Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)

DÉLY Renaud

France

La vraie Marine Le Pen (Plon, 2017)

D. R

Renaud Dély, journaliste politique proche du PS et spécialiste du Front National, est également écrivain et scénariste BD.

Né en 1969 à Beauvais, il fait des études de lettres (hypokhâgne et khâgne) puis une maîtrise d’histoire politique contemporaine et sort diplômé du Centre de formation des journalistes de Paris en 1993. Il entre à Libération en 1994 et en dirige le service politique de 2002 à 2006. Il devient successivement rédacteur en chef, éditorialiste et directeur adjoint de la rédaction du quotidien.

En tant que spécialiste du FN, il est invité en 1998 au forum suivant l’assemblée générale du Manifeste contre le Front National. Celui-ci se tient à l’université de Paris III (Censier) le 10 janvier 1998 et a comme problématique la question suivante : « Y a-t-il encore aujourd’hui une différence entre droite et extrême-droite ? ».

En 2007, il quitte Libération pour le Parisien où il occupe le poste de rédacteur en chef adjoint et de responsable des pages « politique » du Parisien. Renaud Dély a participé en 2008 à la réalisation d’un rapport de Terra Nova, laboratoire d’idées proche du Parti socialiste, sur la situation de la presse en France, son financement et les conditions de son indépendance.
Il rejoint une première fois l’hebdomadaire Marianne, dont il est le directeur-adjoint de la rédaction, chargé de l’actualité (France-Monde) jusqu’en mars 2010, date à laquelle il intègre la rédaction de France Inter. Il y est d’abord rédacteur en chef de la matinale, avant de devenir directeur-adjoint de la rédaction en septembre 2010. Le 28 mars 2011, Renaud Dély annonce qu’il quitte France Inter pour l’hebdomadaire Le Nouvel Observateur, où il devient directeur de la rédaction, sous l’autorité de Laurent Joffrin. En 2016, il prend la direction de la rédaction de Marianne. À l’été 2016, Renaud Dély assure aussi la direction du magazine d’actualités "28 minutes" sur la chaîne franco-allemande Arte.

Parallèlement à ses activités de journaliste politique, Renaud Dély collabore depuis 2005 au mensuel So Foot et à son site Internet. D’août 2008 à mars 2010, il est chroniqueur de l’émission « On refait le match » sur RTL. Pendant la coupe du monde 2010 en Afrique du Sud, il anime l’émission « Footballeurs du dimanche », le dimanche donc, de 18 à 10 heures, sur France Inter.

Renaud Dély est l’auteur de nombreux ouvrages politiques dont Histoire secrète du Front national (Grasset, 1999), La Droite brune : UMP-FN, les secrets d’une liaison fatale (Flammarion, 2012) et Frères Ennemis : l’hyperviolence en politique, avec Henri Vernet (Calmann-Lévy, 2015). Il est également scénariste de plusieurs BD-enquêtes illustrées par Aurel : en 2010, la bande-dessinée Sarkozy et ses femmes, met en scène les relations de Nicolas Sarkozy avec la gent féminine, en 2011, Sarkozy et les riches, qui dévoile les liens de Nicolas Sarkozy avec ses amis patrons fortunés, puis en 2013, de Hollande et ses deux femmes qui raconte l’histoire de François Hollande avec Ségolène Royal puis Valérie Trierweiler, et enfin en 2014, de La République des couacs qui raconte les coulisses de la première moitié du quinquennat de François Hollande.

À l’approche des élections présidentielles 2017, Renaud Dély sort un récit-enquête qui décrypte le profil de la candidate du Front National : La vraie Marine Le Pen (Plon, 2017)


Bibliographie

Ecrits politiques

  • La vraie Marine Le Pen, une bobo chez les fachos (Plon, 2017)
  • Frères Ennemis. L’hyperviolence en politique en collaboration avec Henri Vernet (Calmann-Lévy, 2015)
  • Les Années trente sont de retour. Petite leçon d’histoire pour comprendre les crises du présent, en collaboration avec Claude Askolovitch, Pascal Blanchard et Yvan Gastaut, (Flammarion, 2014).
  • La Droite brune. UMP-FN, les secrets d’une liaison fatale (Flammarion, 2012).
  • Tous les coups sont permis. De Mitterrand à Sarkozy, la violence en politique, en collaboration avec Henri Vernet, (Calmann-Lévy, 2011)
  • Besancenot, l’idiot utile du sarkozysme (Bourin Éditeur, 2009)
  • Sarkozy et l’argent roi, en collaboration avec Didier Hassoux (Calmann-Lévy, 2008)
  • Que restera-t-il des années Chirac ? (Milan, 2007)
  • Les Tabous de la gauche, (Bourin Éditeur, 2006)
  • Histoire secrète du Front National, (Grasset, 1999).

Bandes dessinées

  • La dynastie Le Pen, avec Frédéric Coicault (éditions Delcourt, 2017)
  • La République des couacs dessins d’ Aurel (Glénat, 2014)
  • Hollande et ses deux femmes,dessins d’ Aurel pour les dessins (Glénat, 2013)
  • Sarkozy et les riches, dessins d’Aurel (éditions Drugstore, 2011).
  • Sarkozy et ses femmes, dessins d’ Aurel (éditions Drugstore, 2010).
La vraie Marine Le Pen

La vraie Marine Le Pen

Plon - 2017

Qui est vraiment Marine Le Pen ? Qui est cette femme qui a tout hérité de son père – le parti, les idées, la violence –, et qui n’a pas hésité à l’éliminer sur l’autel de son ascension ?
Assoiffée de pouvoir et de reconnaissance, l’héritière s’est lancée à la conquête du pouvoir suprême : l’Élysée, qu’elle espère décrocher en mai 2017. Pour ce faire, Marine Le Pen a changé l’image du Front national, mais en a-t-elle vraiment modifié la nature ? Façonnée par les secousses qui ont fracturé un clan familial hors norme, étudiante fêtarde élevée dans le luxe, bourgeoise deux fois divorcée, Marine Le Pen est en réalité une " bobo " plutôt décoincée sur les questions sociétales. Mais la " bobo " reste une " facho ". Fidèle aux combats de l’extrême droite xénophobe et antirépublicaine, la présidente du FN est arc-boutée sur la défense d’une identité française fantasmée, hostile aux immigrés en général et aux musulmans en particulier. Attisant les souffrances nées de la crise, elle a ancré son parti sur une ligne " ni droite ni gauche " qui renoue avec la tradition anticapitaliste de l’extrême droite française de la fin du xixe siècle. Le marinisme, ce nouvel âge du lepénisme aux contours lissés, n’a jamais semblé aussi près d’offrir les rênes de la République à ceux qui en demeurent ses farouches ennemis. Fruit d’une enquête menée au coeur du FN, ce livre lève le voile sur la vraie nature de Marine Le Pen. Et sur son véritable dessein.


Revue de presse

  • "Le livre de Renaud Dély dispose d’un atout considérable : il est utile en ces temps de confusion." (Maurice Szafran, Le Magazine Littéraire)

Les années 30 sont de retour : Petite leçon d’histoire pour comprendre les crises du présent

Flammarion - 2014

Comment tout cela va-t-il finir ? Les haines et les peurs de notre temps ont un parfum de redite, celui des années 30, cette décennie tragique qui mena le monde à l’abîme. Économique, sociale, identitaire ou politique, les crises s’additionnent depuis le krach de 2008, comme au temps de la Grande Dépression de 1929.
Mais qu’en est-il au fond ? Le reniement « social-libéral » de François Hollande vaut-il vraiment la « pause » de Léon Blum ? Poutine phagocytant l’Ukraine rejoue-t-il Hitler avalant les Sudètes ? L’antisémitisme de la génération Soral-Dieudonné illustre-t-il la résurgence des haines d’un Céline ? Le danger Le Pen fait-il écho au péril nationaliste d’hier ? Telles sont quelques-unes des questions de cet ouvrage, fruit de la rencontre entre deux historiens et deux journalistes, qui se livrent à un incessant aller-retour entre passé et présent. L’Histoire n’est pas un éternel recommencement, mais ces années 30, si proches et si lointaines, si terribles et pourtant fondatrices, éclairent bien étrangement les crises du temps présent…

Le retour des années 30 ?

Avec Pascal Blanchard et Renaud Dély - Saint-Malo 2015


Avec Pascal Blanchard et Renaud Dély, une rencontre animée par Yann Nicol

Le retour des années 30 ? On ne pose jamais au passé que les questions du présent pour tenter de donner à celui-ci sens et profondeur. Et troublantes sont les ressemblances, en effet que soulignent Pascal Blanchard et Renaud Dély, dans un livre qui a suscité de vives réactions Les années 30 sont de retour  : mêmes « éléments de langage », mêmes séquences répétées presque à l’identique. Réalité, ou déductions à partir d’une grille d’interprétation trop datée produisant tout autant les réponses que les questions ? Entre les deux époques, changeant peut-être tout : l’expérience des totalitarismes nazi et communistes. L’historien déduit du passé des tendances et des lois : le danger à ce jeu n’est-il pas de se doter d’outils par définition inaptes à lire le neuf ? Comme les artistes annonciateurs de ténèbres au début des années 30 ne sont-ce pas les artistes cette fois encore qui disent le neuf de l’époque ? Autant de questions pour un débat passionnant.