rosebud. Seuls des éclats de biographies, ombres de vérité, m’ont semblé à même de les révéler dans ce qu’ils ont d’insaisissable et d’essentiel. "