Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)

DELCROIX Olivier

France

Les Super-Héros au cinéma (Hoëbeke, 2012)

© Lionel Hannoun

Passionné de mots et d’images, Olivier Delcroix est journaliste au Figaro depuis 1991 et chroniqueur au Figaro Littéraire depuis 1999, où il écrit, entre autres, sur la science-fiction, le roman policier et la bande dessinée. Il est également chef du service cinéma au Figaro et au Figaroscope depuis septembre 2008.

Olivier Delcroix a publié en 2002 Corto Maltese, la cour secrète des arcanes, chez Casterman. Novelliste, il a participé aux recueils Noirs complots, Le dernier Homme (Les Belles Lettres, dans la collection " Le Cabinet noir ") et Noirs Scalpels (Le Cherche-Midi). Il est également l’auteur d’un documentaire télévisé, De Tintin à Titeuf, les Mythes de la bande dessinée, diffusé sur France 5 à l’occasion du Salon d’Angoulême.

En 2012, il signe un ouvrage intitulé Les super-héros au cinéma dans lequel il dresse les contours d’un nouveau genre : les "super-movies". Olivier Delcroix plonge au cœur des origines de personnages tels que Tarzan ou Superman, qu’il confronte à d’autres plus contemporains comme ceux de Tim Burton ou Michel Gondry.


En savoir plus :

  • Olivier Delcroix évoque Les Super-Héros au cinéma sur France Info et sur Europe 1 (à partir de 21min)

Bibliographie :

  • Les Super-Héros au cinéma, (Hoëbeke, 2012)
  • Complots capitaux, (le Cherche midi, 2008)
  • Générations Hergé (Editions des équateurs, 2007)
  • Corto Maltese, la cour secrète des arcanes (Casterman, 2002)

Les super-héros au cinéma

Hoëbeke - 2012
©Columbia Pictures, Marvel Enterprises, Laura Ziskin Productions.

Jamais il n’a été publié d’ouvrage traitant spécifiquement des super-héros au cinéma. Même aux Etats-Unis qui sont pourtant le lieu de naissance de ces justiciers masqués, devenus aujourd’hui des figures mythologiques de l’Amérique moderne. Cet « ouvrage pionnier » est né de la volonté d’identifier un nouveau genre, aux contours encore mal définis, malgré l’immense succès remportés par ces blockbusters qu’Hollywood appelle des « super movies ».
Longtemps ignorés, jamais pris au sérieux, les personnages de Superman, Batman (détenus par D.C. Comics), Spider-Man, X-Men ou Iron Man (appartenant à Marvel) ont désormais acquis une si grande notoriété qu’ils ne relèvent plus d’un simple effet de mode. Depuis dix ans, et le passage aux effets spéciaux numériques, le cinéma de super-héros s’est développé de manière exponentielle.
Les super-héros au cinéma remonte aux origines du genre, raconte son histoire secrète et explore ses coulisses aux anecdotes fascinantes. Des précurseurs, tels Zorro ou Tarzan dans les années 1920, jusqu’aux longs-métrages actuels signés Tim Burton, Christopher Nolan, Kenneth Branagh ou Michel Gondry, les films de super-héros vont au-delà de l’imagerie naïve et enfantine de la pop-culture américaine : ils sont une composante fondamentale du psychisme des Etats-Unis, de ses valeurs, de ses croyances, de ses doutes et de son patriotisme sérieusement ébranlé depuis le 11 septembre…

Fin du monde et super-héros

Saint-Malo 2014

Une rencontre exceptionnelle, avec quatre romanciers de l’apocalypse : Laure et Laurent Kloetzer, Thomas Day, Pierre Bordage et trois super-héros : Clément Pélissier, qui prépare une thèse sur ce sujet, Jean-Marc Lainé, auteur du "Dico des super-héros" et Olivier Delcroix, qui dresse les contours d’un nouveau genre avec "Les super-héros au cinéma".
Animé par Damien Aubel.

« Apocalypse... Le mot évoque des catastrophes aux proportions bibliques ». (Alex Nikolavitch, Apocalypse, Une brève histoire de la fin des temps).
Face à la crainte de ces futurs terrifiants, fort heureusement se dressent Batman, Superman, les X-Men ! Nés dans les années trente quand menaçait la guerre, on les avait portés disparus avec le rêve américain, au Vietnam – ils renaissent avec Stan Lee dans les Marvel Comics, dotés de faiblesses nouvelles, reflets de leur époque, et renaissent de nouveau aujourd’hui, quand nous changeons de monde. À croire qu’à travers eux se dit quelque chose d’essentiel sur le monde et sur nous-mêmes...