BARU

France

Pauvres Zhéros (Casterman, 2008), Tooloose(Casterman, 2007)

Ancien professeur d’éducation physique, né en 1947, ce n’est qu’à trente ans qu’Hervé Baruléa, dit Baru, s’embarque dans une carrière de dessinateur, décidant de se consacrer à la bande dessinée.

Si son premier album Quéquette Blues est un classique instantané, c’est avec l’Autoroute du soleil, paru une quinzaine d’années plus tard qu’il se fait connaître du grand public, un album récompensé en 1995 par l’Alph-Art du prix du meilleur abum en langue française. Il vient de publier Tooloose, un album collectif réalisé en collaboration d’autres grands noms de la bande dessinée française.


Lien

Le site officiel de Baru


Bibliographie (sélective)

  • Pauvres Zhéros (Casterman, 2008)
  • Tooloose(Casterman, 2007)
  • L’enragé, Tome 2(Dupuis SA, 2006)
  • Quéquette blues (Casterman, 2005) (Rééd.)
  • L’enragé, Tome 1 (Dupuis SA, 2004)
  • Les années Spoutnik, tome 2 : C’est moi le chef ! (Casterman, 2000)
  • Sur la route encore (Casterman, 1997)
  • L’Autoroute du soleil (Casterman, 1995)

Présentation de Pauvres Zhéros

Quelque part dans l’Est de la France profonde, dans l’un de ces gros villages que fréquentent depuis toujours Pelot et Baru, un enfant disparaît lors d’une promenade scolaire en pleine nature. Un enfant handicapé, un mongolien. Issu de cet hospice Saint Maurice dont tout le monde ici, depuis des décennies, a appris à détourner le regard pour ne pas trop avoir à deviner ce qui s’y passe, entre orphelinat dévoyé et mouroir pour vieillards surexploités… L’ordre républicain, pourtant, exige que l’on recherche l’enfant. Et que l’on aille fouiner, peutêtre, dans les petites affaires d’Anastase et d’Albert, les deux locquedus du village, loosers absolus d’un monde étouffant qui n’épargne pourtant personne. Qui sait si ces deux-là, à toutes leurs tares, n’ajoutent pas celle de la pédophilie, voire pire ? La suite de l’histoire montrera que les plus pervers ne sont pas forcément ceux que l’on croit, et que quelque chose, cet hiver-là, s’est bien irrémédiablement brisé dans ce microcosme qui nous paraît si familier…


Présentation de Tooloose

Alors que s’ouvre une nouvelle ligne de métro à Toulouse en juin 2007, Casterman signe avec un collectif d’auteurs, et en partenariat avec le métro de Toulouse.

L’album réunit les contributions de quatre auteurs de talent – Martin Veyron, Jean-Marc Rochette, Blutch, Baru, avec des récits d’une vingtaine de planches chacun – et d’un romancier, Jean-Bernard Pouy, qui pour l’occasion s’est fait le scénariste de Rochette et Baru.

Où l’on découvrira, entre autres, une délirante équipée spatiale menée par des astronautes Toulousains et une variation inédite sur l’art du tag, avec en toile de fond cette souriante et lancinante question posée par Martin Veyron : “Mais que diable se passe-t-il dans le métro de Toulouse ?!”.

Canicule

Casterman BD - 2013

Le silence de Lounès

Casterman BD - 2013

Magistrale évocation d’un conflit père-fils sur fond de fresque sociale ! Giani et Nouredine ont grandi ensemble à Saint Nazaire. L’un est fils d’immigrés italiens, l’autre a des parents kabyles qui sont arrivés en France plus récemment, après la guerre d’Algérie. Ils sont unis comme les doigts de la main, amis pour la vie. Mais à mesure qu’ils grandissent, et qu’ils deviennent comme leurs aînés ouvriers sur les chantiers navals, Nouredine se radicalise. Éternel révolté dont la colère jamais éteinte se nourrit du silence de son père Lounès, qu’il soupçonne d’avoir été un planqué pendant le conflit algérien, Nouredine joue l’affrontement, jusqu’à devoir s’enfuir vers cette Algérie qu’il n’a jamais vue. Giani, son copain pour toujours, l’y rejoindra pour une confrontation forcément douloureuse, tandis qu’une série de flash-back permet de découvrir ce qu’a vraiment fait Lounès pendant la sale guerre, et pourquoi il s’est si longtemps muré dans le silence… Le Silence de Lounès est une poignante histoire de filiation, pleine de non-dits, de fureurs rentrées, de violence et d’espoirs déçus. Avec son goût de toujours pour les fresques sociales, ses prises de positions sans ambigüité et son talent pour aller au fond des êtres et des situations, Baru signe un scénario magistral, mis en images par un jeune dessinateur dont on reparlera forcément, Pierre Place.


Tooloose

Casterman BD - 2007

Le chemin de l’Amérique

Albin Michel - 1990