logo
Saint-Malo Archives : 2017 
 

Un monstre à la page

27 juin 2017.

YAZICI Abdussamed, (3 ème, Collège JeanZay de Morsang-sur-Orge)

partager : 
  envoyer :    imprimer : 
 

Elle esquissa un pas à reculons, puis fit une brusque volte-face et s’éloigna en s’efforçant de ne pas courir.

Elle s’efforça de quitter le salon sans paniquer, mais cette présence, ce regard la terrorisaient. Elle se retourna, avec l’espoir de ne plus voir cet homme. Mais il était toujours là, devant la fenêtre. Il ne quittait pas la fille des yeux. Soudain, un bruit. Un sursaut et Lola vit que ce n’était qu’un livre tombé de la bibliothèque. Cela la soulagea, enfin presque…

Elle regarda à nouveau la fenêtre. Plus là ! L’homme avait disparu ! L’anxiété augmentait, cette personne pouvait réapparaître n’importe où. Lola courut alors dans sa chambre et ferma la porte à clé. Elle se mit sous sa couette. Il pleuvait de plus en plus. Un orage retentit, la jeune fille cria de toutes ses forces.

Vingt minutes plus tard, un temps interminable pour Lola, on essayait d’ouvrir la porte de sa chambre. À cet instant, elle pensait que sa fin était arrivée.
Un énorme apaisement l’inonda quand elle reconnut la voix de sa mère, rentrée de son travail. « Pourquoi as-tu laissé le salon dans cet état ?! », s’écria la mère. Sous les ordres de celle-ci, la jeune fille descendit. « Mais maman, tout est propre… », dit-elle, embêtée. La mère pointa alors le livre au sol devant la bibliothèque.

Ce livre était ouvert, dévoilant une horrible créature. Lola fut affolée lorsqu’elle vit que cette chose ressemblait étrangement à l’homme qu’elle avait aperçu quelques temps avant. D’un geste rapide, elle ferma le livre et le rangea dans la bibliothèque.

Sa mère l’appela pour manger, Lola se dirigea alors vers la salle à manger. Que vit-elle !? Le monstre ! Le monstre à la fenêtre ! La jeune terrorisée pensait vraiment qu’elle vivait un cauchemar. Pour elle, le surnaturel n’existait pas, ce n’était que dans les contes, les romans... Mais non, un monstre se dressait devant elle, il la fixait du regard. Lola voulait prendre ses jambes à son cou mais elle craignait de le perdre de vue.

« Lola ! Ça fait dix minutes que je t’appelle ! » s’écria la mère. La jeune ne réagissait pas aux paroles, elle était littéralement plongée dans le regard de la créature. « LOLA !, s’époumona la mère
- Qu’est-ce qu’il y a maman ? demanda-t-elle en sursaut
- Cela fait dix minutes que je t’appelle ! La table est prête ! s’exclama la mère.
- Désolée maman, j’étais ailleurs, j’arrive. »
Non ! L’homme avait encore disparu ! Lola courut précipitamment vers sa mère. Celle-ci lisait un livre. ’’Le’’ livre, ouvert à la page de cette créature. La jeune fille avait l’impression d’être suivie malgré ses nombreuses tentatives de fuites.

Elles mangeaient. La mère lisait toujours cette maudite page, qui lui plaisait d’ailleurs, alors que Lola jetait souvent des coups d’œil à la fenêtre, mais l’homme n’était toujours pas là. Elle ne savait plus si elle devait être joyeuse ou anxieuse. Et si ce n’était qu’un rêve... et si tout cela était faux... Ces phrases tournaient en boucle dans la tête de la jeune fille qui mangeait ses pâtes devenues maintenant froides. La mère s’était levée de la table depuis une dizaine de minutes mais Lola traînait encore. Elle fixait le livre laissé sur la table, elle était intriguée par ce monstre. Elle l’approcha vers elle et commença à l’étudier.

Après avoir fini de manger, Lola ferma le livre malgré la peur qu’elle avait, et se leva. Elle jeta un coup d’œil rapide à la fenêtre avant de prendre son assiette afin de la nettoyer. Mais ! Elle eut l’impression de voir une silhouette ! Elle se retourna vers la fenêtre et effectivement, la créature était là, fixant la jeune fille ! Par surprise, Lola lâcha son assiette qui se cassa au sol. Sa mère apparut dans la minute : « Que s’est-il passé Lola ?!
- Euh… je ne sais pas, l’assiette a glissé de mes mains, dit-elle en balbutiant.
- Tu es vraiment étrange depuis ce soir, tu ferais mieux d’aller te coucher, tu vas à l’école demain… ordonna la mère
- Puisque tu le dis » déclara-t-elle en allant dans sa chambre.
Sa mère avait peut-être raison, peut-être qu’en dormant cette histoire se terminera. C’était ce que Lola espérait le plus au monde.

Bien sûr, la créature était encore à la fenêtre, elle n’avait pas l’intention de partir. Malgré tout, Lola était maintenant habituée à cette présence. Cependant, elle craignait toujours cet homme, qui n’était qu’un inconnu. Elle se mit au lit et s’endormit.

A son réveil, elle alla dans la salle à manger pour déjeuner. Tout allait bien jusqu’à ce que la jeune vit que sa mère lisait encore le livre. Quand celle-ci aperçut sa fille arriver, elle fit : « Bien dormi ?
- Oui, ça va. » dit-elle en s’asseyant sur une chaise.
Lola regarda la fenêtre mais la créature n’était plus là. Cette histoire était-elle terminée ? Peut-être. Fermant le livre, la mère se leva pour aller chercher un bol pour sa fille. Pendant ce temps là, Lola rêvait encore, comme chaque matin. Mais cette fois-ci, c’était le monstre qui hantait ses rêves. Elle regarda à nouveau la fenêtre. Encore ! Il était encore là ! Cette histoire n’était donc pas terminée.

Plutôt que de paniquer, la jeune fille se mit à réfléchir. A réfléchir à la raison des apparitions de cet être effrayant. Elle remarqua que ce monstre n’apparaissait que lorsque le livre était fermé. Sans attendre, elle prit le livre fermé, et l’ouvrit. Elle leva ensuite ses yeux à la fenêtre. L’homme n’était plus là. Lola, satisfaite, referma le livre et l’homme disparut à nouveau. La jeune fille sauta de joie. Elle devait immédiatement trouver une solution pour faire disparaître ce livre.

Elle sortit de la maison sans déjeuner avec le livre ouvert à la main, pour ne pas rencontrer cet inconnu. Elle se rendit à la bibliothèque. Arrivée là-bas, elle demanda à la bibliothécaire de mettre ce livre au pilon et elle partit soulagée au collège.

Ce que Lola ne savait pas, c’était que la bibliothécaire ne mit pas ce livre au pilon. Comme elle n’avait pas d’exemplaire de cette édition, elle le plaça en rayon.