Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)

JAOUEN Hervé

France

La mariée rouge, et de six autres nouvelles (Omnibus, 2015)
Eux autres, de Goarem - Treuz (Terres de France, 2014)

©-Droits-réservé

Lors de la publication de La Mariée rouge en 1979, roman ultraviolent au ton ironique, Hervé Jaouen né en 1946, fit grand bruit et s’imposa alors comme un maître du roman noir.
Outre son œuvre importante de romans policiers, récompensée par le prix du Suspense 1982, pour Quai de la Fosse et le Grand Prix de Littérature policière 1990, pour Hôpital souterrain, il enrichit sa palette d’écrivain en honorant l’Irlande, dont il est amoureux, et son pays, la Bretagne, avec une série de romans formant une vaste fresque familiale, dont le sixième volume, Eux autres, de Goarem-Treuz est paru fin 2014 aux Presses de la Cité.

Il signe un recueil de nouvelles noires intitulé La mariée rouge et six autres nouvelles.


Site de l’auteur

http://www.hervejaouen.fr/


Bibliographie

  • La mariée rouge et six autres nouvelles (Omnibus, 2015) (réédition)
  • Eux autres, de Goarem-Treuz (Presses de la cité, 2014)
  • Gwaz-Ru (Presses de la cité, 2013)
  • Dans l’œil du schizo (Presses de la cité, 2012)
  • Le fossé (Presses de la cité, 2012)
  • Flora des Embruns (Presses de la cité, 2012)
  • Ceux de Menglazeg (Presse de la cité, 2011)
  • Les Sœurs Gwenan (Presses de la cité, 2010) Prix du Roman populaire 2011
  • Ceux de Ker-Askol(Presses de la cité, 2009)
  • Les Filles de Roz-Kelenn (Presses de la cité, 2007)
  • Les Ciels de la baie d’Audierne (Presses de la cité, 2006)
  • Le Testament des McGovern (Presses de la cité, 2006) Prix des Grands Espaces 2007
  • Au-dessous du calvaire (Presses de la cité, 2005)
  • L’Adieu au Connemara (Presses de la cité, 2003)
  • Chroniques irlandaises (Ouest France Editions, 2002)
  • Que ma terre demeure (Presses de la Cité, 2001)Prix de Caulnes 2008

La mariée rouge et six autres nouvelles (réed.)

Omnibus - 2015

La Mariée rouge suivi de 6 nouvelles : ’Le disparu de Men-Diaoul’, ’Une trop fine mouche’, ’Abus de phosphore’, ’Interrogation écrite’, ’Stang fall’, ’L’argent de la quête’.
Un couple de jeunes, dans une cavale nihiliste et suicidaire, croise le chemin d’un trio de ferrailleurs, d’un commando d’autodéfense et d’une noce, dans le fin fond de la campagne bretonne ; une épopée tragique et ultraviolente qui se termine dans le sang, servie par la prose grinçante d’Hervé Jaouen. Ce roman fit grand bruit lors de sa parution en 1979, en pleine vogue du néo-polar français lancé par A.D.G., Jean-Patrick Manchette et Jean Vautrin, entre autres, et qui se caractérisait par le soin apporté à l’écriture.
Ce roman, qui bénéficie d’un avant-propos de l’auteur et de deux préfaces signées Pierre Magnan et Jean-Baptiste Baronian, est suivi par six nouvelles choisies par l’auteur, pas toutes policières mais noires, aujourd’hui introuvables.

Eux autres, de Goarem-Treuz

Presses de la Cité - 2014

Outre que l’évolution de la descendance est une loterie, le devenir d’une fratrie est imprévisible. Chacun cultive son jardin où s’épanouissent à l’âge adulte des visions discordantes de leurs jeunes années et c’est à croire parfois, après l’envol du nid, que certains enfants n’ont jamais été frères et sœurs. " Eux autres, de Goarem-Treuzest avant tout le récit des destins croisés de sept enfants Nicolas, Angèle, Maurice, Julienne, Monique, Irène et Etienne, nés à la campagne. Destinées très différentes, comme souvent dans les familles nombreuses ; le pitoyable se mêle au tragique, et l’ordinaire à l’imprévu. C’est aussi le récit de la traversée des Trente Glorieuses par des ruraux que la ville envahit. De quoi décontenancer Gwaz-Ru et Tréphine, les parents nés à l’aube du XXe siècle. Monique, par exemple, fréquentera les bals traditionnels des années 1950, Irène se rendra à Solex dans des boîtes où l’on danse le rock... Enfin, c’est la narration de la disparition programmée d’un monde rural trop proche de la ville. Dans le troisième tiers du livre, écrit sous la forme d’un journal que tient Angèle, l’aînée des sœurs verra, vers l’an 2000, les bulldozers raser la ferme. Comme dans Les Filles de Roz-Kelenn, les personnages auront parcouru tout un siècle et illustré, par leurs trajets, la transformation des lieux, des mœurs et des esprits.


Revue de presse

Cela se passe en Bretagne, près de Quimper. Mais le récit d’Hervé Jaouen aurait pu choisir un autre décor. Il raconte un monde rural replié sur lui-même, qui vit sa révolution après la guerre, avec les Trente Glorieuses. Les sept enfants de Tréphine et Gwaz-Ru vont connaître une vie bien différente de celle de leurs parents. Certains de ces destins seront tragiques. Et pourtant ce livre qui raconte un monde qui court de plus en plus vite et voit s’effondrer tous ses repères traditionnels n’est jamais désespéré. L’auteur apporte de beaux moments d’humanité grâce à ses personnages truculents.
Didier GOURIN, DIMANCHE OUEST-FRANCE, 14/12/2014

Avec ce sixième volume, Hervé Jaouen offre cette fois un regard sur le basculement de campagnards dans le monde nouveau des Trente Glorieuses, avec les bouleversements que cela entraîne dans les vies et au sein même des familles.
BRETONS MAGAZINE, novembre 2014


Le Fossé

Presses de la Cité - 2012

Le fossé, Presses de la Cité juin 2012 Catherine, treize ans, a disparu. La quête éperdue et suicidaire d’un père pour la retrouver. A tout prix. Quand ils sortent le samedi soir, les Langlois expédient leur fille Catherine chez sa mamie ou, croient-ils, elle regarde sagement la télé. Un dimanche midi, le téléphone sonne. La grand-mère doit avouer l’inavouable : la gamine sortait, et elle n’est pas rentrée. Avant d’appeler la police, son père mène l’enquête. Il apprend très vite que Catherine franchissait « le fossé », le boulevard périphérique qui sépare les quartiers bourgeois de la zone. Sur les traces du petit chaperon rouge, une véritable descente aux enfers dans la jungle urbaine. « Un drame psychologique qui mêle aux échos de Simenon un souvenir de la tragédie antique. »Le Pèlerin « Pour notre part, il y a bien longtemps que nous tenons Jaouen pour un grand de l’écriture. Flora ne nous a pas déçu. »Le Dauphiné Libéré


Flora des Embruns

Presses de la Cité - 2012

Flora des Embruns, Presses de la Cité juin 2012 Vingt ans après avoir largué les amarres en plein drame, Vinoc, ancien patron de pêche, remet sac à terre quelque part dans un port bigouden. Avec une idée seule en tête : se venger... Dans le passé, la belle Flora l’aurait trompé. Dans le passé, la belle Flora, serveuse au café des Embruns, aurait trompé son mari, jeune et brillant patron pêcheur, tragiquement disparu peu après. Un drame que nul n’a oublié. Flora moins que personne, qui chaque jour va prier Notre-Dame des Péris-en-mer, pour que s’exauce son voeu : « Qu’il ne revienne jamais ! » Les années ont passé. Un marin danois, Hans Rosen, surgi de nulle part épie Flora depuis la chambre d’hôtel qu’il a réservée, en face du café des Embruns... « Un drame psychologique qui mêle aux échos de Simenon un souvenir de la tragédie antique. » Le Pèlerin « Pour notre part, il y a bien longtemps que nous tenons Jaouen pour un grand de l’écriture. Flora ne nous a pas déçu. » Le Dauphiné libéré


Dans l’oeil du schizo

Presses de la Cité - 2012

En Bretagne, de nos jours, le délire et la folie d’un homme, marié et père de famille virent au cauchemar pour les siens et à une tragique cavale dans les monts d’Arrée. Brillant diplômé d’une école de commerce, Jean-Luc Gouézec se voyait déjàà la tête d’une multinationale. Le jour ou il perd son boulot, il part en vrille. Incapable de supporter l’échec, il sombre peu à peu dans la paranoïa. Craignant pour sa vie et celle de leurs enfants, Delphine, sa femme, se résout à le faire interner. Trop tard. La spirale infernale de la dérive meurtrière est amorcée. Commence alors dans les monts d’Arrée une terrible chasse à l’homme, jonchée de victimes, qui s’achèvera par un ultime combat entre le tueur halluciné et ses démons, des animaux terrifiants dont il s’imagine être la proie.


Gwaz-Ru

Presses de la Cité - 2011

Hervé Jaouen a entrepris, voici quelques années, la construction d’une étonnante saga, des « Rougon-Macquart » à la mode de Bretagne. Ainsi se sont agrégés des romans comme Ceux de Ker-Askol, Les Filles de Roz-Kelenn ou encore Les Sœurs Gwenan et Ceux de Menglazeg. Un siècle de vie quotidienne, entre terre et mer, de paysans, pêcheurs et ouvriers vivant dans la région de Quimper. Gwaz-Ru constitue un nouveau rameau de cette fresque et met en scène un jeune rural qui, dans la première moitié du xxe siècle, croit trouver de meilleures conditions de vie en ville. Roman d’apprentissage, ce texte nous entraîne sur les chemins de la formation et de la déception d’un homme de bonne volonté qui ne peut accepter les idées toutes faites pas plus que toute forme de soumission. Gwaz-Ru (littéralement « le gars rouge », autrement dit le Rouge, le communiste) est le surnom de Nicolas Scouarnec. Né dans la région de Briec en 1900, jeune vacher et journalier agricole, il se distingue par son esprit rebelle, réfractaire à toute autorité, anticlérical forcené et épris de justice sociale. Il a une vingtaine d’années quand il est recruté par les militants de la SFIO qui l’incitent à quitter la campagne pour la ville et lui fournissent un logement dans un quartier populaire et un boulot de manœuvre dans le bâtiment. Dans un restaurant ouvrier où il prend pension, Gwaz-Ru rencontre Tréphine, la femme de sa vie. Ils se marieront et auront sept enfants. Dès son arrivée en ville, Gwaz-Ru fait également une autre rencontre, qui va affûter son esprit critique : il se lie d’amitié avec son voisin de palier, Vincent, un jeune professeur de philosophie qui a peu ou prou frayé, lui aussi, avec les communistes. Ce dernier, sans en avoir l’air, met en mots savants les pensées emmêlées de Gwaz-Ru, quasiment illettré. Et le révèle à lui-même : à tous points de vue, un esprit libertaire qui refuse aussi bien la discipline communiste que les errements des nationalistes bretons, à qui, un temps, il est tenté de se joindre. En 1939, Gwaz-Ru aura rompu avec le PC, rejeté la fraternisation des nationalistes bretons avec les nazis, quitté son boulot dans le bâtiment pour retourner « à la terre », en périphérie de Quimper, à Goarem-Treuz, travailler l’exploitation maraîchère d’un couple de vieux, ses bienfaiteurs. Pendant l’Occupation, il restera un observateur lucide et ironique, si bien qu’à la Libération ses anciens camarades du PC lui chercheront des poux dans la tête. Il sera incarcéré et traduit devant la Chambre civique pour marché noir. Injustement accusé, c’est un homme amer et brisé qui sort de prison. Il abordera la deuxième partie de sa vie dans l’état d’esprit d’un ermite misanthrope et parfait nihiliste.


Journal d’Irlande

Ouest-France Editions / Edilarge - 1990

Faits divers

Avec Hervé Jaouen, Nicolas Dickner et Sylvain Coher - Saint-Malo 2015


Avec Hervé Jaouen, Nicolas Dickner et Sylvain Coher, une rencontre animée par Eduardo Castillo


La mariée rouge

Avec Hervé Jaouen - Saint-Malo 2015


Avec Hervé Jaouen, une rencontre animée par Emmanuelle Dancourt