AGIER Michel

France

Définir les réfugiés (Presses Universitaires de France, 2017)

Cet ethnologue et anthropologue français, spécialiste de la question des migrants et des réfugiés, invite à travers ses ouvrages à décentrer notre regard sur le monde. Ses recherches portent sur les relations entre la mobilité, les migrations et la formation des contextes urbains. Directeur de recherche à l’IRD et directeur d’études à l’EHESS, il a publié plusieurs ouvrages sur la “mondialisation humaine”, dont La Sagesse de l’ethnologue (2004), Gérer les indésirables (2008) et Le couloir des exilés (2011).

Son ouvrage, La Condition cosmopolite. L’anthropologie à l’épreuve du piège identitaire (La Découverte, 2013), questionnait le sens et l’usage de frontières et mettait en garde nos États - mais aussi notre attitude - face au piège de l’enfermement, de l’espace et de l’identité.

Après Les migrants et nous. Comprendre Babel (CNRS éditions, 2016), il nous revient cette année avec Définir les réfugiés publié aux Presses Universitaires de France avec un essai co-signé avec Anne-Virginie Madeira (docteur en droit, spécialiste du statut et des conditions d’accueil des étrangers en France), dans lequel les auteurs choisissent, en s’affranchissant des catégories pseudo-descriptives, de se recentrer sur la figure du réfugié et sur le principe qui la fonde, l’asile.


À écouter du France Inter :


Bibliographie :

  • Définir les réfugiés (Presses Universitaires de France, 2017) avec Anne-Virginie Madeira
  • Les migrants et nous. Comprendre Babel (CNRS éditions, 2016)
  • La Condition cosmopolite. L’anthropologie à l’épreuve du piège identitaire (La Découverte, 2013)
  • Campement urbain. Du refuge naît le ghetto (Payot, 2013)
  • Je me suis réfugié là ! Bords de routes en exil (Donner lieu, 2011) avec Sara Prestianni
  • Le Couloir des exilés. Être étranger dans un monde commun (Croquant, 2011)
  • Esquisses d’une anthropologie de la ville. Lieux, situations, mouvements (Academia-Bruylant, 2009)
  • Gérer les indésirables. Des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire (Flammarion, 2008)
  • Salvador de Bahia : Rome noire, ville métisse (Autrement, 2005) avec des photos de Christian Cravo
  • La Sagesse de l’ethnologue (L’œil neuf, 2004)
  • Aux bords du monde, les réfugiés (Flammarion, 2002)
  • Anthropologie du carnaval. La ville, la fête et l’Afrique à Bahia (Parenthèses/IRD, PUF, 2000)
  • L’Invention de la ville. Banlieues, townships, invasions et favelas (Archives contemporaines, 1999)
  • Commerce et sociabilité. Les négociants soudanais du quartier zongo de Lomé (Togo) (IRD, 1983)
Définir les réfugiés

Définir les réfugiés

PUF - 2017

La crise qu’a traversée l’Europe, avec l’augmentation spectaculaire des arrivées de migrants venus principalement du Moyen-Orient et d’Afrique, a mis en évidence l’incertitude des classifications institutionnelles qui servent à la description et à la gestion des flux migratoires. Si le caractère absolu voire « sacré » de l’asile est sans cesse réaffirmé par les gouvernements français, sa mise en œuvre donne lieu à des attitudes bien différentes de son principe universaliste. Réfugiés, migrants, demandeurs d’asile, mais aussi réfugiés de guerre, migrants économiques, migrants clandestins, sont autant de termes apparemment descriptifs qui, pourtant, engagent toute une épistémologie et une politique des classifications institutionnelles, médiatiques, populaires ou savantes. Leur analyse est à faire, alors qu’aucune de ces classifications ne peut prétendre à l’existence de définitions absolues, partout et toujours vraies des catégories. C’est à cette relativité des modes de classifications et des catégories utilisées que veut répondre le présent ouvrage, en se centrant sur la figure du réfugié, et sur le principe qui la fonde, l’asile.

La Condition Cosmopolite

La Condition Cosmopolite

La Découverte - 2013

La mondialisation libère les uns et oppresse les autres. Et dans cette partition du monde, chacun est renvoyé à une identité prétendument essentielle et « vraie ». D’où un véritable « piège identitaire », négation de l’autre et de sa subjectivité, parfois justifié par l’anthropologie - à l’opposé de sa vocation humaniste et critique. Face à ce défi, le regard contemporain sur le monde doit être repensé, en dépassant le relativisme culturel et ses « ontologies » identitaires.
Dans ce livre, Michel Agier prend une position résolument « décentrée », invitant le lecteur à reconsidérer les sens et les usages de la frontière : lieu de passage, instable et sans cesse négociée, elle nous fait humains en instituant la place et l’existence sociale de chacun tout en reconnaissant celles des autres. Le mur est son contraire : il incarne le piège identitaire contre l’altérité.
Cette enquête sur l’état du monde et sa violence, sur les frontières et les murs, sur le sens des mots (« identité », « civilisation », « race », « culture ») propose ainsi une réflexion originale sur la condition cosmopolite, figure à double face : d’un côté, l’étranger absolu, global et anonyme, que dessinent les politiques identitaires sous des traits effrayants ; de l’autre, le sujet-autre, celui qui venant de l’extérieur de « mon identité », m’oblige à penser tout à la fois au monde, à moi et aux autres. En plaidant pour la validité de l’approche anthropologique, Michel Agier cherche ici à dépasser le piège identitaire, à montrer que d’autres manières de penser sont possibles. Réapprendre à passer les frontières où se trouve l’autre, à les reconnaître et à les fréquenter, est devenu l’un des enjeux majeurs de notre temps.


Revue de presse

  • "Michel Agier signe avec La Condition cosmopolite un bel essai échappant à l’éloge philosophique des frontières comme au rêve tout aussi spéculatif d’un monde qui en serait dépourvu." Le Monde
  • Michel Agier sur France 24 :


Passage des frontières, construction de l’étranger

Saint-Malo 2014

Avec Michel Agier et Sanjay Subrahmanyam.
Animé par Cédric Enjalbert.


Oser penser une France multiculturelle

Saint-Malo 2014

Avec Jean-Marie Gustave Le Clézio, Pascal Blanchard, Didier Daeninckx, Michel Le Bris, Elisabeth Leuvrey, Michel Agier.