Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)

BAIL Murray

Australie

La traversée (Actes Sud, 2013)


La venue de Murray Bail est soutenue par l’Australian Council for the Arts, organisme de consultation et de financement des Arts du gouvernement australien.

Biographie :

© Anthony Browell

Plume majeure de la fiction australienne contemporaine, Murray Bail, né à Adélaïde en 1941, est l’auteur d’une œuvre traduite en vingt-cinq langues et couronnée par de nombreuses distinctions, dont les prestigieux Commonwealth Writers Prize et Miles Franklin Award en 1999. Improbable odyssée d’un homme des Antipodes venu vendre un piano australien à Vienne, La Traversée est son troisième roman traduit en français après Eucalyptus (Robert Laffont, 1999) et Les Pages (Les Allusifs, 2010). Par ce portrait mordant d’un homme écartelé entre deux femmes et tiraillé entre l’Ancien et le Nouveau Monde, l’écrivain poursuit, avec maestria et dérision, son exploration de l’identité australienne.


Bibliographie :

  • La traversée (Actes Sud, 2013)
  • Les Pages (Les Allusifs, 2010)
  • Eucalyptus (Robert Laffont, 1999)

Présentation de La traversée :

Accoudé au bastingage du porte-conteneurs qui le ramène à Sydney, un homme regarde s’éloigner l’Europe, laissant libre cours à ses pensées. Il y a quelques jours encore, Frank Delage se trouvait à Vienne où il était venu présenter sa dernière création : un piano révolutionnaire au son pur et inédit, conçu et fabriqué en… Australie.
Sa mission commerciale sur le Vieux Continent n’est guère une réussite. La capitale autrichienne est saturée de musique. Chaque salon possède déjà son piano et son buste de Beethoven. Mais Delage a éveillé l’intérêt des très fortunés von Schalla, une famille de l’élite viennoise : mère et fille ont mis un zèle particulier à lui faire découvrir tant les charmes de la ville que leurs propres attraits.
Au gré d’allers-retours virtuoses entre le pont du navire et les salons lambrissés d’une Vienne plus fantasmée que réelle, nous sont alors restituées, dans une magnifique fluidité, la lente navigation vers l’autre côté de la terre, la naissance d’un possible amour et les coulisses d’un fiasco annoncé.

Par ce portrait d’un homme écartelé entre deux femmes et tiraillé entre l’Ancien et le Nouveau Monde, Murray Bail poursuit, avec maestria et dérision, son exploration de l’identité australienne.


Revue de presse :

  • The Voyage is oblique, idiosyncratic and original. To read it is to breathe the rarefied air of an artistic consciousness, nostalgic for literary modernism. Bail deploys the structural integrity of the journey, such as the single day in Virginia Woolf’s Mrs Dalloway and James Joyce’s Ulysses, to allow the disordered encroachment of the past on the present, and to permit a slippery, subjective treatment of time. This is a novel that demands your full attention, discoursing in an unbuttoned, Joycean fashion, approaching a sort of textual jouissance. Drift off, and you will be all at sea.
    The Australian

La traversée

Actes Sud - 2013

Accoudé au bastingage du porte-conteneurs qui le ramène à Sydney, un homme regarde s’éloigner l’Europe, laissant libre cours à ses pensées. Il y a quelques jours encore, Frank Delage se trouvait à Vienne où il était venu présenter sa dernière création : un piano révolutionnaire au son pur et inédit, conçu et fabriqué en… Australie. Sa mission commerciale sur le Vieux Continent n’est guère une réussite. La capitale autrichienne est saturée de musique. Chaque salon possède déjà son piano et son buste de Beethoven. Mais Delage a éveillé l’intérêt des très fortunés von Schalla, une famille de l’élite viennoise : mère et fille ont mis un zèle particulier à lui faire découvrir tant les charmes de la ville que leurs propres attraits. Au gré d’allers-retours virtuoses entre le pont du navire et les salons lambrissés d’une Vienne plus fantasmée que réelle, nous sont alors restituées, dans une magnifique fluidité, la lente navigation vers l’autre côté de la terre, la naissance d’un possible amour et les coulisses d’un fiasco annoncé. Par ce portrait d’un homme écartelé entre deux femmes et tiraillé entre l’Ancien et le Nouveau Monde, Murray Bail poursuit, avec maestria et dérision, son exploration de l’identité australienne.


Les Pages

Les Allusifs - 2010

Énigmatique, divertissant, une fiction qui nous plonge dans une reflexion sur l’amitié et l’amour, sur les hommes et les femmes et sur processus de la pensée. Des années durant, Wesley Antill se consacre à l’élaboration d’une philosophie, pendant que son frère et sa sœur gèrent la ferme familiale d’élevage de moutons. À sa mort, on demande à une philosophe, Erica, d’évaluer ses écrits. Celle-ci quitte donc Sydney pour le bush afin d’examiner son œuvre. Son amie Sophie, une psychanalyste ayant besoin de se changer les idées après une série de relations amoureuses ratées, l’accompagne. Ces deux femmes, l’une réservée et l’autre extravertie, aux opinions contrastées sur le monde, feront face à une situation nouvelle pour elles, avec des résultats surprenants. Le thème central est l’opposition entre la philosophie et la psychologie.


Eucalyptus

Robert Laffont - 1999

Il était une fois, dans les terres perdues du sud de l’Australie, un homme qui plantait des eucalyptus, jusqu’à posséder toutes les variétés de la création. Sans répit, Holland se consacre à son étrange folie. Voici les ingrédients de ce conte moderne : une forêt (d’eucalyptus), un père, tel un roi solitaire, une princesse, sa fille Ellen. Et une décision irrévocable : sa fille se mariera avec l’homme, qui, comme lui, sera capable de reconnaître et de nommer chaque espèce d’eucalyptus. Les prétendants se bousculent. Le roi perd patience. La princesse se morfond. Jusqu’au moment où... Murray Bail, tel un botaniste scrupuleux, mais aussi insidieusement ironique, nous raconte les métamorphoses d’un père. Et celle d’une femme en devenir. « Dans ce récit tout en retenue, les sentiments affleurent avec une indicible spontanéité entraînant le lecteur dans une rêverie intime, où les mots sont autant d’arbres à l’ombre desquels il fait bon s’arrêter. D’une émouvante simplicité. »

Les grands débats en vidéo

L’avenir du roman

Saint-Malo 2013

Participants : Michel LE BRIS, Clément CALIARI, Mathias ÉNARD, Paolo RUMIZ, Vassilis ALEXAKIS, Murray BAIL, Serge BRAMLY, Justin CRONIN, Diana EVANS, Damon GALGUT, Arnaldur INDRIDASON, Kopano MATLWA, Patrick RAMBAUD, Boualem SANSAL, Dimitris STEFANAKIS, Nick STONE, David VANN, Maryse CONDE, Gaspard-Marie JANVIER, Yahia BELASKRI, Léonora MIANO, Jean ROUAUD, Björn LARSSON, Percival EVERETT, Niq MHLONGO, Kgebetli MOELE

Les cafés littéraires

L’avenir du roman

Saint-Malo 2013

Participants : Michel LE BRIS, Clément CALIARI, Mathias ÉNARD, Paolo RUMIZ, Vassilis ALEXAKIS, Murray BAIL, Serge BRAMLY, Justin CRONIN, Diana EVANS, Damon GALGUT, Arnaldur INDRIDASON, Kopano MATLWA, Patrick RAMBAUD, Boualem SANSAL, Dimitris STEFANAKIS, Nick STONE, David VANN, Maryse CONDE, Gaspard-Marie JANVIER, Yahia BELASKRI, Léonora MIANO, Jean ROUAUD, Björn LARSSON, Percival EVERETT, Niq MHLONGO, Kgebetli MOELE

Le geste de l’artiste

Murray Bail et Serge Bramly - Saint-Malo 2013

Participants : Murray Bail et Serge Bramly
Animé par Yves Chemla