logo
Le dico des auteurs


GATALICA Aleksandar

Serbie

18 mars 2015.
 

Biographie

 

Biographie

JPEG - 36.8 ko
© Misha Obradovic

Un des auteurs majeurs de la Serbie contemporaine, traducteur de nombreuses oeuvres classiques, critique musical et éditeur dans la presse, Aleksandar Gatalica est récompensé par quatre prix prestigieux et plus particulièrement par le NIN award pour son nouveau roman historique, une fresque érudite aux dimensions épiques qui transcende l’espace et le temps pour dévoiler les coulisses de la Grande Guerre. En empruntant autant à La Grande Illusion de Renoir, qu’À l’Ouest rien de nouveau d’Erich Maria Remarque mais également aux poèmes de guerre d’Apollinaire ou au cubisme du Guernica de Picasso, Aleksandar Gatalica délivre un chef-d’oeuvre total : À la guerre comme à la guerre !

Né en 1964 à Belgrade, Aleksandar Gatalica est diplômé du département de littérature générale de l’université de Belgrade, où il a étudié la littérature classique. Il a traduit en serbe des œuvres en grec ancien comme Prométhée enchaîné d’Eschyle, Œdipe roi et Œdipe à Colone de Sophocle, Alceste, Iphigénie à Aulis et Les Bacchantes d’Euripide. Il est le premier à traduire de larges extraits de Sappho, Mimnerme, Solon, Archiloque, Hipponax et Anacréon2. En tant que critique musical, on lui doit des chroniques pour Program 202, Program Stereorama (radio), et dans les quotidiens serbes Glas javnosti, Večernje novosti et Blic. Il a publié six romans et autant de recueils de nouvelles ainsi qu’un guide de Belgrade pour les visiteurs étrangers. La musique, plus particulièrement le piano, est sa grande source d’inspiration. Il est aujourd’hui le responsable de la Fondation de la Bibliothèque Nationale de Serbie.

À la guerre comme à la guerre ! désigne son nouveau roman qu’il écrit pendant des années. « Un roman aux mille visages », comme l’a décrit la presse serbe, dans lequel soixante-dix-huit destins se croisent pour représenter dans toute leur complexité les vicissitudes de la guerre et la naissance du vingtième siècle. Aleksandar Gatalica mêle habilement la petite histoire à la grand histoire en mélangeant des noms connus de tous comme Cocteau, apollinaire, Mata Hari ou Hitler, à ceux de personnages de fiction : une infirmière russe, un chanteur d’opéra allemand, un marchand d’épices stambouliote, qui incarnent tous à leur façon l’esprit de leur temps. Son écriture qui parvient à rendre une tranche d’Histoire tourmentée et complexe, accessible et humaine, prenant soin de montrer les différentes faces de la guerre en évitant l’opposition vainqueur/vaincu et privilégiant la représentation de la souffrance et du supplice dans lesquels sont unies les populations européennes, tout cela dans un style fluide qui accomplit la prouesse du passage, au détour d’un paragraphe, d’un point de vue à un autre, d’un pays à un autre tout en maintenant une continuité chronologique. L’auteur maîtrise les événements dans toutes leurs dimensions avec la minutie et la compétence de l’historien tout en s’inscrivant dans la grande tradition littéraire du réalisme magique : un capitaine de sous-marin allemand ligué avec des monstres marins, un policier turc sur lequel se vengent les morts du génocide arménien, des stylos qui se rebellent contre leur propriétaire, un mauvais journaliste…ces événements insolites réinventent l’Histoire pour mieux y transporter le lecteur.


Bibliographie

- À la guerre comme à la guerre ! (Belfond, 2015)
- La Grande Guerre (Belfond, 2013)
- L’Invisible (2008)
- Quadrature of Notes (2004)
- La Mort d’Euripide (2003)
- L’Âge d’or du piano (2002)
- La fin (2000)
- Le Siècle (1999)
- Rubinstein vs Horowitz (1999)
- Noir et Blanc (1998)
- Un chef d’orchestre sans public (Un infini cercle bleu, 1996)
- Inversion (1995)
- Parlez-vous classiques ? (1994)
- Les Lignes de la vie (1993)

Actualité

 
Romans

À la guerre comme à la guerre !

Belfond - 2015

Peu avant, pendant et après la Première Guerre mondiale, Europe toute entière.
« La Grande Guerre ». C’est de la bouche d’un mort que le médecin légiste Mehmed Graho, officiant à Sarajevo au lendemain du 28 juin 1914, entend ces mots. Et quel mort : l’archiduc François-Ferdinand en personne, tué en pleine rue avec son épouse par un jeune homme. Comme une traînée de poudre, l’animosité se répand à travers l’Europe : la Grande Guerre va commencer, et tout le monde se mobilise, partout. En Hongrie, où un gratte-papier travaillant pour le Pester Loyd se sent pousser des ailes quand son rédacteur lui demande de rédiger des lettres de menace à l’adresse de la cour de Serbie ; en Allemagne, quand, à la fin d’un récital, le chanteur d’opéra Hans Dieter Huis voit son ovation interrompue par un petit officier venu délivrer un message belliqueux du Kaiser ; en France, quand un jeune écrivain souffreteux, dénommé Jean Cocteau, s’empiffre de pâté et de fromage par peur d’être réformé pour son extrême maigreur ; en Turquie, où les trois apprentis du marchand d’épices stambouliote Mehmed Yildiz partent pour le front, à son grand désarroi ; et en Serbie, quand, à la sortie du train, le commandant en chef de l’armée, Radomir Putnik, prononce ces mots prophétiques : « Il va y avoir du grabuge ». Cinq ans de grabuge, précisément, que l’on ne connait que trop bien… mais est-ce vraiment le cas ?
Cette épopée totale sans être exhaustive, convoquant le fantastique comme un puissant symbole, accomplit l’exploit de représenter l’ampleur et les conséquences de la Grande Guerre dans l’Europe toute entière. Ce roman choral accompagne l’agonie de la Belle Époque et l’avènement d’un futur incertain, où la croyance positive dans le progrès scientifique et industriel est ébranlée à jamais.

Traduit du serbe par Harita Wybrands


Revue de presse :

« À la guerre comme à la guerre ! montre que le Verbe peut être d’une puissance inouïe, mortelle et incroyablement vaste. »
Miomirka Nesić, Mons Aureus

« À la guerre comme à la guerre ! dévoile le pouvoir d’une narration qui parviendrait à représenter avec succès l’essence même de l’Histoire. »
Mileta Aćimović Ivkov, Polja

« Dans ce roman aux milles visages, Gatalica construit sa narration à partir de multiples points de vue divergents sur la Première Guerre Mondiale. La frontière entre le réel et la fiction s’efface. Borislav Pekić a déclaré que le souffle de l’Histoire et la poésie contenu dans notre passé sont deux des éléments qu’on retrouve dans toute grande œuvre littéraire. À la guerre comme à la guerre ! est un roman qui réunit définitivement ces deux qualités. »
Petar Pijanović,  !Politika

- "Un roman-opéra sur la Première Guerre mondiale mené avec brio par un auteur serbe contemporain majeur, Aleksandar Gatalica."Livre Hebdo

Œuvre

 
Romans

À la guerre comme à la guerre !

Belfond - 2015
Peu avant, pendant et après la Première Guerre mondiale, Europe toute entière. « La Grande Guerre ». C’est de la bouche d’un mort que le médecin légiste Mehmed Graho, officiant à (...)
 

Vidéos

 

 

Les cafés littéraires

Saint-Malo 2015

Une histoire européenne

Avec Jil SILBERSTEIN, Anthony DOERR, Aleksandar GATALICA

 

Les débats audios

 
Saint-Malo 2015

Affaire de style, affaire de souffle

Avec Grégoire Polet, Aleksandar Gatalica. Animé par Hubert ARTUS

 
Saint-Malo 2015

Epopées

Avec Philipp Meyer, Aleksandar Gatalica, Jack Küpfer, José Angel Mañas. Débat animé par Emmanuelle Dancourt

 
Saint-Malo 2015

Une Histoire européenne


Avec Boris Pahor, Aleksandar Gatalica, Zygmunt Miloszewski et Ersi Sotiropoulos

 
Saint-Malo 2015

Quand le roman écrit l’histoire

Avec José Angel Mañas, Bachi Salim, Jil Silberstein, Aleksandar Gatalica. Rencontre animée par Yann Nicol.