ADIMI Kaouther

Algérie

L’envers des autres (Actes Sud, 2011)

© Nassim Kasdali

Née en 1986 à Alger, Kaouther Adimi est l’une des jeunes plumes montantes de la littérature algérienne d’expression française. Elle s’est d’abord fait connaître grâce à ses nouvelles, récompensées par le Prix du jeune écrivain de langue française en 2006, puis par le prix du FELIV (Festival international de la littérature et du livre de jeunesse d’Alger) en 2008. Après des études de littérature française à Alger, elle part pour Paris et prépare un master de lettres modernes, puis un autre de ressources humaines. La jeune auteur vit dans la capitale depuis 2009.

Son premier roman, Des ballerines de papicha, paru en 2010 aux éditions Barzakh, nous plonge dans le quotidien d’une jeunesse ennuyée et en proie au mal-être dans la ville d’Alger. Un an plus tard, il sort en France sous un autre titre, L’envers des autres, aux éditions Actes Sud.

Dans ce roman polyphonique, neuf voix s’exposent à tour de rôle, exprimant leur sentiment d’abandon, leur ennui, leur malaise dans une société qui ne les reconnaît pas et dans laquelle ils ne se reconnaissent pas. À travers le regard d’une famille d’Alger sur le monde, Kaouther Adimi dresse le portrait - tantôt cynique, tantôt mélancolique - d’une génération désœuvrée qui cherche à exister.


Bibliographie :

  • Des ballerines de papicha (Barzah, 2010) ; éd. française, L’envers des autres (Actes Sud, 2011)
L'envers des autres

L’envers des autres

Actes Sud - 2011

Alger, centre-ville, début du XXIe siècle. Adel et Yasmine, frère et soeur, étaient proches, enfants. Ils ont grandi, changé, ils n’arrivent plus à se parler. Ils s’aiment en silence, entre une mère acrimonieuse et une aînée échouée là avec sa famille, qui peint à longueur de journée comme on s’invente un ailleurs. Au pied de l’immeuble, du haut des balcons et jusque chez eux, on les observe, on commente : ils sont différents, trop beaux et peut-être un peu trop libres, c’est insupportable.

Dans une société étriquée par les convenances, dans un pays qu’on quitte plus facilement qu’on ne l’aime, être simplement soi-même est un luxe auquel la jeunesse n’a pas droit…

Porté par une construction polyphonique croisant des voix qui ne se rencontrent jamais, L’envers des autres est un roman sensible, violent et lucide, dont la noirceur n’est adoucie que par les naïves rêveries d’une fillette en ballerines de toile.


Revue de presse

  • "L’objectif de Kaouther Adimi est d’alerter sur le quotidien d’une population à la dérive, n’ayant d’autre alternative que la débrouille, le bricolage, le rêve migratoire, le désespoir, la folie, la mort et bien d’autres subterfuges, à découvrir tout au long de ce roman qui captive et émeut jusqu’aux larmes." Courrier international
  • Kaouther Adimi reçue dans "A plus d’un titre" sur France Culture :
  • "L’Algérie d’une nouvelliste de 25 ans", reportage d’ARTE :