logo
Le dico des auteurs


Fille de diplomate, Bessora a grandi en Europe, aux Etats-Unis et en Afrique. Après quatre années d’immersion dans le monde de la finance internationale à Genève, Bessora quitte le costume de golden girl pour celui d’étudiante en anthropologie. C’est l’anthropologie, avec sa relation à l’écriture, qui va la conduire vers le roman.

BESSORA

Belgique / Congo / Suisse

11 avril 2007.
 

Biographie

 
JPEG - 30.8 ko
BESSORA
© Hélie / Gallimard

Bessora est née à Bruxelles en 1968. Petite- fille de confiseur et de laitier, fille de diplomate, elle a grandi en Europe, aux Etats-Unis et en Afrique. Ayant beaucoup fréquenté les hôtels, les aéroports, et les avions, elle rêvait, enfant, d’être hôtesse de l’air. Elle est finalement entrée à HEC, en Suisse. Après quatre années d’immersion dans le monde cru de la finance internationale à Genève, Bessora quitte le costume de golden girl pour celui d’étudiante en anthropologie. Elle débarque à Paris avec sa fille et s’inscrit à l’école des Hautes études en Sciences Sociales, et à l’Université Paris- IX Dauphine. Elle se lance dans l’étude des mémoires pétrolières au Gabon et soutient sa thèse de doctorat. C’est l’anthropologie, avec sa relation à l’écriture, qui la tire vers le roman et la conduit à écrire son premier texte, puis à le publier.
Cueillez-moi jolis Messieurs, où la tendresse le dispute au sarcasme, est son cinquième roman.

In english


Bibliographie :

- Cueillez-moi jolis Messieurs… (Gallimard, 2007)
- Petroleum (Denoël, 2004)
- Courant d’air aux Galeries (Eden, 2003 - fiction)
- Deux Bébés et l’addition (Le Serpent à plumes, 2002)
- Les taches d’encre (Le Serpent à Plumes, 2000 - Prix Félix Fénéon 2001)
- 53 cm (Le Serpent à Plumes, 1999)


Argumentaire de Cueillez-moi jolis Messieurs… :

« Juliette : Trêve de plaisanterie, Claire. Pourquoi as-tu fait ça ? Tu es folle ou quoi ?
Claire : C’était très bien ! Très très très bien ! Tu devrais en faire autant. Tu as de la toile d’araignée dans le derrière ma fille. Faut débroussailler !
Juliette : Qu’est-ce qu’il y a encore. Qu’est-ce que j’ai fait ? Je n’ai pas rebouché le tube de dentifrice ? Mes cheveux bouchent le lavabo ? Une tétine traîne sous le canapé !
Claire : Point du tout.
Juliette : Pourquoi tu es fâchée ?
Claire : Mon humeur est excellente. Je maîtrise mon destin. Tout va bien.
Juliette : Mon cul.
Claire : Que ton cul repose en paix, Juliette. »
Elle est pure, Claire, comme de l’eau de roche. Une chose pareille n’aurait jamais dû lui arriver…
Et Juliette, elle est si… Obscure. Sans compter toutes ses maladies, imaginaires bien sûr.
Et il y a les hommes.
Ah ! les hommes ! Ils sont si…

 
 
Ses festivals

Saint-Malo

  • 2007


  •