Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)

BANKS Russell

Etats-Unis

Voyager (Actes Sud, 2017)

© Nancie Battaglia

Russell Banks déploie un véritable génie à décrire ces vies brisées de notre monde, qui dans un mélange de frustration et de colère, survivent dans les villes déglinguées du New Hampshire aux bidonvilles de la Jamaïque. Cet auteur incarne paradoxalement ce qu’il a toujours dénoncé : le rêve américain. Lui qui naquit ancien prolo, tour à tour plombier, placeur de livres, étalagiste, vendeur de chaussures, un temps vagabond, il finit ses études à force d’énergie et se voit consacré écrivain. Russell Banks s’impose aujourd’hui comme l’un des plus grands romanciers américains actuels, maintes fois récompensé de par le monde. Il est également auteur de scénarios pour Hollywood et deux de ses romans ont été adapté au cinéma : Affliction et De Beaux lendemains (grand Prix du Festival de Cannes 1997). Il est également membre de la prestigieuse American Academy of Arts and Letters.

Ses livres donnent une voix à ceux que les accidents de l’existence ont laissés sur le bas-côté : enfants abandonnés ou meurtris dans Sous le règne de Bone, marginaux et solitaires peuplant les caravanes de Trailerpark, petites gens trahis par leur sort malgré leur courage dans Continents à la dérive. Mais l’auteur n’oublie pas les hommes d’exception, à mi-chemin de la folie et du génie, tel que l’abolitionniste de Pourfendeur de nuages dont l’action mena à la guerre de Sécession.
Russell Banks nous embarque dans de fascinantes histoires de trahisons familiales, amoureuses et, en filigrane, politiques. Regard lucide sur la vie américaine, il osait en 2004 dans American Darling questionner les ambiguïtés humaines et décrire les pièges et les ravages d’une politique impérialiste, nous dévoilant l’envers de l’histoire (la création de l’État du Liberia, invention américaine et toile de fond du récit). La Réserve paru en 2008, raconte l’histoire d’un amour impossible entre un peintre et une jeune femme de bonne famille, une passion imprévisible et dramatique qui révèle un conservatisme des plus rigoureux.
L’auteur s’intéresse également au phénomène de la numérisation de la vie et notamment à la transformation de l’intimité et de l’objet érotique en pornographie dans son roman publié en 2012, Lointain souvenir de la peau.

En 2015, il sort Un membre permanent de la famille, un recueil de douze nouvelles. C’est dans un style plus intime et musical que Russell Banks pratique la nouvelle dont le rythme accompagne encore le lecteur à la fin de l’œuvre. Séries de portraits, les intrigues témoignent d’histoires banales mais masquent des relations complexes de familles qui se font et souvent se défont par des divorces. Dans « Un membre permanent de la famille » (deuxième nouvelle), le mari s’en va, et dans « Fête de Noël », l’épouse adultère rejoint son amant. D’un côté, des personnages se reconstruisent et d’un autre, ils gardent le poids des ruptures, et souvent restent « en rade ». Et c’est là que Russell Banks donne une voix aux oubliés, car ces gens ordinaires éprouvent le besoin d’exister, parfois de se justifier ou encore de se relever d’une humiliation. Alors ils racontent…

Il revient en 2017 avec Voyager, un recueil de récits sur ses voyages à travers le monde, une quête d’ailleurs qui est aussi l’occasion d’une découverte de soi : une véritable ôde au voyage.


Bibliographie

Nouveauté

  • Voyager (Actes Sud, 2017)

Nouvelles

Romans

Autres publications

Adaptations au cinéma

  • De beaux lendemains (The Sweet Hereafter), réalisé par Atom Egoyan, 1997
  • Affliction, réalisé par Paul Schrader, 1997
  • Trailerpark, réalisé par Jonny Look et Patrick Muhlberger, 2010
Voyager

Voyager

Actes Sud - 2017

Dans ce captivant recueil de récits qui est aussi un livre de vie, Russell Banks, explorateur impénitent, invite son lecteur à l’accompagner dans ses plus mémorables voyages – des Caraïbes à l’Himalaya en passant par l’Écosse. Entretien avec Fidel Castro à Cuba, folles virées en voiture à l’époque hippie, expériences diversement radicales, relations entretenues avec ses quatre épouses successives, autant d’étapes formatrices aux allures de quête de soi qui ouvrent chez le lecteur un chemin vers le cœur et l’âme d’un romancier aussi fameux que respecté.

Continent à la dérive

Continent à la dérive

Acte Sud - 2016

À l’orée de l’an 1980, Bob Dubois, réparateur de chaudières dans une petite ville du New Hampshire, convainc sa femme de plaquer travail, maison et amis pour rejoindre avec leurs deux filles son frère, qui a fait fortune en Floride. Nourri de rêves de réussite et de prospérité, Bob espère, à l’aube de ses trente ans, s’élever comme lui au-dessus de sa condition d’ouvrier. À quelques milliers de kilomètres de là, Vanise Dorsinville fuit Haïti, avec son bébé et son neveu Claude, afin de gagner elle aussi la Floride, où le père de Claude les attend. Elle a choisi de quitter la violence institutionnalisée, la pauvreté et le chaos de son pays natal pour atteindre l’Amérique de ses rêves.
Quelles forces poussent ces êtres à s’exiler ? Crise existentielle pour l’un, exode contraint pour l’autre, Bob et Vanise aspirent à une seule et même chose : prendre un nouveau départ. Mais au cours de leur voyage, c’est une tout autre réalité qu’ils vont découvrir : celle de l’isolement affectif, de l’injustice, du déclassement social et de l’altérité. Deux égarés dont les destins finiront par se croiser.
Dans cette odyssée contemporaine et métaphysique, Russell Banks nous livre une vision désabusée du rêve américain, en même temps qu’un tableau intemporel de la tragique condition humaine. Continents à la dérive est un roman âpre, éminemment politique et d’une justesse imparable, qui, trente ans après sa sortie, continue à entrer en résonance avec notre temps.


Un membre permanent de la famille

Un membre permanent de la famille

Actes Sud - 2015

Douze nouvelles placées sous le signe d’une sobriété stylistique digne de
Raymond Carver au fil desquelles des couples divorcent, des femmes noires
sont traquées par des pit-bulls sur des parkings, où la liste des courses à effectuer
au supermarché finit par se confondre avec un programme de vie, où
des mythomanes prennent leurs semblables en otage, où la mort frappe les
hommes comme les animaux, où l’on écoute battre sous la poitrine d’un
autre le coeur transplanté d’un amour décédé.
Au sommet de son art et avec une superbe économie de moyens, Russell
Banks propose ici un recueil de textes dont l’intensité transmue le réel et le
quotidien en authentiques paraboles métaphysiques (Traduit de l’anglais par Pierre Furlan).

Revue de presse

« Oui, Banks sait décrire le désespoir sans verser dans le pathos. Il sait aussi écrire sans juger. Un recueil de nouvelles émouvant, que tout le monde devrait lire parce qu’il parle à tout le monde. »
Marie Tréhard, Marianne

« Douze nouvelles qui sont toutes du même acabit : noires cinglantes, humanistes et désespérées. Rien à voir avec des fonds de tiroir ou les textes bâclés que produisent parfois des auteurs très sollicités. L’écrivain septuagénaire apporte le même soin à bâtir ses nouvelles que ses romans. Concises, écrites dans un style simple et limpide, elles constituent un kaleidoscope de la grande solitude américaine. Pas de pathos, juste de l’émotion, forte, comme dans cette belle histoire d’amour ébauchée entre un homme et une femme qui se sont connus dans un congrès (Perdu, trouvé). »
Philippe Chevilley, Les Echos


Lointain souvenir de la peau

Lointain souvenir de la peau

Actes Sud - 2012

Par l’auteur de Sous le règne de Bone, De beaux lendemains et de American Darling, le grand roman du nouveau désordre sexuel, à l’ère d’Internet et de la pornographie en ligne, à travers le personnage d’un jeune délinquant sexuel incarnant l’enfer d’une addiction aussi particulière que largement répandue et le supplice de l’exclusion qui peut la sanctionner. Sur la disparition du corps confisqué par le “virtuel” et sur ses nécessaires réémergences pathologiques, une réussite romanesque éblouissante portée par des personnages inoubliables.


Amérique, notre histoire

Amérique, notre histoire

Actes Sud - 2006

Il y a aujourd’hui en Europe, une question de l’Amérique. Les conflits au Moyen-Orient, la divergence exacerbée des diplomaties et la vive hostilité exprimée par les opinions européennes aux positions de George W. Bush ont jeté le doute dans des relations qui reposent, en fait, sur une profonde indifférence et une ignorance mutuelle. Pour mieux comprendre le rapport que les Américains entretiennent avec l’Europe, il faut déplacer notre point de vue. Un film produit par Arte, Amérique, notre histoire, est à l’origine de cet entretien. Pour aller aux sources de la mentalité américaine, il traverse l’Histoire telle qu’elle s’est cristallisée dans l’imaginaire des Américains, du Mayflower à internet. Les films made in Hollywood y tiennent lieu de documents. Car c’est le cinéma qui a forgé l’imaginaire collectif américain, tenant lieu auprès d’une population disparate de discours idéologique et de pédagogie civique, illustrant une histoire, des héros, et des valeurs communes. C’est donc une Histoire fantasmée qu’interprète et commente Russel Banks, dont l’œuvre est elle-même profondément enracinée dans l’imaginaire collectif américain. Il en donne une vision personnelle, souvent inattendue, parfois troublante, toujours convaincante. Jean-Michel Meurice.


American Darling

American Darling

Actes Sud - 2005

A cinquante-neuf ans, Hannah Musgrave revient sur sa vie de jeune bourgeoise américaine contrainte par son engagement révolutionnaire à prendre la fuite vers l’Afrique au début des années 1970. Ayant tenté sa chance au Liberia, elle s’y est mariée à un bureaucrate local appartenant à une tribu puissante et promis à une brillante carrière politique. Quelques années plus tard, elle a, en catastrophe, repris le chemin de l’Amérique, laissant là leurs trois enfants, fuyant la guerre civile qui enflammait le pays. Au moment où commence ce livre, Hannah quitte sa ferme "écologique" des Adirondacks, car ce passé sans épilogue la pousse à retourner en Afrique... Evocation passionnante d’une turbulente période de l’histoire des Etats-Unis comme du destin d’un pays méconnu, le Liberia, le roman de Russell Banks tire sa force exceptionnelle de la complexité de son héroïne, et d’un bouleversant affrontement entre histoire et fiction.


De beaux lendemains

De beaux lendemains

Actes Sud - 2003

L’existence d’une bourgade au nord de l’Etat de New York a été bouleversée par l’accident d’un bus de ramassage scolaire, dans lequel ont péri de nombreux enfants du lieu. Les réactions de la petite communauté sont rapportées par les récits de quatre acteurs principaux. Il y a d’abord Dolorès Driscoll, la conductrice du bus scolaire accidenté, femme solide et généreuse, choquée par cette catastrophe. Vient Billy Ansel, le père inconsolable de deux des enfants morts. Ensuite, Mitchell Stephens, un avocat new-yorkais poursuivant avec une hargne passionnée les éventuels responsables de l’accident. Et enfin Nicole Burnell, adolescente promise à tous les succès, qui a perdu l’usage de ses jambes et découvre ses parents grâce à une lucidité chèrement payée. Ces quatre voix font connaître les habitants du village, leur douleur, et ressassent la question lancinante - qui est responsable ? - avec cette étonnante capacité qu’a Russell Banks de se mettre intimement dans la peau de ses personnages.


Sous le règne de Bone

Sous le règne de Bone

Actes Sud - 2002

"Vous allez sans doute croire que j’invente pour avoir l’air mieux que je suis en réalité ou plus malin ou pour me vanter d’avoir de la chance, mais c’est faux. En plus, bien des choses qui me sont arrivées jusqu’ici dans la vie - je vais en parler sous peu - me feraient plutôt passer pour quelqu’un de mauvais ou de carrément bête ou pour une victime de circonstances tragiques. [...] Quoi qu’il en soit, mon existence est devenue intéressante, disons, l’été de mes quatorze ans. J’étais à fond dans la fumette et comme j’avais pas d’argent pour m’acheter de l’herbe je me suis mis à fouiner tout le temps dans la maison pour dénicher des trucs à vendre - mais il n’y avait pas grand-chose." C’est alors que Bone, avec sa crête, son nez percé et le tatouage fondateur de son identité - des os en croix -, prend la route d’une Amérique en marge. Il ne sait pas encore qu’il va passer les plus beaux mois de sa vie avec un vieux sage rasta jamaïcain.


L’ange sur le toit

Actes Sud - 2001

Écrivain américain né en 1940. Auteur de romans, de nouvelles et de poésie, il enseigne la littérature contemporaine à Princeton. Depuis 1998, il est membre de l’Académie américaine des Arts et des Lettres. Son oeuvre a été traduite en vingt langues et en français aux éditions Actes Sud. L’espèce humaine est curieuse en ce sens qu’elle sait haïr tout en aimant, quitter et protéger, materner et diriger. Voici quatre accidents du quotidien qui forgent l’être humain avec le grain de folie nécessaire à transcender un simple tête-à-tête en un instant inoubliable. Comme toutes les bonnes histoires, celles de Russell Banks sont des rencontres, des découvertes, comme des prières exaucées : une fille et son père, un couple d’éleveurs, une serveuse frappée par la foudre, un amour interdit qui surgit du passé...


Survivants

Actes Sud - 1999

Situées pour la plupart dans le New Hampshire et le Massachusetts, au sein d’un décor de neige et de glace, ces nouvelles écrites entre 1970 et 1974 explorent les formes contemporaines de certaines obsessions profondément enracinées dans l’inconscient collectif américain. Problèmes familiaux, questions raciales, relations entre père et fils... autant de thèmes qui n’ont cessé de s’affirmer dans l’œuvre ultérieure de Russell Banks. Parfois minimalistes ou intimistes, ces textes où, sans coup férir, se manifeste déjà l’engagement de l’écrivain sur le plan social et politique sont servis par une langue précise, efficace et forte, et par un art de la narration exemplaire.


Le pourfendeur de nuages

Actes Sud - 1999

C’est sous forme de lettre-fleuve qu’Owen Brown, le troisième fils du célèbre abolitionniste américain John Brown, répond à la demande d’informations que lui a adressée une étudiante de Columbia University, assistante d’un illustre biographe et historien. Owen Brown est maintenant ce très vieil homme qui s’affronte enfin à l’image formidable d’un père de légende en retraçant peu à peu, au fil de souvenirs parfois sereins mais le plus souvent violents et tumultueux, ce que furent la vie, le caractère et l’engagement de son père. Loin de la vision héroïque et purement historique véhiculée par les centaines d’essais traitant de la lutte pour l’abolition de l’esclavage, le tardif récit filial approche, de l’intérieur, un autre John Brown : le père de famille nombreuse, à la personnalité écrasante, fanatique, autoritaire, le puritain confit en religion, l’agitateur qui dérive vers l’action armée et le terrorisme avant de devenir le capitaine d’une sanglante guérilla dont il sera le martyr. Mais le personnage le plus complexe n’est peut-être pas celui qu’on pense. Dans sa peinture de cette monumentale figure paternelle, dont l’idéalisme fanatique détruit tout - et tous - sur son passage, le fils, Owen Brown, révèle ce qu’il advient de ceux qui entrent dans le champ magnétique de pareil prophète. Mêlant l’histoire et la fiction avec un incomparable bonheur narratif, Pourfendeur de nuages n’est pas seulement un immense roman sur la question, toujours actuelle, de la race et du racisme, des rapports entre idéalisme et fanatisme. C’est aussi une lente plongée dans une période particulièrement agitée de l’histoire américaine - celle qui précède la guerre de Sécession - et un inoubliable tableau de la vie quotidienne rurale, âpre et austère, qui fut celle des pionniers au sein d’une nature rude et sauvage dont l’omniprésence a façonné le paysage intérieur de l’Amérique.


La relation de mon emprisonnement

Actes Sud - 1999

Dans sa Relation de mon emprisonnement, Russell Banks utilise la forme, hautement codée, du récit de captivité imaginaire tel qu’en rédigeaient les docteurs puritains du XVIIe siècle afin d’édifier leurs frères en la foi par leur lecture au cours de l’office. Il poursuit ainsi de l’intérieur, et en remontant à une figure archétypale, l’investigation du héros tel qu’il l’entend : obstiné, indifférent aux injonctions du monde, mi-saint, mi-fou. Il en démonte cette fois les rouages en présentant de l’intérieur sa perpétuelle reconstruction de soi, et le récit relate les épreuves que subit le narrateur, les tentations qu’il repousse, les errements auxquels il se laisse aller, les mortifications qu’il s’impose et, surtout, le complexe écheveau de ses débats de conscience. Un récit singulier qui donne de l’Amérique profonde une image inhabituelle.


Affliction

Actes Sud - 1999

Dans une petite ville du New Hampshire, Wade Whitehouse, la quarantaine passée, est un homme brisé. Abandonné par sa femme, en passe d’être quitté par sa maîtresse, alcoolique, violent à ses heures, dépressif, il rumine ses échecs et vivote en travaillant, tantôt policier municipal, tantôt puisatier. Mais un citoyen en vue est tué. Accident de chasse ou meurtre ? L’événement fait basculer le fragile équilibre mental que Wade avait réussi à préserver. Dès lors, dévoré par l’obsession de découvrir un hypothétique assassin, il s’enfonce, au propre comme au figuré, dans un désert de neige et de glace. Affliction est le récit de l’effondrement d’un homme ordinaire, pris au piège d’une vie ratée depuis l’enfance, confisquée par la tyrannie paternelle. Russell Banks dénonce là magistralement les valeurs viriles véhiculées par un certain mythe américain.


Continents à la dérive

Actes Sud - 1994

LE MONDE RÉEL

Saint-Malo 2015

Avec Russell Banks, Sylvie Laurent, John King. Rencontre animée par Kerenn Elkaim


Et si on essayait de se comprendre ?

Avec Phillippe Val, Alaa El Aswany, Taiye Selasi, Daniel Le conte, Russell Banks et Pascal Blanchard - Saint-Malo 2015

Avec Phillippe Val, Alaa El Aswany, Taiye Selasi, Daniel Le Conte, Russell Banks et Pascal Blanchard. Rencontre animée par Pierre Haski.

C’est devenu une affaire internationale : 6 écrivains de langue anglaise (dont Taiye Selasi) bientôt soutenus par 120 autres (dont Russell Banks) ont refusé de participer au Pen World Voice Festival (4-10 mai) qui décernait son prix de la liberté d’expression à Charlie Hebdo. Deux conceptions du monde qui s’opposent, l’une anglo-saxonne, l’autre française ? Ou bien une crispation traduisant que ces deux modèles sont en crise et appellent une pensée nouvelle ? L’occasion d’en débattre sereinement. Et pour cela, un des grands moments du festival... Une rencontre entre Russell Banks, Taiye Selasi, Pascal Blanchard, Alaa El Aswany, Philippe Val et Daniel Leconte.


Le rôle de la presse littéraire

Avec Russell Banks, Taiye Selasi, Jonathan Coe, Lyonel Trouillot, François Busnel. - Saint-Malo 2015

Avec Russell Banks, Taiye Selasi, Jonathan Coe, Lyonel Trouillot, François Busnel. Rencontre animée par Hubert Artus