logo
accueil > Saint-Malo > Archives > 2016 > Expositions > Gildas Flahault – Emmanuel Lepage : face à face polaire
Saint-Malo Archives : 2016 
 

Gildas Flahault – Emmanuel Lepage : face à face polaire

12 avril 2016.

Palais du Grand Large, rotonde Jacques Cartier

partager : 
  envoyer :    imprimer : 
 

L’un est marin, pratiquant la voile depuis toujours, l’autre pas, mais tous deux partagent la même passion du dessin, la rencontre de l’autre et l’appel des horizons lointains.

Après quelques séjours en Arctique et en Antarctique, Gildas Flahault développe une passion effrénée pour les territoires polaires et c’est ainsi qu’il embarque pour plusieurs mois à bord de l’Atka à l’été 2015, aux côtés de l’écrivain. Atka signifie « brise-glace » en Inuit, tout comme « gardien des Esprits », et c’est le nom qu’a donné François Bernard, dit « Ben », à un voilier magnifique au destin hors du commun. Né d’une grande envie de partage, le projet du même nom veut faire de ce bateau un port d’attache pour diverses activités en lien avec l’Arctique. De ce séjour au Groënland, dans la baie de Disko, mer de Baffin, Gildas Flahault chante son émerveillement devant les paysages polaires, rapportant croquis, aquarelles et portraits des habitants d’Ilulissat réunis dans un très beau livre : Le bal des glaces, éditions Paulsen 2016.

À deux reprises, Emmanuel Lepage embarque en compagnie de son frère François Lepage, photographe, pour les Terres australes et antarctiques françaises (les TAAF). En 2010 il participe à une rotation du navire ravitailleur le Marion Dufresne, qui dessert l’archipel des Kerguelen, l’archipel de Crozet, les îles Saint-Paul et Amsterdam, autrefois nommés îles de la désolation, aujourd’hui habitées de quelques scientifiques en mission. Puis en 2011, à la demande d’Yves Frénot, directeur de l’Institut Paul Émile Victor (IPEV) départ pour la Terre Adélie, à bord de l’Astrolabe, avec pour objectif de réaliser un livre qui témoignerait du travail des savants. Yves Frenot propose, en outre, aux deux frères de participer, comme chauffeurs, au raid de ravitaillement de la station Concordia, située au cœur du continent de glace à 1 200 km de Dumont d’Urvillle. Le Raid, comme on l’appelle, c’est la grande aventure polaire ! De ces deux aventures extrêmes, il résulte deux bandes dessinées, passionnantes à plus d’un titre : à la fois journal de bord, récit de voyage, reportage en bande dessinée, Voyage aux Îles de la désolation, Futuropolis 2011 et La lune est blanche, Futuropolis 2014.