logo
accueil > Saint-Malo > Prix > Prix Ganzo > Zéno Bianu, Prix Ganzo 2017
Prix Ganzo


Zéno Bianu, Prix Ganzo 2017

15 mars 2017.
JPEG - 50.9 ko
D.R

ZÉNO BIANU PRIX GANZO 2017

Sous l’égide de la Fondation de France, le jury du prix Robert Ganzo, accueilli au Bistrot de Paris par Jean-Gabriel Bueil, a attribué au deuxième tour de scrutin le prix Ganzo 2017 à Zéno Bianu pour l’ensemble de son œuvre à l’occasion de ses deux livres Infiniment proche et Le désespoir n’existe pas (Poésie/Gallimard) et Satori Express (Le Castor Astral). Le Ganzo 2017 sera remis à Saint-Malo le 4 juin prochain lors du festival Étonnants Voyageurs.


Qui est le lauréat 2017, Zéno Bianu ?

Poéte, dramaturge, essayiste et traducteur, Zéno Bianu est signataire, en 1971, du Manifeste électrique, qui revendique une poésie expérimentale et une écriture radicalisée héritée des surréalistes. Il est l’auteur d’une œuvre multiforme interrogeant à la fois la poésie, le théâtre et l’Orient. Passionné par le lien entre poésie et théâtre et les « écritures orales », il a participé à des mises en scène et même donné un « oratorio dansé » : La Chambre des vertiges. Il dirige la collection « Poésie » aux éditions Jean-Michel Place.
Zéno Bianu est fasciné par le lien que le langage entretient avec l’infini. Écrire signifie pour lui être du côté de la voix vivante et amplifier, faire vibrer le lien entre la langue et l’infini, entre la voix de la pensée et la voix du monde.

En trente ans d’écriture, Zeno Bianu s’est révélé un poète important avec une œuvre distillée, qui comprend les récents recueils de poèmes L’Atelier des mondes (Arfuyen), Le Ciel intérieur (Fata morgana) des essais, dont une approche très personnelle de Krishnamurti (Point Sagesses, Seuil), des traductions (El Dorado, poèmes et chants des indiens précolombiens, avec Luis Mizon), et un travail théâtral original : L’Idiot, dernière nuit (Actes sud papiers) qui met face à face Mychkine et de Rogojine, les deux personnages du roman de Dostoïevski, face à face et surtout à proximité du corps invisible de Nastassia, révélateur de leur espérance et de leurs blessures, corps tué par l’un d’eux et curieusement plus vivant que jamais.

Dans son intérêt pour les cultures orientales, son application à nous les rendre plus proches, Zeno Bianu unit son occident et son orient, dans l’héritage des poètes de la revue Le Grand Jeu, Daumal, Gilbert-Lecomte, De Renéville, dont le questionnement nécessitait une pratique, une recherche afin de déployer, fut-il orageux, son "ciel intérieur".

Le mot du Jury

Continuateur des poètes du Grand Jeu, ces casseurs de dogmes qui s’efforçaient, « écrivant peu, de n’écrire que l’essentiel », Zéno Bianu pratique l’art de la fulgurance : par un savant retour au souffle et une écoute dansée du jazz en langue, à travers les cultures les plus diverses, son rituel d’amplification du monde renouvelle le grand Jeu jusqu’à « l’asymptote des impossibilités humaines ».


Qu’est ce que le prix Ganzo ?

Créé en 2007, le Prix Robert Ganzo « distingue l’auteur d’un livre de poésie d’expression française en prise avec le mouvement du monde, loin du champ clos des laboratoires formalistes et des afféteries postmodernes ». Le Prix Robert Ganzo de poésie, décerné par la Fondation Robert Ganzo sous l’égide de la Fondation de France, est le prix de poésie le mieux doté de France (10 000 euros). Il couronne chaque année, pendant le Festival Saint-Malo Étonnants Voyageurs, un poète francophone d’importance, un aventurier du verbe et de la vie, un passeur d’émotions et de défis, un arpenteur de grand large et d’inconnu.

Qui était Robert Ganzo ?

Né en 1898 à Caraca et mort en 1995, Robert Ganzo était un poète vénézuélien d’expression française.
Robert Ganzo arrive en France dès l’adolescence. En 1938, son poème Orénoque lui assure alors une grande notoriété. Il participe à la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale. En 1990, il reçoit le Grand Prix des poètes français.

Qui sont les membres du Jury ?

- Alain Borer (président du jury)
- Yvon Le Men
- Jean-Baptiste Para
- Dominique Sampiero
- Jean-Pierre Siméon

Depuis sa création en 2007, le Prix Ganzo a récompensé les poètes suivants :

2016 : Anise Koltz
2015 : Valérie Rouzeau
2014 : Dominique Sampiero
2013 : Serge Pey
2012 : Marie-Claire Bancquart
2011 : Jean-Pierre Verheggen
2010 : Bernard Noël
2009 : Franck Venaille
2008 : Abdellatif Laabi
2007 : René Depestre