BARBERY Muriel

France

La vie des elfes (Gallimard, 2015)

©Catherine Hélie Gallimard

Muriel Barbery est née en 1969. Cette ancienne élève de Normale sup, agrégée de philosophie, enseigne à l’IUFM de Saint-Lô. Son premier roman fut une véritable surprise de la rentrée littéraire 2000. Invitation délicate à la dégustation, Une gourmandise, traduit en douze langues, met en scène un critique gastronomique aux portes de la mort, en quête d’une saveur de son enfance.
Succès confirmé par son roman suivant L’élégance du hérisson qui fut couronné par de nombreux prix dont le Prix George Brassens et le Prix des libraires en 2007. Il est également adapté au cinéma par Mona Achache sous le titre Hérisson. Les destins d’une concierge férue de culture, d’une petite fille bourgeoise et d’un riche Japonais se croisent dans le même immeuble, et dans lequel elle dresse une satire sociale pleine d’humour et de finesse.

Neuf ans après le succès de son second opus, Muriel Barbery sort un troisième roman, formidable plongée dans l’univers imaginaire… de la fantasy. La vie des elfes relate l’histoire deux jeunes filles, que tout sépare et qui par des biais différents, sont en contact avec le monde des elfes – monde de l’art, de l’invention, du mystère, mais aussi de l’osmose avec la nature, qui procure à la vie des hommes sa profondeur et sa beauté. Les deux fillettes, une fois réunies, auront à mener un long combat pour sauver le monde d’une terrible menace.


Le site de l’auteur

http://muriel.barbery.net/

In english
En español


Bibliographie :

  • La vie des elfes (Gallimard, 2015)
  • L’élégance du hérisson (Gallimard, 2006)
  • Une gourmandise (Gallimard, 2000)
La vie des elfes

La vie des elfes

Gallimard - 2015

« Les mains de la petite étaient fines et gracieuses, plutôt larges pour une enfant qui n’avait fêté ses dix ans qu’en novembre, et extrêmement déliées. Elle les tint au dessus des touches comme il fallait pour entamer le morceau mais les laissa en suspens pendant un instant où les deux hommes eurent le sentiment qu’un vent ineffable balayait l’espace de la nef. Puis elle les posa. Alors une tempête se fit dans l’église, une vraie tempête qui fit s’envoler les feuilles et rugit comme une vague qui monte et retombe sur l’amer des rochers. Enfin, l’onde passa et la petite joua. Elle joua lentement, sans regarder ses mains et sans se tromper une seule fois. Alessandro tourna pour elle les pages de la partition et elle continua de jouer avec la même inexorable perfection, à la même vitesse et avec la même justesse, jusqu’à ce que le silence se fasse dans l’église transfigurée. » Quoi de commun entre la petite Maria, qui vit dans un village reculé de Bourgogne, et une autre fillette, Clara qui, à la même époque, après avoir grandi dans les Abruzzes, est envoyée à Rome afin d’y développer un don prodigieux pour la musique ? Peu de choses, apparemment. Pourtant, il existe entre elles un lien secret : chacune, par des biais différents, est en contact avec le monde des elfes – monde de l’art, de l’invention, du mystère, mais aussi de l’osmose avec la nature, qui procure à la vie des hommes sa profondeur et sa beauté. Or une grave menace, venue d’un elfe dévoyé, pèse sur l’espèce humaine, et seules Maria et Clara sont en mesure, par leurs dons conjugués, de déjouer ses plans. Les deux fillettes, une fois réunies, auront à mener un long combat...

L’élégance du hérisson

Gallimard - 2006

Je m’appelle Renée, j’ai cinquante-quatre ans et je suis la concierge du 7 rue de Grenelle, un immeuble bourgeois. Je suis veuve, petite, laide, grassouillette, j’ai des oignons aux pieds et, à en croire certains matins auto-incommodants, une haleine de mammouth. Mais surtout, je suis si conforme à l’image que l’on se fait des concierges qu’il ne viendrait à l’idée de personne que je suis plus lettrée que tous ces riches suffisants. Je m’appelle Paloma, j’ai douze ans, j’habite au 7 rue de Grenelle dans un appartement de riches. Mais depuis très longtemps, je sais que la destination finale, c’est le bocal à poissons, la vacuité et l’ineptie de l’existence adulte. Comment est-ce que je le sais ? Il se trouve que je suis très intelligente. Exceptionnellement intelligente, même. C’est pour ça que j’ai pris ma décision : à la fin de cette année scolaire, le jour de mes treize ans, je me suiciderai.

Peindre, écrire : L’imagination créatrice

Avec Frankétienne, Muriel Barbery, Breyten Breytenbach, Hubert Haddad. Débat animé par Marie-Madeleine Rigopoulos. - Saint-Malo 2015

Avec Frankétienne, Muriel Barbery, Breyten Breytenbach, Hubert Haddad. Débat animé par Marie-Madeleine Rigopoulos.


La vie des elfes

Avec Muriel Barbery - Saint-Malo 2015


Avec Muriel Barbery, une rencontre animée par Florence Bouchy


Le retour du romanesque

Saint-Malo 2007
11h00 : Le retour du romanesque
Muriel BARBERY, Wesley STACE, Michel LE BRIS, Jean ROUAUD, Stéphane AUDEGUY