Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)

DUPLAN Miguel

Martinique

Chronique des Monts jolis (Seuil, 2015)

© Astrid di Crollalanza

Biographie

Miguel Duplan est né en 1963 à Sainte-Marie, en Martinique. Il est conseiller principal d’éducation dans un lycée de Cayenne où il vit depuis plus de 25 ans.
En 2007, il reçoit le prix Carbet de la Caraïbe pour son premier roman, L’Acier.

« L’Acier », c’était le surnom de son grand-père, conducteur de locomotive en usine à sucre dans la Martinique des années 50/60, « un personnage fabuleux, intense, presque beau, presque hideux ».
« Pour l’originalité avec laquelle sont traités les grands thèmes de la littérature caribéenne, en évitant les pièges de la nostalgie et du misérabilisme trop convenus ; pour la magie des références intertextuelles qui relient son texte à une mémoire collective, évoquée avec sobriété au plus près du silence ; pour le pari esthétique d’une création littéraire qui a fait le choix de montrer sans désigner, de dire sans raconter, tout en préservant la densité existentielle des personnages ;
pour la poétique d’une écriture de la trace, dont la tonalité retenue n’occulte ni les scintillements ni les trouvailles, le jury du Prix Carbet, à l’unanimité décerne à Miguel Duplan le Prix Carbet 2007 pour son livre L’Acier publié chez L’Harmattan. » (Attendus du jury du prix Carbet de la Caraïbe, édition 2007 à Cayenne)

En 2012, il participe à un ouvrage collectif sous la direction de Jean-Marc Rosier paru chez K. Editions (Fort-de-France, Martinique) dans lequel des écrivains et des artistes de France, de la Guadeloupe, de la Martinique, de la Réunion et de Saint-Domingue rendent un hommage au peuple haïtien, victime du tremblement de terre du 12 janvier 2010.

Miguel Duplan écrit Chronique des monts jolis (2015) après un voyage de 5 ans en Martinique, à son retour en Guyane il s’installe à Montjoly et il dira « je suis revenu avec un autre regard. Je me suis rendu compte, pour la première fois de ma vie, que j’étais entouré de petites montagnes vertes. Ce n’est que là que j’ai fait le lien avec le nom Montjoly ». Ce qu’il souhaite alors, c’est raconter les gens qui habitent parmi ces monts jolis car « ils vivent au même endroit, ils sont côte-à-côte, mais ils ne vivent pas vraiment ensemble ».
Au fil des pages, les histoires s’entre-choquent et les personnages s’entrecroisent. Les maux aussi. Le lecteur saisira tour à tour le regard d’une vieille dame, d’une ado qui se prend pour Beyoncé, d’un brigadier, d’un jeune Brésilien, d’un poète. Et ce dernier personnage, un peu le fil d’Ariane de cet enchevêtrement de destins, ne laissera aucunement le lecteur indifférent.


Bibliographie

  • Chronique des Monts jolis (Seuil, 2015)
  • Les chants incomplets (Mémoire d’encrier, 2013)
  • Un long silence de carnaval (Quidam éditeur, 2010)
  • Discours profane (Éditions des Équateurs, 2008)
  • L’Acier. Un homme dans la Martinique des années 1950-1960 (L’Harmattan, 2007)
Chronique des monts jolis

Chronique des monts jolis

Seuil - 2015

À Cayenne, le Poète, clochard qui autrefois a été un militant indépendantiste, invective les uns et les autres, les engageant à se révolter contre toutes les oppressions. Il va croiser différents personnages : une vieille veuve originale, un enfant brésilien venu des favelas, un brigadier bourreau des cœurs, une toute jeune fille qui se prend pour Beyoncé, une intellectuelle amoureuse. Ils se laissent aller dans des errances nocturnes, des drames sentimentaux qui iront jusqu’au sang, mais non jusqu’à la mort. Le seul qui mourra sera le Poète, justement, dont on retrouvera les papiers, qui racontent, sous forme poétique et intense, le destin de tous les personnages que l’on a vus vivre.
Ce texte très inspiré a une facture narrative libre, qui l’apparente aux livres de Patrick Chamoiseau et aux premiers romans d’Édouard Glissant (La Lézarde).

L'Acier

L’Acier

L’Harmattan - 2007

Prix Carbet de la Caraïbe 2007

Ce roman est l’aboutissement imaginaire des recherches de l’auteur sur la vie extraordinaire de son grand-père, conducteur de locomotive en usine à sucre dans la Martinique des années 50/60.

Carnet nomade (1)

Avec Miguel Duplan, Abdourahman Waberi, Ersi sotiropoulos, Jean Christophe Rufin et Paolo Rumiz. - Saint-Malo 2015

Avec Miguel Duplan, Abdourahman Waberi, Ersi sotiropoulos, Jean Christophe Rufin et Paolo Rumiz. Rencontre animée par Colette Fellous


Identité(s) Caraïbe(s)

Avec Kettly Mars, Gisèle Pineau, Miguel Duplan, Romain Cruse. - Saint-Malo 2015

Avec Kettly Mars, Gisèle Pineau, Miguel Duplan, Romain Cruse. Débat animé par Sophie Ekoué