Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)

REY Alain

France

Causa (Jean-Claude Lattès, 2015)

© D.R.

Alain Rey est linguiste et lexicographe, directeur en chef des publications du Robert. Auteur de nombreux ouvrages, il a notamment publié en 2013 un Dictionnaire amoureux du Diable (Plon). Il livre cette année un échange de correspondances avec Stéphane Paoli exprimant les doutes d’un témoin, le journaliste, et d’un lettré, le lexicographe, quant à l’usage fait des mots et de la mémoire dans le récit de notre histoire collective.

Causa

Causa

Jean-Claude Lattès - 2015

Cet échange de correspondances entre Stéphane Paoli et Alain Rey exprime les doutes d’un témoin, le journaliste, et d’un lettré, le lexicographe, quant à l’usage fait des mots et de la mémoire dans le récit de notre histoire collective.

Pour l’un, le journaliste, ses interrogations sont nourries par quarante-cinq ans de pratique, à la télévision, la radio, en presse écrite. Pour l’autre, le lexicographe, par une vie consacrée à l’élaboration du dictionnaire Le Robert.

L’un et l’autre, par leurs expériences personnelles, se sont retrouvés sur une question, celle posée par Montaigne : Que sais-je ?

Dictionnaire amoureux du diable

Plon - 2013

Après plusieurs millénaires d’esprits malfaisants, de démons tourmenteurs, le christianisme a inventé le Diable, héritier du Serpent et des Satans de la Bible. Le diable a droit à notre reconnaissance, car il prend à sa charge le Mal dans la vie et dans l’histoire, qui est l’oeuvre de la diabolique espèce humaine. Les démons et le diable n’ont pas cessé de nous hanter. On y croit ou pas, mais ce rusé se sert même de l’incroyance, affirmant, avec Dostoïevsky et Baudelaire, qu’il est plus fort encore s’il n’existe pas. Entre superstition, religion et réalité, il joue tous les rôles : bourreau, victime fantasme, tentation, péché, plaisir, malheur. On le décrit, on l’évoque, on le représente, on le fait parler et chanter. Ecrivains, poètes, peintres, musiciens, si l’on doute de lui, le font exister.. Avec Dieu pour complice, l’Enfer pour royaume, il se manifeste dans la vie, dans l’Histoire, dans la culture. On le traque et on le célèbre à la fois en chassant les sorcières et en diabolisant ce que l’on craint ; d’autres l’adorent. Aujourd’hui, on le combat, on l’exorcise ou on l’adore. Des catholiques les plus conservateurs aux satanistes, on y croit dur comme fer, et lorsqu’on doute, les maléfices humains appellent sa vraisemblance. De A jusqu’à Z, ce sont des univers culturels fascinants que l’Esprit du Mal anime.

DÉBAT : Le retour du diable

DÉBAT : Le retour du diable

Avec Alain Rey et Saul Black. Rencontre animée par Claudine Glot - Saint-Malo 2015

Avec Alain Rey et Saul Black. Rencontre animée par Claudine Glot

Alain Rey publie son Dictionnaire amoureux du diable, Saul Black (alias Glen Duncan) a signé Moi Lucifer. Diable d’hier et d’aujourd’hui, permanence du gothique : rencontres intenses sur le retour du diable ! Comme si l’on n’en finissait pas d’interroger la figure du Malin, et l’opposition (ou connivence ?) entre deux figures : Satan oppresseur, Satan rebelle.


Savants Fous

Avec Phillipe Curval, Alain Rey et Pierre Cassou-Nogues avec Joëlle Winterbet - Saint-Malo 2015

Avec Phillipe Curval, Alain Rey et Pierre Cassou-Nogues avec Joëlle Winterbet


Langue : tout fiche le camp ?

Avec Alain Borer et Alain Rey. Rencontre animée par Julien Bisson - Saint-Malo 2015

Avec Alain Borer et Alain Rey. Rencontre animée par Julien Bisson

La vivacité des prises de position, les passions qu’elles déchaînent, les appels volontiers à la guerre sainte pour contenir l’étranger sacrilège montrent bien à quel point l’on touche, en ces questions de langue, à l’essentiel – en tout cas en France. Un débat choc pour la parution de l’essai passionnant, partial, provocant d’Alain Borer (De quel amour blessée), pour qui le français « langue à nulle autre pareille » disparaît à toute vitesse, emportant avec lui une civilisation. La linguiste Henriette Walter, dans ses divers essais, marque un point de vue différent. Comme Alain Rey, qu’on ne présente plus, auteur de la somme Mille ans de langue française.