logo
Le dico des auteurs


VERHEGGEN Jean-Pierre

Belgique

6 mars 2012.
 

Biographie

 

- Biographie
- Bibliographie
- Présentation de Poète bin qu’oui, poète bin qu’non

Biographie

JPEG - 35 ko
Jean-Pierre Verheggen
© J. Sassie - Gallimard

Si vous pensiez que l’humour n’est pas le propre de la poésie de langue française, les textes du belge Jean-Pierre Verheggen risquent bien de vous faire changer d’avis. Sa poésie, incessant remaniement de la langue, avec ses calembours, sa part de dérision et de trivialité, ne manque jamais de susciter le rire.

Le poète joue des sonorités de la langue française, sous sa plume les mots virevoltent, s’entrechoquent, se créent parfois, les idées fusent, les concepts se côtoient : « la langue est le personnage principal de mes textes », dit-il. Son écriture est avant tout une parodie sans complexe de la poésie, un pastiche burlesque des conventions du genre. Ainsi se moquant, il interpelle la littérature (de la bande dessinée belge aux grands classiques de la littérature francophone et des arts), et le monde culturel et politique. Il a reçu, en 1995, le Grand Prix de l’Humour Noir pour Ridiculum vitae et pour l’ensemble de son œuvre.

Né près de Namur en 1942, ancien professeur de français, il a participé dans les années 1970 à la revue d’avant-garde TXT, a été conseiller en 1990 du Ministre de la culture Valmy-Féaux, et chargé de mission spéciale à la promotion des Lettres françaises de Belgique en 1992… mais avant tout il est poète, poète phénomène, poète énergumène, inventeur d’un genre nouveau : l’opéra-bouche qui produit l’ouïssance, à la fois jouissance de l’oreille et jouissance par l’oreille. Les textes de Jean-Pierre Verheggen sont faits pour la lecture à voix haute : pour Jacques Bonnaffé, interprète et metteur en scène de son spectacle « L’Oral et Hardi » en 2009, « L’écriture de Jean-Pierre est un art primitif, son usage une incantation ».

En 2011, il revient avec le recueil Poète bin qu’oui, poète bin qu’non ?, attestant encore une fois de son goût pour les titres alambiqués, les détournements et le décalage. Cette même année, il confirme le grand talent qui est le sien en remportant le prix Robert Ganzo de Poésie pour l’ensemble de son œuvre lors du festival Étonnants Voyageurs. Pierre Verheggen pose sur le monde un rire joyeux et moqueur, fait tomber de son piédestal l’image du poète en maniant haut et bas langage, érudition implicite et calembour à outrance, faisant de Poète bin qu’oui, poète bin qu’non ? et de ses "36 poèmes pour 36 sortes de poètes", une œuvre ouverte et généreuse.


Bibliographie :

- Poète bin qu’oui, poète bin qu’non (Gallimard, 2011)
- Sodome et Grammaire (Gallimard, 2008)
- L’idiot du Vieil-âge (Gallimard, 2006)
- Tremblements (Rencontres, 2006)
- Le 12 septembre (Dargaud/Lombard, 2005)
- Metz in Japan (Voix éditions, 2005)
- Portraits Crachés (Le Somnambule équivoque, 2005)
- Gisella (Anatolia/Le Rocher, 2004)
- Du même auteur chez le même éditeur (Gallimard, 2004)
- Viallat l’homo sapiens (Rencontres, Charleville, 2002)
- Ridiculum Vitae (Gallimard, 2001)
- On n’est pas sérieux quand on a 117 ans (Gallimard, 2001)
- Artaud Rimbur (éd. de la Différence, 1990 et 1994) ; prix triennal de poésie 1992
- Orthographe 1er, roi sans faute (éd. du Seuil, 1992)
- Pubères, putains, Stabat mater, Porches, porchers (Labor, 1991)
- Les Folies bergères (éd. du Seuil, 1990)
- Vie et mort pornographiques de madame Mao (Hachette, 1981)
- Divan le Terrible (éd. Christian Bourgois, 1979)
- Le Degré Zorro de l’écriture (éd. Christian Bourgois, 1978)
- Le Grand Cacaphone, préface de Norge (Chambelland, 1974)


Présentation de Poète bin qu’oui, poète bin qu’on :

spip_logo
« Il y a 36 sortes de poètes : champêtres ou rodomonts, Peuls ou Auvergnats voire ambigus et ambidextres à la fois ! Il y a parmi eux des alcoolos, des mycologues, des indécis, des kamikazes, des inconnus et des curés de leur propre petite gloire locale personnelle ! Sans oublier les agités du buccal et les centaines d’autres espèces. Poète moi-même – peut-être ? (la question reste ouverte) – j’en ai tiré quelques portraits, le plus souvent au tir à têtes de pipes. C’est que je n’attache jamais ma censure quand je conduis mon autodérision ! Me voici donc fonçant à vive allure sur l’âge ingrat qu’est la vieillesse pour lui rappeler que je suis et veux rester une « persona non gaga » ou plus loin écrasant sans vergogne quelques nouveau-nés choisis parmi nos récents néologismes abscons et technico-bluffeurs venus, une fois encore, s’embourber dans notre langue : procrastination, locophage (ou locavore : au choix !) accidentogène et buvabilité, etc. Pan ! Sans le moindre coup de frein ! Pan dans le mille ! » J.-P. V.

- Présentation de Poète bin qu’oui, poète bin qu’non par Jean-Pierre Verheggen et Jacques Bonnaffé sur France Culture (11/09/2011)

- Presse :

« Hilarante anthologie de toutes les figures de poètes. De celui du dimanche, plein de son lyrisme considéré comme amour universel, au déjanté fou, au dangereux manipulateur de mots et au puant du bec, comme disait Ferré. Bien sûr, il s’agit de lire là subtile dérision et auto- dérision dans un monde si bavard... » JS, La Liberté, avril 2011

Présentation de Sodome et Grammaire :

JPEG - 3.9 ko

Ou Sodome et Grosso Modo si l’on préfère ! Nous sommes en effet en Presque- Poésie. A l’orée. A l’oreille et Hardy comme il a déjà été dit et redit. Aux bords. Aux confins : entre à-peu-près, pataquès, persiflage - voire franche provocation ! - et joyeuse parodie. Aux limites imprécises. Là où les frontières sont tantôt floues tantôt fluides. Là où également tous les coups sont permis pourvu qu’ils mettent en évidence les infinies ressources de notre belle langue française tout en la défendant contre qui la voudrait aujourd’hui plus démunie et déshumanisée que jamais ou davantage surchargée de préciosités ridicules.
Un uppercut donc - à la Cravan, s’entend ! - aux rappeurs Camembert ; un swing ou deux savates aux slammeurs pompiers ; une claque en passant à la novlangue technologique ; une solide peignée au branchouille mode d’emploi sans oublier une chiquenaude amicale aux grands ancêtres d’anthologie car nul n’est parfait, n’est-ce pas ?
Surtout pas l’auteur qui dans une ultime pirouette d’autodérision prend congé de lui-même en s’exclamant : salut l’Autiste ! Salut !

Œuvre

 
 

« Il y a 36 sortes de poètes : champêtres ou rodomonts, Peuls ou Auvergnats voire ambigus et ambidextres à la fois ! Il y a parmi eux des alcoolos, des mycologues, des indécis, (...)
 

Les débats audios

 
Saint-Malo 2012

Bruxelles, ville monde

Avec Julos Beaucarne, Fanchon Daemers, Jean-Luc Debattice, Jean-Pierre Verheggen, David Van Reybrouck, Jacques De Decker et William Cliff

 
Saint-Malo 2012

La Belgique existe-t-elle ?

Avec Jacques De Decker, David Van Reybrouck, André Versaille, Jean-Pierre Verheggen, Jean-Luc Debattice, Fanchon Daemers et Julos Beaucarne.

 
Saint-Malo 2011

Le retour de la rime

Avec Jacques Darras, Julien Barret, Jean-Pierre Verheggen, Souleymane Diamanka

 
Saint-Malo 2011

Pour le plaisir des mots

Avec le collectif 129H, Amkoullel, Jean-Pierre Verheggen, Felwine Sarr, Wilfried N’Sondé

 
Saint-Malo 2011

La rime dans tous ses états

Avec ROUDA, Wilfried N’SONDE, Souleymane DIAMANKA, Jean-Pierre VERHEGGEN, Yvon LE MEN, AMKOULLEL, Jean-Pierre SIMEON, Elie GUILLOU, animé par Jacques Darras

 
Saint-Malo 2011

1, 2, 3…poètes belges

Avec : Jean-Pierre VERHEGGEN, Serge DELAIVE, Karel LOGIST
Animé par : Jacques Darras, Rony DEMAESENEER

 
Saint-Malo 2011

Remise du Prix Robert Ganzo

Avec Jean-Pierre VERHEGGEN, Margarita PEREZ-GANZO, Manuel VICH-GANZO, animé par Jacques Darras

 
Saint-Malo 2011

Pour un dictionnaire unique des langues françaises

Avec Jean-Pierre VERHEGGEN , Emmelie PROPHÈTE, Rodney SAINT-ELOI, Felwine SARR.
Un débat animé par Géraldine Delauney

 
Saint-Malo 2010

Hommage à Jean-Pierre Verheggen

Avec Jean-Pierre Verheggen et Jacques Darras. Débat animé par Yvon Le Men.

 
Saint-Malo 2008

Pour saluer Jean-Pierre Verheggen

Yvon LE MEN

 
 
Ses festivals

Saint-Malo

  • 2008
  • 2010
  • 2011
  • 2012


  •