Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)

XU Xing

Chine

Et tout ce qui reste est pour toi (L’Olivier, 2003)

© DR

L’écrivain chinois a quitté la plume pour le film documentaire, un domaine qui l’intéresse depuis plusieurs années et qui présente selon lui de nombreux points communs avec le roman. Son sens critique envers les autorités chinoises, perceptible dans ses nombreux écrits, est également très présent à travers sa caméra. Composé d’images d’archives et de témoignages personnels, Ma révolution culturelle nous dresse le portrait de cette société chinoise toujours marquée par les années maoïstes, plus de vingt ans après les évènements de la place Tian’anmen. En 2014, il nous livre un nouveau long métrage Crime Summary sur les paysans chinois, victimes de la révolution culturelle.

Les personnages des romans de Xu Xing sont, comme lui, des vagabonds. Il appartient à la « génération perdue » – des jeunes envoyés autoritairement de la ville à la campagne – et parvient à revenir à Pékin en 1981, avant de partir un temps pour l’étranger. Il reste ainsi quatre ans en Allemagne et nous conte justement les déboires occidentaux d’un jeune chinois dans son dernier roman paru en France Et tout ce qui reste est pour toi.


Bibliographie

  • Et tout ce qui reste est pour toi (L’Olivier, 2003)
  • Variations sans thème (L’Olivier, 2003)

Filmographie

  • Crime Summary (2014, en anglais uniquement)
  • Ma révolution culturelle (Hikari, 2008)
Et tout ce qui reste est pour toi

Et tout ce qui reste est pour toi

L’Olivier - 2003

" Je n’avais plus envie de bouger depuis que j’avais traversé la moitié de la Chine à vélo. Comme si j’avais compris qu’il nous reste peu de choses en ce bas monde, et que même ce reste-là n’est pas forcément pour nous. Pékin. Le narrateur est sommé par le comité de quartier de surveiller l’entrée de l’immeuble. Installé sur un petit banc il préfère regarder passer les filles : l’antenne de télévision est volée sous son nez. Il la retrouve quelques jours plus tard sous le bras d’une vague connaissance avec qui il sympathise et qu’il suit dans le milieu marginal des " artistes " pékinois. Jusqu’à ce que tous ces peintres, acteurs et " intellectuels " provoquent chez lui un peu de dégoût et beaucoup d’ennui. Il est temps de changer d’air.
Séjour au Tibet. Le narrateur regagne sa ville natale. Nous sommes en 1989, au lendemain du Quatre Juin, l’atmosphère est sinistre, ce qui le pousse à rejoindre son ami Xi Yong en Allemagne. Après deux mois d’usine et de brötchen - la nourriture préférée de Xi Yong, tombé amoureux de la boulangère -, il décide de réaliser son rêve : un voyage en Europe. À Berlin, après une soirée passée avec un groupe de punks, il entonne L’Internationale et se fait remarquer par la police qui lui conseille d’aller plutôt voir de l’autre côté... La voix du narrateur nous est proche, mais le croire sur parole serait la pire des erreurs. Ironique, oisif, et pourvu d’un sens aigu du grotesque, il est, avant tout, un écrivain.

Revue de presse :

Ma révolution culturelle

Ma révolution culturelle

Xu Xing, Charlotte Cailliez, François Cauwel (Hikari/2008/52’) -

Plus de trente ans ont passé, mais la révolution culturelle hante encore les Chinois. Ecrivain et réalisateur, Xu Xing a choisi d’évoquer ce dramatique pan de l’histoire de son pays. Dans ce film, ponctué de nombreuses images d’archives, il livre ses impressions et donne la parole à des témoins. Xu Xing a 10 ans lorsque le Grand Timonier envoie les forces de la jeunesse pour éliminer ses rivaux au sein du parti. Pékin est en pleine ébullition : les écoles ferment, les chants révolutionnaires envahissent les rues, les défilés s’improvisent, les drapeaux rouges s’agitent. Rapidement, tout ce qui symbolise l’ordre ancien est saccagé. La violence gagne du terrain et le culte de Mao s’intensifie.

Le crabe à lunette

Julliard - 1992

Faut-il oublier pour être heureux ?

Saint-Malo 2014

« Dans ma tête et dans mon coeur, la Révolution culturelle continue à faire des dégâts. Je n’ai pas réussi à lui tordre le cou. » Xu Xing revient sur sa jeunesse brisée pendant la Révolution culturelle, retrouve les témoins, dont celle qui le dénonça, s’efface devant eux, dans un film exceptionnel (Ma révolution culturelle, à 14h). Chan Koonchung imagine une Chine du futur, régnant sur l’Asie, nageant dans un bonheur béat – parce qu’on lui a effacé un mois de sa mémoire. Mais n’est-ce pas déjà ce qui se pratiquait jadis, quand les éléments éliminés du Parti disparaissaient sur les photos officielles, comme s’ils n’avaient jamais existé ? Dans un livre magistral, Li Er propose un subtil jeu de piste sur les variations de la vérité. Faut-il oublier pour être heureux ?
Avec : Xu Xing, Li Er, Qiu Xiaolong
Animé par : Pierre Haski


L’écriture du silence

Saint-Malo 2014

Avec : Xu Xing, Andrea Santana, Jean-Pierre Duret, Claus Drexel
Animé par : Noëlle Breham


Chine, le défi du réel

Saint-Malo 2014

Avec : Li Er, Xu Xing, Murong Xuecun, Chan Koonchung et Chen Zhi-Heng.
Animé par : Pierre Haski