Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)

COLOANE Francisco

Chili

Le Passant du bout du monde (Phébus, 2000)

Francisco Coloane

Né en 1910 dans l’île de Chiloé (Chili). Il est un des pères fondateurs de la littérature voyageuse telle qu’elle est défendue par le festival. Il s’est imposé dès le milieu du siècle en publiant des récits à mi-chemin du recueil de nouvelles et du roman "éclaté". Cap Horn et Tierra del Fuego, traduits en français en 1993, sont devenus des livres cultes pour la jeune génération des lecteurs sud-américains. Le Passant du bout du Monde est une autobiographie romancée. Elle a été publiée simultanément au Chili, en Espagne et en France aux Éditions Phébus tandis que sort l’adaptation cinématographique de Tierra del Fuego, sélection officielle à Cannes. Francisco Coloane est décédé le 5 août 2002.


  • Le Passant du bout du monde (Phébus, 2000)
  • Le sillage de la baleine (Phébus, 1998)
  • Antardida (Phébus, 1997)
  • Le Golfe des peines (Phébus, 1997)
  • Le dernier Mousse (Phébus, 1996)
  • El Guanaco (Phébus, 1995)
  • Tierra del Fuego (Phébus, 1994)
  • Cap Horn (Phébus, 1994)
Francisco Coloane, l'écrivain du bout du monde

Francisco Coloane, l’écrivain du bout du monde

(Olivier Guiton, Au Large de l’Eden / France 3, 2000, 47’) -

Francisco Coloane est l’un des écrivains chiliens les plus importants de cette fin de siècle. Ses livres, annuellement réédités, atteignent des tirages importants au Chili et en Amérique latine. Ils font de lui un des écrivains de langue espagnole les plus lus.
Récemment, les premières traductions et éditions en français, ont connu un succès critique et une étonnante réussite commerciale.
Sur près de 1 800 kilomètres, à travers une multitude d’îles, de canaux naturels, golfes et fjords, nous abordons les thèmes centraux de l’œuvre de Francisco Coloane : la nature sous ces différentes formes, vent, mer et glace, et la grande solitude de ces personnages sans arrêt confrontés à la violence et à la force des éléments naturels.
Un géant, dans tous les sens du terme. Dont se souviennent tous les fidèles du festival. N’est-ce pas ici, à Saint-Malo, qu’il a été véritablement découvert ? Ses venues, à chaque fois, étaient une équipée, mobilisant tous ses proches. Sa vue baissait, son fils devait l’accompagner, mais il tenait par dessus tout à être présent : il avait trouvé ici sa famille, aimait-il répéter. L’homme de Chiloé, Chili, s’en est allé en janvier dernier, nous laissant seuls avec son magnifique livre de mémoires, Le Passant du bout du monde (Phébus, 2000). Ce magnifique portrait d’Olivier Guitton retrace la vie de celui qui restera, avec Nicolas Bouvier, Anita Conti, Hugo Pratt et Ella Maillart, une des grandes figures du festival.

Cap Horn

Phébus - 1994

Ce recueil de nouvelles semble avoir été composé par Francisco Coloane dans la foulée de Tierra del Fuego. On y retrouve sa muse, la sculpturale Patagonie chilienne, avec ses reliefs abrupts, la désolation de ses grands espaces balayés par un vent infernal terminant son souffle au terrible cap Horn, que l’on dirait directement sorti de l’imagination du diable. C’est dans ce paysage que se déroulent ces histoires que nous conte Francisco Coloane. Elles permettront au lecteur de respirer en secrète harmonie avec le monde.


Tira del fuego

Phébus - 1994

Voici pour la première fois réunis les trois recueils mythiques du Chilien Francisco Coloane : Tierra del Fuego (Phébus, 1994), Cap Horn (Phébus, 1994) et Le Golfe des peines (Phébus, 1997). Quarante et une nouvelles où l’extrême sud du Chili, si cher à l’écrivain, se déploie dans la rumeur glacée des vents et de la mer. Le monde austral est le théâtre grandiose où se croisent matelots, contrebandiers, chasseurs de phoques, chercheurs d’or et Indiens dépossédés. Des vies soulevées par la violence du Grand Sud où les songes, s’ils ne demeurent, se noient dans l’alcool et le sang. Ces âmes solitaires et démunies hantent les histoires de Coloane dans une quête insoluble qui n’a d’autre issue que la folie. Mais qu’on ne s’y trompe pas, le véritable héros de ces récits est le Grand Sud lui-même. Ce bout du bout du monde, paysage désolé où l’imaginaire sud-américain trouve son terreau fertile. Les nouvelles de Coloane, dans une langue dépouillée comme la terre qu’il décrit, et aussi sensuelle que les éléments qui se déchaînent, demeurent des classiques incontournables de la littérature chilienne.