Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)

BANCEL Nicolas

France

La France arabo-orientale : Treize siècles de présences (La Découverte, 2013)

Historien et enseignant-chercheur aux universités de Strasbourg II et de Lausanne, Nicolas Bancel est spécialiste de l’histoire coloniale et post-coloniale française, de l’histoire du sport et des mouvements de jeunesse.

Il participe en 2013 à l’élaboration du livre La France arabo-orientale, dirigé par Pascal Blanchard. L’ouvrage revient sur treize siècles de présence de populations maghrébines, proche-orientales et ottomanes dans l’Hexagone, de l’empire carolingien à nos jours, et s’intéresse à leur apport politique, culturel et économique à la France durant cette période.

La France arabo-orientale. Treize siècles de présences

La France arabo-orientale. Treize siècles de présences

La Découverte - 2013

L’histoire de la France arabo-orientale commence dès le VIIe siècle, au moment des conquêtes arabes, et traverse treize siècles d’histoire de France, avec les présences de populations maghrébines, proche-orientales et ottomanes dans l’Hexagone. Ces présences ont contribué à bâtir l’histoire politique, culturelle, militaire, religieuse, artistique et économique de ce pays, de l’empire carolingien de Charlemagne à la République actuelle. Cette anthologie en raconte pas à pas le récit (oublié), en montre les images (inédites) et en souligne toutes les contradictions, du temps des « Sarrasins » à celui de la citoyenneté. Être « arabo-oriental » en France, quel que soit le pays, l’empire, la culture, la colonie ou le département d’où l’on vient ou la religion qui est la sienne (chrétien, musulman ou juif), c’est s’inscrire dans un récit peuplé de héros, de lieux de mémoire, de mythes, de combats, de violences, de rêves et d’échecs. Mais c’est aussi s’inscrire dans ces identités multiples qui sont partie intégrante de la France du XXIe siècle. La France arabo-orientale est un livre unique au regard de l’incroyable iconographie qu’il propose, des enjeux qu’il porte et de l’histoire qu’il rend désormais accessible.


Revue de presse :