logo
accueil > Saint-Malo > Archives > 2007 > Prix littéraires > Lauréat du prix "Gens de Mer-Hurtigruten" 2007
Saint-Malo Archives : 2007 
 

Lauréat du prix "Gens de Mer-Hurtigruten" 2007

6 juin 2007.

Soutenu par Hurtigruten, la compagnie de l’express côtier norvégien

partager : 
  envoyer :    imprimer : 
 
JPEG - 40.5 ko
Isabelle Autissier, présidente du jury

C’est au terme d’une délibération publique passionnée que le prix Gens de Mer a été décerné pendant le festival. Isabelle Autissier, présidente du jury et lauréate 2006 menait les débats. C’est finalement Philippe Jaworski qui s’est vu récompensé pour sa nouvelle traduction du Moby Dick d’Herman Melville aux éditions de la Pléiade. Il a reçu un chèque de 3000 € remis par la société Hurtigruten. Le jury présidé par Isabelle Autissier était composé de : Le Contre-Amiral François Bellec, Claude Villers, Marc Hertu, Michel Le Bris, François Weill, Serge Raulic, Loïc Josse, Michèle Polak, Roger Gicquel.

Pour tout savoir sur l’histoire du Prix Gens de mer, cliquez ici.


-  Moby Dick, Pierre ou les Ambiguïtés. Oeuvres, III (Gallimard La Pléiade, 2006)

JPEG - 33.5 ko
{Moby Dick}

« Pour faire œuvre grandiose, il faut un sujet grandiose. » C’est sans doute Melville qui parle ici par l’entremise d’Ismaël, le narrateur de Moby-Dick (1851). Sur les conseils d’un ami, il décide d’utiliser ses souvenirs de marin baleinier pour son nouveau livre, rédigé dans la foulée de Redburn (1849) et de Vareuse-Blanche (1850) qui mettaient à profit son expérience dans la marine marchande et la marine de guerre.
Très vite, ce récit documentaire sur la pêche de la baleine va s’enfler pour se métamorphoser en une épopée tragique et grandiose. Une fois remanié, le texte fait place à un navire-monde américain (le Pequod cosmopolite au nom indien) ; à un personnage métaphysique digne des grandes figures de la tragédie shakespearienne : Achab, le capitaine mutilé, monomaniaque, rejouant le destin d’un roi biblique ; à son affrontement mortel avec un cachalot blanc traqué comme on poursuit un innommable secret, mais qui incarne aussi les immaîtrisables violences de la nature ; à un équipage bigarrré, tour à tour foule, chœur et peuple – toute une humanité où le drame le plus poignant côtoie la farce et le pittoresque.

Considéré aujourd’hui comme un chef-d’œuvre, Moby-Dick – ici présenté dans une nouvelle traduction – n’a pas connu lors de sa publication le succès des précédentes aventures maritimes de Melville. Les comptes rendus parus dans la presse furent médiocres, voire hostiles. Au point que son auteur en conçut de la rancœur et de la colère, qu’il insuffla dans le roman suivant : Pierre ou Les Ambiguïtés (1852). Ce dernier fit sombrer la baleine dans l’oubli tant il déchaîna de violence et de haine. Il dépeint les relations « ambiguës » (incestueuses ?) que Pierre, apprenti écrivain, entretient avec Lucy, sa fiancée, et avec Isabel, sa demi-sœur. Tenu dès lors pour un auteur dangereux, irrévérencieux et dépravé, Melville fut notamment accusé d’avoir violé la sainteté des liens familiaux.

Le présent volume contient les deux romans les plus ambitieux de Melville – qui sont aussi ceux que la critique a le plus éreintés. Pour cette figure majeure des Lettres américaines que la littérature n’a jamais fait vivre, l’échec était « la pierre de touche de la grandeur ».L’insuccès retentissant de Moby-Dick et de Pierre prouve qu’il avait touché au but.