Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)

BENSA Alban

France

Terrain d’écrivains (Anacharsis, 2012)

Biographie

Anthropologue, directeur d’études à l’EHESS, spécialiste des sociétés kanak du centre-nord de la Nouvelle-Calédonie, Alban Bensa pose dans son dernier livre cette question impertinente : “Pourquoi les écrivains disent-ils mieux le monde que les anthropologues patentés ?”. En invitant 12 chercheurs à se pencher sur l’œuvre littéraire de leur choix, ce livre ouvre une réflexion passionnante sur ces deux modes d’exploration du monde que sont la littérature et les sciences sociales.


Bibliographie :

  • Terrain d’écrivains : Littérature et ethnographie (Anacharsis, 2012)
  • Après Lévi-Strauss : Pour une anthropologie à taille humaine (Textuel, 2010)
  • La fin de l’exotisme : Essais d’anthropologie critique (Anacharsis, 2006)
  • Histoire d’une chefferie kanak (1740-1878) : Le pays de Koohnê (Karthala, 2005)
  • Nouvelle-Calédonie, vers l’émancipation (Gallimard, 1998)

Présentation de Terrain d’écrivains : Littérature et ethnographie

Conrad et Stevenson nous en apprennent-ils moins sur les tropiques que Malinowski, et Chateaubriand ou Proust que Lévi-Strauss sur l’homme en société ? Pourquoi les écrivains (les grands) disent-ils mieux le monde que les anthropologues patentés ?

Dans ce livre impertinent, douze spécialistes de l’enquête en science sociale se plongent dans les expériences vécues où s’enracinent quelques grands textes littéraires : Montaigne, Lamartine, Pouchkine, George Sand, Nerval, Flaubert, Rimbaud, Kipling, Virginia Woolf, Céline, Montherlant, Camus sont ici successivement sollicités.

Si l’ethnographe n’existe que par l’enquête de terrain, les écrivains s’y astreignent tout autant. Leur matériau collecté et son élaboration jusqu’à la fi ction est ici épluché de près. Avertissement cuisant : cette archéologie met au jour une relation tangible aux mondes arpentés. Une dimension sociale et humaine que la prose anthropologique escamote trop souvent sous les conventions narratives et conceptuelles. Salubre retour au terrain en ces temps de tout textuel.

Sous la direction d’Alban Bensa et de François Pouillon.
Ont participé à cet ouvrage : Bernard Traimond, Wladimir Bérélowitch, Rose-Marie Lagrave, Dominique Casajus, Clémentine Gutron, Jackie Assayag, Renée Champion, Emmanuel Terray, Corinne Cauvin Verner et Michèle Sellès Lefranc.


Terrains d’écrivains : Littérature et ethnographie

Anacharsis - 2012

Sous la direction d’Alban Bensa et de François Pouillon. Ont participé à cet ouvrage : Bernard Traimond, Wladimir Bérélowitch, Rose-Marie Lagrave, Dominique Casajus, Clémentine Gutron, Jackie Assayag, Renée Champion, Emmanuel Terray, Corinne Cauvin Verner et Michèle Sellès Lefranc. Conrad et Stevenson nous en apprennent-ils moins sur les tropiques que Malinowski, et Chateaubriand ou Proust que Lévi-Strauss sur l’homme en société ? Pourquoi les écrivains (les grands) disent-ils mieux le monde que les anthropologues patentés ? Dans ce livre impertinent, douze spécialistes de l’enquête en science sociale se plongent dans les expériences vécues où s’enracinent quelques grands textes littéraires : Montaigne, Lamartine, Pouchkine, George Sand, Nerval, Flaubert, Rimbaud, Kipling, Virginia Woolf, Céline, Montherlant, Camus sont ici successivement sollicités. Si l’ethnographe n’existe que par l’enquête de terrain, les écrivains s’y astreignent tout autant. Leur matériau collecté et son élaboration jusqu’à la fi ction est ici épluché de près. Avertissement cuisant : cette archéologie met au jour une relation tangible aux mondes arpentés. Une dimension sociale et humaine que la prose anthropologique escamote trop souvent sous les conventions narratives et conceptuelles. Salubre retour au terrain en ces temps de tout textuel.


Après Lévi-Strauss : Pour une anthropologie à taille humaine

Textuel - 2010

L’anthropologie a été durablement marquée par la figure tutélaire de Claude Lévi-Strauss. Mais sa puissance intellectuelle et son autorité académique ont occulté une autre anthropologie, davantage appliquée à comprendre la réalité des comportements humains, leurs stratégies, leurs fragilités, leur ténacité, leur rage aussi. Contre le primat donné aux approches culturalistes et identitaires, il est temps de revenir à une anthropologie à taille humaine, soucieuse de comprendre l’autre et non de l’étiqueter. Soucieuse des individus plutôt que des constructions abstraites et englobantes, qui leur dénient lucidité et liberté.


La fin de l’exotisme : Essais d’anthropologie critique

Anacharsis - 2006

L’anthropologie se laisse souvent bercer par le rêve exotique. En projetant ses présupposés théoriques sur un Autre fantasmé, elle procède à une magnifique fossilisation du temps, de la parole, des cultures et finalement des personnes. Dans cette série d’essais, remaniés et rassemblés pour la première fois, Alban Bensa interroge ces dérives qui ont pu conduire l’anthropologie à se détourner des réalités sociales pour construire des mondes improbables et fortifier l’utopie primitiviste. Ses critiques très étayées, acerbes ou amusées, prennent source diversement dans son expérience d’enquêtes de terrain en Nouvelle-Calédonie, son engagement politique en faveur des indépendantistes kanak, son travail avec l’architecte Renzo Piano ou ses réflexions sur la muséographie, l’écriture ethnologique et, fil rouge de ce livre, sur la dimension nécessairement historique des rapports sociaux. Il propose ainsi une approche novatrice de la différence, qui décale la notion d’altérité et lie la fin de l’exotisme et de ses drôles de tropiques au retour de l’anthropologie vers le réel.


Histoire d’une chefferie kanak (1740-1878) : Le pays de Koohnê

Karthala - 2005

Ce livre remonte aux origines d’une chefferie kanak. L’histoire se déroule sur plus d’un siècle. Aux environs de 1740, deux clans quittent leur vallée d’origine et établissent, dans une région qu’ils conquièrent, un nouvel ordre politique, non sans susciter des antagonismes. Au terme d’une période troublée, cette chefferie est confortée par le pouvoir blanc avec la nomination en 1870 du " grand chef " du district de Koohnê. La narration de cette aventure collective s’appuie sur quinze récits insérés dans un commentaire chronologique qui analyse les faits rapportés à la lumière d’autres sources historiques et ethnographiques. Au fil de cette histoire, le personnage belliqueux de Goodu nous invite à questionner les relations entre guerre et pouvoir et, avec elles, la figure ambivalente du " chef kanak " avant et après la colonisation européenne. Les hommes qui ont dit ou écrit ici les événements marquants de la région de Koohnê sont remarquables à plus d’un titre. Qu’ils aient été instituteur, catéchiste et prospecteur minier ou responsables agricoles, ils ont eu à cœur d’ancrer leur parole dans leur statut traditionnel respectif de " faiseurs de paix ", de porte-parole du clan, de maîtres du sol ou de chefs. Ils ont ainsi par leurs récits pris une forte responsabilité intellectuelle et politique, celle de bâtir l’avenir d’un peuple sur son histoire. Ce livre est un hommage à cet intense et indispensable travail de mémoire.


Nouvelle-Calédonie vers l’émancipation

Gallimard - 1998

En 1774, le capitaine britannique James Cook découvre, dans son exploration du Pacifique, une île paradisiaque, qu’il nomme Nouvelle-Calédonie. Au siècle suivant, la France du Second empire annexe le " Caillou " et noue les fils d’une histoire violente et tragique... Terre natale d’une civilisation kanak longtemps repoussée et méconnue. Terre d’exil de milliers de bagnards devenus colons malgré eux. Terre d’aventure pour les éleveurs, planteurs, ouvriers et autres pionniers du nickel. Le cheminement de ces destins douloureusement entrelacés débouche aujourd’hui sur une originale expérience de décolonisation : l’invitation à construire une " nouvelle citoyenneté ", la préparation d’une transition vers une " souveraineté pleine et entière ". Alban Bensa convoque ethnologie, histoire et politique pour donner à comprendre l’archipel calédonien, ses contradictions et ses mutations.

Les grands débats en vidéo

L’écrivain ou l’ethnologue, ou le sociologue

Avec Pascal Dibie, Sylvie Laurent, Alban Bensa, Tobie Nathan - Saint-Malo 2013

Avec Pascal Dibie, Sylvie Laurent, Alban Bensa, Tobie Nathan

Les cafés littéraires

L’écrivain ou l’ethnologue, ou le sociologue

Avec Pascal Dibie, Sylvie Laurent, Alban Bensa, Tobie Nathan - Saint-Malo 2013

Avec Pascal Dibie, Sylvie Laurent, Alban Bensa, Tobie Nathan

Pensée métisse

Pascal Dibie, Tobie Nathan, Serge Gruzinski, Alban Bensa - Saint-Malo 2013

Avec Pascal Dibie, Tobie Nathan, Serge Gruzinski, Alban Bensa
Animé par Yann Nicol


Ce qu’exotisme veut dire

Jean-Claude Perrier, Alain Quella-Villeger, Alban Bensa - Saint-Malo 2013

Avec Jean-Claude Perrier, Alain Quella-Villeger, Alban Bensa
Animé par Josiane Guéguen