Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)

SUNDARAM Anjan

Inde

Bad News ( Marchialy, 2018)

© DR

Ce brillant élève en mathématiques à Yale était promis à un beau parcours dans la finance à Wall Street. Mais en 2005, il décide de tout plaquer pour partir en République Démocratique du Congo avec une seule ambition : devenir reporter. C’est cette histoire que raconte son premier roman Kinshasa jusqu’au cou, son douloureux apprentissage dans un pays miné par la guerre, à la veille de ses premières élections démocratiques et qui remportera le prix Reuters en 2006. Son 2e livre nous entraîne au Rwanda sous la dictature de Paul Kagame, et raconte les réseaux de la peur du pouvoir en place, notamment contre la presse libre, plus que menacée de disparition.

Anjan Sundaram est né à Ranchi en Inde. Ce brillant élève en mathématiques à Yale était promis à un beau parcours dans la finance à Wall Street. Mais en 2005, il décide de tout plaquer pour devenir journaliste. Il part « dans un accès de rage », parce que « le monde était devenu trop beau ». Fort de ses lectures du Polonais Ryszard Kapuściński (1932-2007), il décide de partir en République Démocratique du Congo où sa banquière a quelques contacts. Un aller-simple en poche et une seule ambition : devenir reporter.

C’est cette histoire que raconte son premier roman Kinshasa jusqu’au cou, son douloureux apprentissage dans un pays miné par la guerre, à la veille de ses premières élections démocratiques. Un livre reportage bien loin du romantisme de l’aventure. De déconvenues en rebontissements, l’auteur fait face à cette nouvelle vie, où la chaleur paralysante est à l’image d’un pays qui suffoque. Et c’est une rude leçon d’immersion pour Anjan Sundaram : intégration délicate, pays d’une extrême pauvreté, précarité quotidienne, tâtonnements face aux agences de presse.
Il observe tout ce qui l’entoure avec minutie, n’hésite pas à se mettre en difficulté et parvient à capter l’atmosphère d’un pays en train de sombrer. Quand le Congo bascule dans la guerre civile après les élections, c’est le dernier journaliste encore présent à Kinshasa, et il ne loge pas dans un hôtel climatisé. Ses portraits, ses descriptions sensibles, sa plume épique et ses jugements nuancés font de son récit un document précieux. Trois cents pages qui résument une année entière au Congo, et Sundaram d’expliquer ce conflit dont nous sommes tous responsables « La guerre du Congo, pour isolée qu’elle puisse paraître, fluctue avec la consommation globale ». Kinshasa jusqu’au cou, acclamé par la critique, remporte le prix Reuters en 2006.

Son deuxième livre, Bad News : Last Journalists in a Dictatorship nous entraîne cette fois au Rwanda, sous la dictature de Paul Kagame. Anjan Sundaram y raconte les pressions subies par les journaliste et les réseaux de la peur de Paul Kagame. Sans que l’occident ne veuille vraiment sans rendre compte, le Rwanda a déjà basculé dans un système orwelien où le contrôle et la peur sont monnaie commune. Un système de petites « familles » présentes dans quasiment chaque village avec à leur tête un chef, un responsable de la sécurité et un informateur. Un système si bien organisé que le Rwanda a réussi à éradiquer définitivement les sacs plastiques du pays en quelques mois. Mais les journalistes sont aussi en voie d’être éradiqués… De nombreux donateurs étrangers continuent pourtant de verser de l’argent à ce pays, en mémoire de l’ignoble génocide de 1994.

Bad News

Bad News

Marchialy - 2018

En 2009, un programme de l’Union européenne demande à Anjan Sundaram, grand reporter et spécialiste de la situation en Afrique, de venir enseigner le journalisme au Rwanda pour favoriser la liberté d’expression dans le pays. Les élèves sont triés sur le volet : journalistes indépendants, directeurs de rédaction, propriétaires de journaux, dont certains ont déjà connu la torture et la prison pour avoir été en désaccord avec le gouvernement. Son cours devient rapidement le dernier bastion qui permet à ces journalistes de se rassembler, échanger et résister. Ensemble, ils essayent de trouver des solutions pour contourner la censure et passer des informations à la population. Tout semble fonctionner jusqu’à ce que peu à peu certains de ses élèves se retrouvent menacés. Anjan prend alors conscience de la complexité du contexte politique et du danger qui pèse sur la vie de ses élèves.
Si le Rwanda a connu ces dernières années un fort essor économique, la liberté d’expression y est toujours menacée. Bad News, Derniers journalistes sous une dictature est un récit important qui dénonce les dérives d’un régime autoritaire, plus qu’un simple témoignage, c’est un véritable manifeste sur la liberté d’expression.

Traduit de l’anglais par Charles Bonnot


Revue de presse

  • Le second livre du journaliste d’origine indienne, Bad news est consacré à la situation des médias au Rwanda, où il a vécu entre 2009 et 2013. (RFI)
  • Bad News est un récit exceptionnel sur une dictature. (…) L’exposé des réseaux de la peur de Paul Kagame au Rwanda par Anjan Sundaram est une lecture nécessaire (Ian Birell, The Guardian)
  • Un mémoire puissant et choquant. Une accusation accablante non seulement du régime rwandais, mais aussi des gouvernements occidentaux et des agences qui n’ont pas remis en question ses pratiques. (Sunday Times)
  • Les idées de Sundaram sont poignantes, son récit palpitant et immédiat. (Financial Time)
  • Un document important. Une peinture saisissante des dangers associés au métier de journaliste dans un État autoritaire, et un hymne à ceux qui sont assez courageux pour le pratiquer dans des circonstances aussi désastreuses. (San Francisco Chronicle)
Kinshasa jusqu'au cou

Kinshasa jusqu’au cou

Marchialy - 2017

Dans la lignée de Ryszard Kapuściński et de V. S. Naipaul, Anjan Sundaram raconte une année de quête de vérité, une poursuite effrénée dans un pays ravagé par la misère et la violence.
Sa route est toute tracée : études de mathématiques dans la prestigieuse université américaine Yale et offre d’emploi chez Goldman Sachs. Un chemin balisé que le jeune Anjan Sundaram décide de quitter en 2005. Il abandonne tout pour plonger dans l’inconnu et prend un aller simple pour la République démocratique du Congo. Il sera désormais reporter. Ou, plutôt, essaiera de le devenir. Car derrière le romantisme de la vie d’aventures, Anjan Sundaram découvre une réalité hostile. De déconvenues en rebondissements, l’apprenti journaliste doit apprendre à survivre dans la jungle urbaine de Kinshasa. Malgré l’euphorie de l’élection présidentielle de 2006 – premières élections libres et démocratiques depuis quarante ans –, la chaleur paralysante est à l’image d’un pays qui suffoque.
Entre reportage journalistique et roman d’aventures Kinshasa jusqu’au cou est le portait sensible et humain d’un pays trop souvent réduit aux gros titres de journaux. Anjan Sundaram prend le temps de nous dévoiler la République démocratique du Congo dans toute sa complexité à travers la description d’une ville hors norme, une galerie de personnages éloquente et des aventures inédites.

traduit de l’anglais (Inde) par Charles Bonnot

Revue de presse

  • Fruit d’une expérience éprouvante, son livre raconte un pays aux énergies terribles et aux immenses ressources. D’une plume aussi épique qu’informative, Sundaram (Prix Reuters 2006) raconte un Congo vivant qui ne peut se deviner depuis le bar d’un grand hôtel climatisé. (Eric Dussert, Le Monde Diplomatique)
  • Un aller-simple en poche, il débarque à Kinshasa avec un objectif unique : devenir journaliste. C’est cette histoire qu’il raconte dans son livre Kinshasa jusqu’au cou (RFI)
  • Tout au long de sa monographie, écrite comme au hasard de ses mésaventures et teintée de quête personnelle, Sundaram pose des questions – les enfants des rues sont-ils parfois heureux ? Pourquoi les chefs de guerre semblent-ils appréciés ? – tout en se gardant le plus souvent d’y apporter des réponses trop tranchées. (jeuneafrique.com)

Fiction, non fiction

Avec Thierry Cruvellier, Anjan Sundaram, Dusan Sarotar et Pierre Sautreuil - Saint-Malo 2018

Animé par Sophie Ekoué
Avec Thierry Cruvellier, Anjan Sundaram, Dusan Sarotar et Pierre Sautreuil


Politique fiction

Avec Anne Nivat, Anjan Sundaram et Bogdan Teodorescu - Saint-Malo 2018

Avec Anne Nivat, Anjan Sundaram et Bogdan Teodorescu, traduit par Arnaud Prêtre. Animé par Sophie Ekoué.

Programme


Samedi

15h30
Politique fiction
Univers (Grande Salle)

16h50
Signatures
 

Dimanche

16h00
Signatures
 

Lundi

11h15
Résistance
Univers (Grande Salle)

14h00
Fiction, Non fiction
Univers (Grande Salle)

15h15
Signatures